McLaren a encore du retard à cause d'infrastructures "obsolètes"

Andreas Seidl met toute son énergie dans la mise à niveau des infrastructures de Woking, dernière pièce manquante du puzzle selon lui pour que McLaren puisse rejoindre les écuries de pointe.

McLaren a encore du retard à cause d'infrastructures "obsolètes"

En reconstruction ces dernières années, l'écurie McLaren poursuit sa belle progression puisqu'elle occupe actuellement la troisième place du championnat constructeurs. Lors du Grand Prix d'Italie, l'écurie disposait même de la deuxième voiture la plus rapide du plateau, et a pu un temps espérer renouer avec la victoire devant le duel haletant qui a opposé Carlos Sainz à Pierre Gasly. Sous l'impulsion d'Andreas Seidl, l'équipe s'est remise dans le droit chemin mais doit encore faire beaucoup pour espérer lutter à nouveau avec les top teams.

Lire aussi :

Le tournant réglementaire de 2022 constituera une opportunité à ne pas manquer, mais le directeur de McLaren insiste également sur le besoin de faire évoluer les infrastructures de Woking. L'écurie a engagé la construction d'une nouvelle soufflerie, la sienne s'avérant aujourd'hui dépassée. En attendant, c'est celle de Toyota à Cologne qui est utilisée, cette solution transitoire étant toutefois insuffisante selon Seidl pour nourrir toutes les ambitions futures.

"Nous avons naturellement un plan très clair en place par rapport à ce que nous pensons qu'il faut faire dans l'équipe ces prochaines années afin de revenir aux avant-postes en F1", souligne l'Allemand. "Cela implique différents aspects au niveau de l'organisation, du personnel, mais aussi de la structure. Je suis très satisfait des progrès que nous avons déjà réalisés. Et je suis très heureux et convaincu du fait que nous avons tout le talent nécessaire chez McLaren."

Andreas Seidl, Team Principal, McLaren <

"Le plus gros déficit que nous avons actuellement par rapport aux grosses écuries que sont Ferrari, Red Bull, Mercedes, mais aussi Renault dans une certaine mesure, se situe du côté des infrastructures. C'est un sujet sur lequel je redouble d'efforts avec Zak [Brown], car je pense que nous avons plus de potentiel dans l'équipe que ce que nous faisons actuellement, et qu'il se heurte à une limite. À un moment donné, il faut être sur un pied d'égalité avec les autres au niveau des infrastructures."

"Je parle ici de la soufflerie, que nous n'avons pas à l'usine. Je parle du simulateur, qui est dépassé, de la CFD qui n'est plus à jour, et aussi de notre infrastructure de production, elle aussi obsolète. Mais nous avons un plan clair pour ce que nous devons mettre en place dans les années à venir. Cela prend du temps. Il faut donc être réaliste quant à ce que nous pouvons accomplir et assembler tout ceci, avec la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en 2022 sur les plans technique, sportif et financier. Je suis convaincu que nous avons fait tout ce qu'il fallait. Et nous avons aussi un excellent duo de pilotes, ce qui est un atout très important pour se battre contre les meilleurs."

Racing Point toujours favori pour la troisième place

Les projets de remise à niveau de la soufflerie et du simulateur ont été entamés il y a plusieurs mois déjà à Woking, mais ils ont néanmoins pris du retard au printemps en raison de la crise du coronavirus. Dans l'immédiat, McLaren se bat avec ses ressources et le fait bien, même si la troisième place du championnat n'est pas une fin en soi. L'écurie compte 16 longueurs d'avance sur Racing Point, que Seidl considère toujours comme le favori pour cette position enviée derrière Mercedes et Red Bull Racing.

Lando Norris, McLaren MCL35, Sergio Perez, Racing Point RP20

"En matière de potentiel pur de la monoplace, je pense que c'est toujours Racing Point [qui est troisième]", prévient-il. "Surtout quand on va revenir sur des circuits normaux [après Spa et Monza]. Mais au niveau de l'équipe, avec nos deux pilotes ainsi que le développement que nous faisons encore sur la voiture cette année, je pense vraiment que nous pouvons nous battre contre eux. C'est ce que nous essaierons de faire jusqu'à la dernière course."

"Racing Point sera fort, et nous avons vu que Ferrari, sur des circuits différents, pouvait être dans le match. Je crois que la lutte restera serrée pour nous tous. Au bout du compte, il s'agit de maximiser chaque week-end de Grand Prix, de faire les bons tours en qualifications, d'avoir la meilleure issue possible en course au niveau de la stratégie, des arrêts au stand. Par rapport aux autres équipes, nous avons le luxe d'avoir deux pilotes très, très forts, et c'est un excellent atout. Ils s'en sortent toujours dans les moments importants et cela nous offre de belles positions de départ pour le dimanche. C'est pour cela que nous avons pu terminer quatrièmes au championnat constructeurs l'an dernier, et c'est aussi pour cela que nous sommes troisièmes actuellement."

partages
commentaires
Ferrari ne s'estime toujours pas en crise

Article précédent

Ferrari ne s'estime toujours pas en crise

Article suivant

Alpine : comment Renault s'inspire du business model Ferrari

Alpine : comment Renault s'inspire du business model Ferrari
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021