Magnussen disqualifié : Haas espérait se faire prendre un tour

Directeur de Haas F1 Team, Günther Steiner a expliqué dans le détail les circonstances qui ont mené à la disqualification de Kevin Magnussen au Grand Prix des États-Unis.

Magnussen disqualifié : Haas espérait se faire prendre un tour

Kevin Magnussen a franchi la ligne d'arrivée au neuvième rang à Austin, à une grosse seconde d'Esteban Ocon et à 1'41 du vainqueur Kimi Räikkönen. Le pilote Haas a ensuite été disqualifié pour avoir dépassé les 105 kg de carburant autorisés sur l'ensemble de la course, avec en l'occurrence 170 g en trop.

Lire aussi :

Il s'avère que Magnussen a particulièrement attaqué pour tenter de prendre l'avantage sur Ocon lors des 15 derniers tours, sans succès, ce qui a contribué à sa consommation excessive. Surtout, dans ses simulations, Haas s'attendait à finir la course à un tour du leader, ce qui aurait permis d'économiser plusieurs kilos de carburant.

"Nous avons utilisé trop de carburant, si je peux enfoncer une porte ouverte", commente Günther Steiner. "Nous avons simplement pris un risque trop élevé, nous avons attaqué trop longtemps, et nous n'avons pas pu récupérer ça dans l'espoir que les leaders allaient peut-être nous dépasser et que nous serions à un tour, car nous aurions eu de la marge."

"Nous avons tenté d'attaquer Ocon, et ça n'a pas fonctionné. Même si nous l'avions passé, nous aurions économisé davantage après, mais nous avons continué à attaquer. Nous avons pris un risque trop élevé, c'était notre faute."

Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11, et Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 dans le parc fermé
Guenther Steiner, directeur de Haas F1

Steiner, qui tient à préciser que Magnussen n'est responsable en rien de cette mésaventure, ne regrette aucunement d'avoir joué le tout pour le tout – d'autant qu'il n'était pas forcément possible de prédire le fait que le rythme de Räikkönen allait se dégrader d'une demi-seconde au tour dans les dernières boucles.

"Avec le recul, j'y réfléchis !" s'exclame-t-il. "Bien sûr, à ce moment-là, on pense à tous ces scénarios, mais on continue de croire en sa capacité à économiser. Ça passe tellement vite. On se fait rattraper par les leaders, Räikkönen a passé deux tours juste derrière nous à presque nous prendre un tour, mais je pense qu'il devait économiser du carburant aussi, donc il ne pouvait pas attaquer davantage. La seule fois où l'on veut que le drapeau bleu soit agité, il ne vient pas !"

"Il s'est passé beaucoup de choses en très peu de temps, et c'est comme une stratégie : avec le recul, on ferait toujours mieux. Je ne cherche pas d'excuse, nous avons pris trop de risques et ça s'est passé ainsi. Mais il y a un stade où il faut attaquer, on ne peut pas rester derrière et regarder ce qui se passe. Nous l'avons fait et nous avons perdu, nous endossons cette responsabilité et passons à autre chose pour essayer de faire mieux ici. Il n'y a pas de regrets sur ce que nous avons fait."

Lire aussi :

Renault a fait le break

Toujours est-il que la conséquence est sans appel : avec l'abandon de Romain Grosjean sur accrochage au premier tour et la disqualification de Kevin Magnussen, Haas se retrouve à 22 points d'une écurie Renault qui a excellé à Austin – bien que l'appel concernant l'exclusion de Grosjean à Monza en raison d'un fond plat non conforme n'ait pas encore eu lieu. À trois courses du but, la quatrième place relèverait donc du miracle pour l'équipe américaine.

"Une bataille n'est jamais trop serrée, à mon avis, ça le rend intéressante. C'est pour ça que nous courons. Je pense que c'est pour ça que nous avons fait ça. Si la quatrième place nous était assurée ou bien hors d'atteinte, pourquoi prendrions-nous le risque ? C'est pour ça que la course est ce qu'elle est. Nous avons attaqué, parce que nous voulions accomplir quelque chose. Et nous avons échoué", déplore Steiner.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Pour Sainz, la F1 doit tirer des leçons du départ d'Alonso

Article précédent

Pour Sainz, la F1 doit tirer des leçons du départ d'Alonso

Article suivant

Ferrari teste encore son fond plat, Red Bull copie

Ferrari teste encore son fond plat, Red Bull copie
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021