McLaren malmené par les bosses et les pneus

Même si Lando Norris et Daniel Ricciardo figuraient dans le top 5 à la fin des Essais Libres 2 du Grand Prix des États-Unis, les pilotes McLaren ont vécu un vendredi mouvementé à Austin.

McLaren malmené par les bosses et les pneus
Charger le lecteur audio

Les pilotes de F1 étaient avertis, le circuit d'Austin n'allait pas leur faire de cadeau. Avant de se rendre aux États-Unis, ils ont pu assister au calvaire vécu par les pilotes MotoGP sur le même tracé, la faute à des bosses qui ne peuvent être totalement corrigées. Par conséquent, les premiers tours de roue du week-end du Grand Prix des États-Unis de F1 ne se sont pas passés sans accroc. Certains pilotes sont partis à la faute en EL1 et en EL2 mais tous ont eu des difficultés à dompter leur monture dans l'arène texane.

Malgré son deuxième meilleur temps en Essais Libres 2, à moins de trois dixièmes du leader Sergio Pérez, Lando Norris a souffert. Le pilote McLaren a rapporté avoir été secoué par les rafales de vent et par les bosses, et il lui a fallu se creuser la tête pour trouver les bons réglages. 

"C'était une bonne journée en matière de résultat et de rythme mais il n'était pas facile d'y parvenir", a-t-il déclaré. "C'était difficile rien qu'à cause du vent et des bosses. Même avec les réglages, j'ai eu beaucoup de mal. Nous avons ensuite fait quelques changements et j'étais beaucoup plus satisfait. Je pouvais attaquer davantage et le temps au tour est venu tout seul. Je pense que nous sommes bien placés parce que nous pouvons faire des changements simples qui me permettront d'être plus en confiance demain."

Lors de la deuxième séance, Norris s'est concentré sur les longs relais afin de préparer sa course. La rapide dégradation des pneus lui a posé problème cependant, et un plat effectué sur le pneu avant droit au dernier virage n'a pas aidé à arranger les choses.

"C'était difficile parce qu'il y avait beaucoup de dégradation", a indiqué le Britannique. "On pouvait toujours être rapide mais avec une grosse dégradation, tout le monde était en difficulté. C'était aussi difficile parce que j'ai roulé avec les pneus sur lesquels j'ai fait un plat. Ça allait mais ce n'était pas simple. On veut faire les mêmes chrono tout le temps donc lorsque l'on voit le pneu se dégrader lentement, ce n'est pas très agréable, mais c'est comme ça parfois."

Le vendredi de Daniel Ricciardo n'a pas été de tout repos également. Sur la feuille des temps, l'Australien n'a pas été aussi performant que Norris mais il est malgré tout parvenu à hisser sa McLaren dans le top 5 des EL2, accusant plus de deux dixièmes de retard sur son coéquipier.

Selon le vainqueur du Grand Prix d'Italie, il sera nécessaire de minimiser les difficultés en course afin de prétendre à une bonne position. "Je ne dirais pas que tout le monde a eu des difficultés mais je pense que l'on s'est tous battu avec la voiture aujourd'hui", a commenté Ricciardo. "Il faisait chaud, le grip était assez faible et les pneus se dégradaient beaucoup après un tour. Bien sûr, le circuit est très bosselé donc on est un peu secoué de droite à gauche. L'objectif de ce week-end est d'avoir moins de difficultés que les autres, nous serons alors dans une excellente position."

Lire aussi :

partages
commentaires
Hamilton : Mercedes a "perdu du terrain" lors des EL2
Article précédent

Hamilton : Mercedes a "perdu du terrain" lors des EL2

Article suivant

Bottas ne savait pas qu'Alfa Romeo pourrait céder les commandes à Andretti

Bottas ne savait pas qu'Alfa Romeo pourrait céder les commandes à Andretti
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021