Sergio Pérez toujours pas lassé par la franchise de Helmut Marko

Sergio Pérez affirme toujours apprécier la façon dont le conseiller Red Bull, Helmut Marko, se montre dur avec lui lors de ses mauvaises courses.

Sergio Pérez toujours pas lassé par la franchise de Helmut Marko

La première saison de Sergio Pérez au sein de l'écurie Red Bull Racing n'est pas de tout repos. Si, à la trêve, le Mexicain a remporté une course, il a également alterné le bon et le moins bon, même s'il a en quelques occasions été fondamental dans les succès de son équipier Max Verstappen, qui joue le titre face à Lewis Hamilton.

Le Mexicain, interrogé sur la façon de gérer les pilotes d'Helmut Marko, qui ne prend généralement pas la peine de mâcher ses mots quand il s'agit d'émettre un jugement sur ses ouailles, avait en début de saison expliqué qu'il était assez fan de cette manière de procéder. Après une moitié de campagne dans la ligne de mire de l'Autrichien, Pérez assure n'être toujours pas lassé.

Lire aussi :

Ainsi, quand Motorsport.com lui a demandé si Marko avait déjà été très dur envers lui, Pérez a répondu : "Quand il doit l'être. Quand je connais une mauvaise course, il va juste me le dire, et il va toujours dire exactement ce qu'il pense. C'est quelque chose de bien, je crois, pour quelqu'un avec mon expérience, avec ma carrière en Formule 1. C'est bien d'avoir quelqu'un qui vous dit franchement ce qu'il pense, et où vous en êtes."

Toutefois, le vainqueur du GP d'Azerbaïdjan 2021 insiste sur le soutien qu'il a reçu au sein de l'écurie Red Bull depuis son arrivée et assure que personne ne rechigne à lui dire s'il est possible de faire mieux que ce qu'il a montré lors des 11 premiers Grands Prix. "Ils ont évidemment toutes les informations et toutes les données week-end après week-end. Ils savent exactement à quel niveau se situe le chrono du pilote."

"Avec Red Bull, il n'y a aucune retenue. Ils sont donc assez transparents avec moi et avec les médias, ce qui est bien. Mais la chose la plus importante est que je suis heureux et satisfait quand je rentre chez moi, week-end après week-end. C'est pour moi la chose la plus importante, vous savez. Je suis un pilote très affamé et il faut que je puisse me regarder en face."

Pérez explique qu'il a également construit une bonne relation avec Max Verstappen, car les deux hommes travaillent ensemble pour tenter de renverser Mercedes. Toutefois, il avoue qu'il est difficile de s'appuyer sur Verstappen pour obtenir des conseils susceptibles de l'aider, car les deux pilotes ont des styles de pilotage très différents.

"J'ai une bonne relation avec lui sur la piste et en dehors, donc nous sommes en mesure de partager nos points de vue régulièrement. Évidemment, par rapport aux problèmes que je rencontre, ce n'est probablement pas son cas, nous pilotons différemment. C'est difficile à cet égard, mais nous faisons avancer l'équipe ensemble, donc c'est bien."

partages
commentaires
L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes

Article précédent

L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes

Article suivant

Le Qatar proche d'être ajouté au calendrier F1 2021

Le Qatar proche d'être ajouté au calendrier F1 2021
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021