Mercedes ne va rien changer au projet 2022 après deux mauvais GP

Mercedes ne va pas chambouler ses projets pour 2022 à la suite de la mauvaise forme affichée lors des Grands Prix de Monaco et d'Azerbaïdjan 2021.

Mercedes ne va rien changer au projet 2022 après deux mauvais GP
Charger le lecteur audio

Les deux derniers Grands Prix en date, à Monaco et à Bakou, ont vu Mercedes inscrire seulement sept points sur les 88 possibles, conduisant l'écurie à perdre la tête des classements pilotes et constructeurs au profit de Max Verstappen et Red Bull Racing. Même si les choses auraient pu être encore pires sans la défaillance du Néerlandais en Azerbaïdjan, c'est une faillite historique pour les Flèches d'Argent qui n'avaient plus connu pareille disette sur deux épreuves consécutives depuis fin 2012.

Une passe difficile tout autant due à une W12 mal à l'aise sur les tracés urbains qu'à des erreurs qui ont coûté très cher puisque touchant à chaque fois la voiture la mieux placée. En Principauté, c'est un problème de pistolet pneumatique et d'écrou au stand qui a obligé Valtteri Bottas à abandonner alors qu'il était en seconde position, alors qu'à Bakou, c'est l'activation par erreur d'un bouton sur le volant au moment du second départ qui a fait passer Lewis Hamilton de la première à la dernière position au premier virage.

Lire aussi :

Pas de quoi tout chambouler au point de revoir les plans pour 2022 en conséquence, selon Toto Wolff, mais forcément des questions à se poser sur cet inhabituel manque de forme. "Nous avons déjà réajusté les plans pour 2022", a expliqué le directeur exécutif de Mercedes quand la question lui a été posée directement. "Et il n'y a aucun moyen de faire marche arrière."

"Nous n'allons changer aucune décision stratégique ayant été prise simplement parce que nous avons connu deux week-ends vraiment mauvais. Nous savions que ces deux pistes seraient probablement les pires pour nous. Et j'espère avoir raison sur ce point. Voyons comment les courses européennes se passent désormais. Mais, clairement, ces deux-là étaient absolument en dessous des standards que nous nous sommes fixés et des attentes que nous avons envers nous-mêmes."

Quand Motorsport.com lui a demandé si ces problèmes étaient liés à des difficultés sur le plan opérationnel et quelles solutions pouvaient être mises en place, Wolff a répondu : "Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien que ces dernières années. Comme vous l'avez dit, sur le plan opérationnel, nous ne sommes pas à notre meilleur niveau."

"Nous n'avons pas trouvé le point idéal sur la voiture en qualifications et en course, pour avoir une monoplace rapide dans les deux cas. Il y a tellement de choses que nous devons améliorer que je veux m'y mettre immédiatement afin de s'assurer que nous soyons en mesure de nous battre pour ce championnat. On ne peut pas continuer de perdre des points comme ça, comme nous l'avons fait à Monaco et [en Azerbaïdjan]. Ce n'est tout simplement pas acceptable pour nous tous."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré
Article précédent

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Article suivant

Mazepin clarifie les rumeurs sur son service militaire

Mazepin clarifie les rumeurs sur son service militaire
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021