Pérez pense pouvoir aider Red Bull dans son développement

Décrivant des discussions productives, Sergio Pérez estime pouvoir apporter sa contribution au développement technique de Red Bull cette saison.

Pérez pense pouvoir aider Red Bull dans son développement
Charger le lecteur audio

S'il est dans une phase de découverte et d'intégration évidente en ce début d'année, Sergio Pérez planche déjà avec les ingénieurs de Red Bull Racing pour préparer activement la saison 2021. Le Mexicain, qui a fait sa première visite à Milton Keynes mardi dernier, assure que les échanges vont bon train et permettent de définir des idées ou des orientations à prendre en vue de l'exercice à venir.

Fort de son expérience de dix ans en F1, il entend apporter sa patte tant que possible, alors qu'il devra répondre aux attentes de sa nouvelle équipe tout en essayant d'exister aux côtés de Max Verstappen. Pas une mince affaire ! Pérez a déjà eu la possibilité de piloter la RB16 dans le simulateur de l'écurie, lui donnant une bonne idée de ce qu'il devra mettre en application lors des essais hivernaux à Bahreïn, où le roulage sera limité à trois journées seulement pour chaque équipe.

"J'ai connu la F1 avec différentes équipes et durant différentes périodes", rappelle-t-il. "Je pense savoir ce dont j'ai besoin, mais j'ai aussi le sentiment de pouvoir aider l'équipe à aller de l'avant dans certains domaines, juste en discutant. Nous connaissons la direction à prendre. Bien sûr, je dois attendre de piloter la voiture, mais il y a déjà quelques bonnes idées que nous avons partagées avec l'équipe et qui, je l'espère, apporteront de la performance en piste."

Lire aussi :

Très heureux d'avoir décroché une telle opportunité chez Red Bull en signant un contrat d'un an, Pérez sait aussi qu'il va sortir de sa zone de confort après avoir passé sept années au sein de la même structure (Force India, devenue ensuite Racing Point).

"C'est comme un chien qui arrive dans une nouvelle famille", plaisante Pérez. "Vous avez passé de nombreuses d'années avec une famille, vous êtes habitué à les voir, et soudainement tout change. Mais je dois dire que je commence à me sentir très à l'aise ici. C'est une équipe fantastique, très unie, et beaucoup de bonnes choses nous attendent."

S'il se montre très ambitieux, le Mexicain sait aussi qu'il aura avec Max Verstappen un voisin de garage particulièrement difficile à affronter. Il refuse d'ailleurs d'entretenir des illusions inutiles mais pense que le duo peut fonctionner.

"C'est un gros défi pour moi, vous savez", souligne-t-il. "Nous connaissons tous Max, à quel point il est talentueux, à quel point il est rapide, à quel point il a progressé ces dernières années, à quel point il est complet désormais. C'est clairement l'un des meilleurs et des plus rapides du plateau actuel, si ce n'est le plus rapide. Alors dans un sens, c'est un défi énorme. Il est ici depuis longtemps, il sait ce qu'il veut et ce dont il a besoin avec la voiture. Mais c'est un défi formidable et j'ai hâte de travailler avec lui pour porter l'équipe vers l'avant."

Pour faciliter son adaptation et son début de saison, Pérez voit d'un bon œil la modification récemment apportée au calendrier, avec le report du Grand Prix d'Australie. Le championnat débutera ainsi à Bahreïn, sur le même circuit que celui qui accueillera les essais hivernaux.

"Je pense que ce n'est pas une mauvaise chose, surtout sachant à quel point il fait froid en Europe à cette période", estime-t-il. "Je crois que c'est une bonne référence. Ça m'aidera à être dans le rythme, car nous ferons les essais puis la course là-bas. Je ne pense pas que ça change grand-chose, c'est un processus d'adaptation qui peut juste être un peu facilité."

partages
commentaires
Norris voit le moteur Mercedes "bien meilleur" que le Renault
Article précédent

Norris voit le moteur Mercedes "bien meilleur" que le Renault

Article suivant

AlphaTauri prévoit cinq journées d'essais privés à Imola

AlphaTauri prévoit cinq journées d'essais privés à Imola