Leclerc et le calvaire Ferrari : "Ça ne peut pas continuer comme ça"

Charles Leclerc admet ne pas bien vivre la situation dans laquelle se sont trouvés lui et son équipe Ferrari lors du GP du Belgique 2020 de F1, incapables de faire mieux que 13e et 14e.

Leclerc et le calvaire Ferrari : "Ça ne peut pas continuer comme ça"

Les espoirs de Ferrari de bien figurer au terme du Grand Prix de Belgique étaient minces : s'il a été possible de tirer une maigre satisfaction du fait d'avoir accédé à la Q2 lors des qualifications, la course a cruellement mis en lumière les problèmes de la SF1000.

Sans surprise, les luttes directes en piste se sont résumées, face à des monoplaces pas forcément beaucoup plus rapides ailleurs, à voir les adversaires directs non motorisés par le cheval cabré déposer littéralement les voitures de la Scuderia dans les longues portions de pleine charge, avec ou sans DRS, en attaque ou en défense.

Lire aussi :

Une course frustrante, à laquelle s'est ajoutée pour Charles Leclerc, un premier arrêt au stand sous Safety Car où les pneus durs n'étaient pas prêts (ce qui l'a fait hurler un "putain de sa race" venu du cœur alors qu'il n'avait pas fermé sa radio, pour lequel il a rigolé, gêné, quelques instants plus tard en se rendant compte qu'il avait été entendu) et des problèmes techniques, avec nécessité de réinjecter de l'air dans le système du moteur, qui lui ont coûté quelques secondes de plus à chaque passage par les puits.

Quatorzième au terme des 44 tours de l'épreuve, il n'en tirait absolument rien de bon. "[La situation] je ne la vis pas bien, pas bien du tout", a-t-il lâché au micro de Canal+. "C'est vraiment, vraiment... pas top du tout. Je n'ai pas vraiment les mots, très honnêtement. Après une course comme ça, ce n'est pas facile. Il va falloir qu'on trouve quelque chose et qu'on réagisse parce que ça ne peut pas continuer comme ça."

"Aujourd'hui, il n'y a pas grand-chose qui s'est bien passé, on a essayé un deuxième arrêt au stand pour essayer de... bah, pour essayer quelque chose parce que très honnêtement, dans la position où j'étais, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus. C'était impossible de dépasser dans la ligne droite pour moi, donc on a essayé de faire un deuxième arrêt mais bien sûr, avec le problème qu'on avait, on a perdu pas mal de temps."

"Et ensuite, quand on était reparti, on était de une, pas assez rapide, et de deux, [il était] impossible de doubler quand on arrivait derrière les voitures ; je suis resté coincé derrière Romain [Grosjean] pendant pas mal de tours."

Lire aussi :

"Ce n'est pas facile, mais après c'est aussi mon job maintenant de retourner voir l'équipe, d'essayer de les motiver, parce que très honnêtement ce n'est pas facile, bien sûr pour nous les pilotes, les gens qui nous suivent, mais aussi pour tout le team qui travaille vraiment très dur pour revenir là où on voudrait être, donc voilà, il va falloir bosser dur pour essayer de trouver ce qui ne va pas."

Des mots qui semblent tout autant destinés à Ferrari qu'aux tifosi, forcément mécontents, qui seront les grands absents du Grand Prix d'Italie du week-end prochain à Monza mais qui pourront, en nombre très limité, assister au Grand Prix de Toscane la semaine suivante au Mugello. Pour Leclerc, ces deux courses pourraient être des extrêmes pour son écurie : "Malheureusement, je pense qu'à Monza ce sera pareil ou pire, et ça n'est pas bon signe. Mais bon, j'espère qu'à partir du Mugello on pourra revoir un peu la lumière du jour et que ça ira mieux pour nous."

partages
commentaires

Voir aussi :

Ricciardo a tellement brillé qu'il en a des regrets !

Article précédent

Ricciardo a tellement brillé qu'il en a des regrets !

Article suivant

Mercedes clarifie le "malentendu" radio avec Valtteri Bottas

Mercedes clarifie le "malentendu" radio avec Valtteri Bottas
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021