Ericsson s'attendait à rester titulaire chez Sauber

Marcus Ericsson avait bon espoir de rester titulaire chez Sauber en 2019, mais ça, c'était avant que l'opportunité Räikkönen se présente. Le Suédois fait désormais contre mauvaise fortune bon cœur.

Ericsson s'attendait à rester titulaire chez Sauber

Marcus Ericsson a rejoint Sauber pour la saison 2015 après une première campagne dans l'élite chez Caterham et a passé les quatre dernières années au sein de la structure de Hinwil, profitant d'un certain soutien financier malgré des résultats qui n'ont pas toujours été au niveau de ceux de ses coéquipiers : sur cette période, il a marqué 18 points face aux 51 unités engrangées par ses partenaires successifs (Felipe Nasr, Pascal Wehrlein et Charles Leclerc).

Lire aussi :

Ericsson est néanmoins resté fidèle à l'écurie suisse, et cette dernière a d'ailleurs été rachetée à l'été 2017 par Longbow Finance, qui fait partie des mécènes du pilote nordique. Cela n'aura toutefois pas suffi à assurer l'avenir de ce dernier : tandis que Ferrari a placé Antonio Giovinazzi dans le baquet Sauber qui est contractuellement réservé à ses souhaits, l'équipe a sauté sur l'opportunité de recruter un Champion du monde, Kimi Räikkönen, qui sera remplacé à Maranello par l'actuel pilote Sauber Charles Leclerc en 2019.

"Bien sûr, c'était dur à accepter", admet Ericsson. "Je croyais que j'allais rester, mais évidemment, je comprends les raisons aussi, avec un pilote comme Kimi qui devient disponible, et l'autre baquet qui est évidemment pris [par Ferrari]. L'opportunité de recruter un pilote comme Kimi, c'est impossible de ne pas la saisir. Donc je comprends ça, même si c'est évidemment décevant pour moi et ma carrière."

"J'ai travaillé très dur pour l'équipe dans des moments très difficiles, la voiture a longtemps été en fond de grille, certains ont quitté l'écurie, et j'ai toujours fait tous les efforts possibles pour renverser la situation, en restant optimiste et en ne rejetant jamais la faute sur l'équipe."

Marcus Ericsson, Sauber C37

Marcus Ericsson, Sauber C37

Photo de: Manuel Goria / Sutton Images

Marcus Ericsson, Sauber

Marcus Ericsson, Sauber

Photo de: Zak Mauger / LAT Images

Ces efforts semblent d'ailleurs avoir porté leurs fruits, puisque Sauber a effectué de grands progrès par rapport à 2017, notamment en cette fin de saison : les deux C37 sont passées en Q3 en Russie et au Mexique, par exemple.

"J'ai juste travaillé très dur pour essayer d'aider l'écurie à progresser et j'ai le sentiment d'avoir vraiment fait partie de cette aventure et de ce processus. Ne pas pouvoir continuer ça, quand la voiture devient enfin compétitive et l'équipe devient enfin compétitive, ça fait un peu mal, mais notre sport est ainsi."

Espoirs en IndyCar

Ericsson va néanmoins adopter le rôle de pilote de réserve Sauber en 2019, rôle qu'il combinera à une campagne en IndyCar. Après cinq saisons en Formule 1 avec une huitième place pour meilleur résultat, le futur pilote Schmidt Peterson Motorsports n'a qu'une hâte : retrouver les avant-postes.

"La simple pensée de participer à une course en sachant que je peux la gagner m'enthousiasme vraiment, parce que ça me manque énormément. Pendant toute ma carrière, tous les week-ends, j'essayais de gagner, puis pendant cinq ans, je n'y pensais même pas. On n'y pense même pas."

Lire aussi :

"Maintenant, depuis que j'ai accepté que je n'allais pas être en F1 l'an prochain, je suis vraiment enthousiaste à ce sujet : savoir que si je fais du bon travail, je peux véritablement gagner la première course l'an prochain", conclut Ericsson, qui fut jadis Champion de Formule BMW UK et de F3 Japon avant de remporter trois victoires en quatre saisons de GP2.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Force India époustouflé par les progrès de Sauber

Article précédent

Force India époustouflé par les progrès de Sauber

Article suivant

La F1 laisse entendre qu'elle pourrait quitter Silverstone

La F1 laisse entendre qu'elle pourrait quitter Silverstone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Benjamin Vinel
Comment évolue la course au développement en F1 ? Prime

Comment évolue la course au développement en F1 ?

Comme il est de coutume en Formule 1, le Grand Prix d'Espagne a vu l'introduction d'évolutions sur les monoplaces, ce qui nous a donné un meilleur aperçu de la hiérarchie de la saison 2021.

Pourquoi Ricciardo peine à s'adapter chez McLaren Prime

Pourquoi Ricciardo peine à s'adapter chez McLaren

Les premiers pas de Daniel Ricciardo chez McLaren ont été difficiles, même si l'Australien semble être sur la bonne voie. Encore faut-il confirmer après une adaptation complexe à sa nouvelle écurie.

Formule 1
15 mai 2021
Comment le drame d'Elio de Angelis a changé la F1 Prime

Comment le drame d'Elio de Angelis a changé la F1

Il y a 35 ans, Elio de Angelis a connu un accident au Circuit Paul Ricard, lequel n'aurait jamais entraîner sa mort, et dont la Formule 1 a tiré des leçons précieuses.

Formule 1
14 mai 2021
Les changements nécessaires pour adapter Barcelone à la F1 moderne Prime

Les changements nécessaires pour adapter Barcelone à la F1 moderne

Ces dernières années, les critiques sont devenues récurrentes envers le circuit de Barcelone, présent au calendrier depuis désormais trente ans. Malgré un spectacle de bonne facture en 2021, notamment grâce à la bataille stratégique entre Mercedes et Red Bull, le tracé catalan a de nouveau affiché ses failles, qui doivent être réparées pour atteindre les objectifs de la F1 actuelle.

Formule 1
13 mai 2021
L'acteur qui a contribué aux sept titres consécutifs de Mercedes Prime

L'acteur qui a contribué aux sept titres consécutifs de Mercedes

Mercedes règne en maître sur la Formule 1 depuis le début de l'ère hybride, et c'est en partie grâce à Petronas.

Formule 1
12 mai 2021
Monaco : Pourquoi Villeneuve a échoué là où son père a triomphé Prime

Monaco : Pourquoi Villeneuve a échoué là où son père a triomphé

Au volant de la meilleure monoplace du plateau, Jacques Villeneuve n'a pas marqué le moindre point au Grand Prix de Monaco en 1996 et en 1997, avec deux des pires courses de sa carrière. Son père Gilles s'était pourtant illustré en Principauté.

Formule 1
11 mai 2021
Les notes du Grand Prix d'Espagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Espagne 2021

Après le Grand Prix d'Espagne, quatrième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
10 mai 2021
Red Bull a besoin que Verstappen fasse moins d'erreurs Prime

Red Bull a besoin que Verstappen fasse moins d'erreurs

Affronter la grande puissance de Mercedes et son atout Lewis Hamilton a toujours exigé le meilleur de Red Bull et de Max Verstappen. Mais après avoir commis quelques erreurs supplémentaires lors du Grand Prix du Portugal, le pilote néerlandais a montré les failles qu’il doit combler s’il veut lutter pour le titre jusqu’à la fin de la saison.

Formule 1
8 mai 2021