Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Magnussen est "absolument" prêt à "mettre sa vie en jeu"

partages
commentaires
Magnussen est "absolument" prêt à "mettre sa vie en jeu"
Par :
2 mai 2018 à 09:40

De nouveau tancé pour ses manœuvres jugées dangereuses lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, Kevin Magnussen a fait part de son approche de la course, sans compromis et avec la mort comme risque assumé.

Kevin Magnussen, Haas F1 Team, sur la grille
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1, dans le parc fermé
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Marcus Ericsson, Sauber et Kevin Magnussen, Haas F1, dans le parc fermé
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H and Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Les ingénieurs Haas F1 travaillent sur la voiture de Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, sur la grille
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, bloque une roue
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team, et Kevin Magnussen, Haas F1 Team, lors de la parade des pilotes
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, au stand
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13 et Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 avec des dégâts
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18

Plusieurs fois pendant le week-end de la course de Bakou, le pilote de la Haas numéro 20 a été impliqué dans des incidents, et notamment avec Pierre Gasly à qui il s'est frotté en essais libres mais aussi et surtout en course où, lors de la seconde relance après Safety Car, il s'est montré agressif dans sa défense, au point de diriger deux fois le Français contre les murs qui bordent la longue ligne droite du tracé.

Magnussen a d'ailleurs été pénalisé de dix secondes et deux points de pénalité sur sa licence pour avoir entraîné une collision lors de ce restart, les images diffusées ensuite par la F1 montrant un contact à très haute vitesse entre la Haas et la Toro Rosso et très peu d'espace entre Gasly et le mur sur la gauche.

Interrogé sur son attitude en piste par Reuters, avant la course, le Danois n'a pas caché que son âpreté était en partie liée à sa position dans la hiérarchie. "Je me bats durement. Dans une situation comme cela, avec une équipe de milieu de peloton, vous n'êtes pas assuré de marquer des points. Et parfois, on n'a rien à perdre."

"On peut avoir une pénalité, on peut perdre son aileron avant, mais il n'y a rien à perdre si on est 11e. Il faut tenter. Parfois, il faut être bien plus agressif quand on se bat en piste. Si on se bat pour le championnat, il faut jouer le long terme. Il faut changer d'approche. Si je me battais pour le championnat, vous ne me verriez pas courir de la même façon."

Une approche rude mais assumée et surtout guidée par une philosophie qui n'invite pas vraiment à la demi-mesure, comme il l'expliquait toujours avant la course azérie : "Je n'aime pas les compromis. Je donnerais tout. Je mourrais dans la voiture. Je ne me retiendrais pas. Je mettrais ma vie [en jeu]. Absolument."

"Quand vous mettez votre casque et que vous êtes en course, je pense que c'est tout ce qui compte au monde. J'aime ma famille, et il y a énormément de choses dans la vie que j'apprécie, mais quand je suis dans la voiture, il n'y a rien d'autre qui compte. Pour moi, quand je suis dans la voiture, l'essentiel de la vie est la Formule 1."

Le rêve de "courir dans les années 1960"

Ce fervent détracteur du Halo ne semble pas forcément toujours en phase avec une partie de ses homologues mais également plus globalement avec le sens de la Formule 1 en matière de sécurité. Pas étonnant, dès lors, de le voir se pencher sur le passé de la discipline. 

"Je rêve de courir dans les années 1960", poursuit-il. "Si j'avais un vœu, je dirais [que ce serait de] naître dans les années 1930 et d'être jeune dans les années 1950-1960. Ça fait mal à mon cœur de pilote quand je vois des choses qui sont si loin de ce que c'était avant. J'envie tellement ces gars."

"C'était juste pur et plus exaltant. On pouvait faire une différence si on était vraiment prêt à prendre des risques. Et également si on se sentait à l'aise concernant cette limite. Maintenant, tout le monde se sent à l'aise, il n'y a plus de risque."

"Avant, si on avait la capacité d'être calme et serein, à la limite de la mort, on faisait une différence. Et désormais, ce n'est plus vraiment un facteur."

Article suivant
Leclerc : "Fou" de se battre avec Alonso et les top teams

Article précédent

Leclerc : "Fou" de se battre avec Alonso et les top teams

Article suivant

Verstappen : "Tout va bien entre Daniel et moi"

Verstappen : "Tout va bien entre Daniel et moi"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard