Horner redoute des solutions "farfelues" pour les planchers en 2023

Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, a estimé que les équipes exploiteraient encore plus les failles réglementaires en 2023 si la FIA ne modifiait pas son plan sur les futures règles du plancher.

Horner redoute des solutions "farfelues" pour les planchers en 2023
Charger le lecteur audio

Bien que la FIA ait annoncé son intention de modifier les règles sur le plancher et le fond plat en 2023, dans le but de mettre fin au marsouinage/talonnage des voitures, aucune décision finale n'a encore été prise, ce qui a pour conséquence de mettre les nerfs des équipes à vif. Le timing de cette décision est notamment pointé du doigt, les compétiteurs craignant qu'il ne soit déjà trop tard et envisageant même de faire appel à la justice si un changement de réglementation de cette ampleur était mis en œuvre.

En Hongrie, Christian Horner a quelque peu calmé le jeu, sans pour autant se détourner de son combat. Le directeur de Red Bull Racing a affirmé qu'il était important que la FIA s'assure que chacune de ses actions n'aient pas de conséquences non désirées en forçant les équipes à chercher des failles réglementaires et des petites combines.

"Il ne s'agit pas seulement de l'augmentation de la hauteur du plancher ou de la hauteur de la gorge [du diffuseur], qui peuvent avoir un impact sur les composants que l'on souhaite conserver pour l'année prochaine", a expliqué Horner. "Je pense qu'il y a d'autres aspects concernant le renforcement du test sur le bord d'attaque du plancher, par exemple."

"Nous ne voulons pas nous lancer dans une course à l'aéroélasticité où, alors que la hauteur du plancher est augmentée, l'élasticité passe à l'ordre du jour et nous finissons tous par courir après des concepts élastiques plus farfelus. Je pense qu'il est important de s'occuper de l'ensemble du package plutôt que de prendre des éléments séparément."

Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing

Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing

Il est entendu que Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, a pris la responsabilité personnelle de trouver un compromis sur la question du plancher de 2023. Les équipes espèrent qu'une solution pourra être trouvée avant la trêve estivale, durant laquelle les usines sont fermées.

Horner a cependant estimé qu'il était déjà trop tard pour suivre le plan initial de la FIA : "Je pense que personne ne veut être impliqué dans une contestation juridique. Je pense qu'il faut faire preuve d'un peu de bon sens et faire quelques compromis."

"Dans le règlement actuel, le problème est que l'on a un temps de soufflerie alloué différent selon la position dans le championnat, et avec cette décision tardive... je veux dire, nous avons déjà un pied [en 2023]. Si l'on envisage un changement fondamental, il peut avoir des conséquences importantes. Je pense donc qu'il y a une envie, espérons-le, pour un compromis raisonnable."

Le directeur d'Aston Martin, Mike Krack, a fait écho aux propos de son homologue de Red Bull. "Je ne pense pas qu'il y aura un combat juridique entre [la FIA et les équipes]. Je pense que nous trouverons une solution comme nous l'avons fait pour beaucoup de choses ces derniers temps. Mais, comme Christian l'a bien dit, l'heure est déjà passée et nous devons vraiment avancer", a-t-il expliqué.

Même son de cloche chez Ferrari : "Nous sommes très en retard pour changer les voitures pour l'année prochaine", a déploré Laurent Mekies, directeur de la compétition. "La plupart [des équipes] seront déjà dans la phase finale de leurs programmes. Le marsouinage n'est plus un problème depuis plusieurs courses. Il serait donc plutôt délicat d'imposer un changement de design maintenant."

Lire aussi :
partages
commentaires
Leclerc révèle avoir eu un déclic après le sprint en Autriche
Article précédent

Leclerc révèle avoir eu un déclic après le sprint en Autriche

Article suivant

Qualifs - Russell arrache la pole aux Ferrari !

Qualifs - Russell arrache la pole aux Ferrari !