Ricciardo n'est pas optimiste pour faire plaisir à Renault

Certain de la progression qu'affichera Renault en 2020, le pilote australien assure qu'il ne s'agit pas de mots en l'air pour flatter son écurie mais d'une réelle conviction.

Ricciardo n'est pas optimiste pour faire plaisir à Renault

Même s'il s'attendait à une première saison difficile pour son arrivée chez Renault, Daniel Ricciardo n'avait sans doute pas misé sur une campagne aussi compliquée en 2019. Neuvième du championnat pilotes, l'Australien a vu sa nouvelle équipe échouer dans la quête de l'objectif initial, qui était de conforter la quatrième position acquise l'an passé au championnat constructeurs. Au lieu de ça, Renault a accumulé les déconvenues et fait preuve d'une irrégularité fatale à ses ambitions.

Recruté à prix d'or pour être le fer de lance du projet tricolore à moyen terme, Ricciardo n'a toutefois pas lâché et reste convaincu qu'une suite heureuse est possible. Rejeté hors des points dimanche dernier à l'arrivée du dernier Grand Prix, il a fait passer un message positif à l'équipe en s'exprimant par radio dans le tour d'honneur : "Merci tout le monde. Je le pense vraiment, nous progresserons l'année prochaine, énormément, je suis certain que nous le ferons. Alors allons-y."

Voir aussi :

Avec un peu plus de recul, l'ex-pilote Red Bull a insisté sur la valeur de ces mots simples, précisant qu'il ne s'agissait pas d'une phrase en l'air mais d'une véritable volonté de fédérer l'écurie française pour réussir la saison prochaine. "Pour le dire franchement, je ne suis pas vraiment un orateur", confie Ricciardo. "Je sais que j'aime beaucoup parler, mais je ne vais pas dire 'Nous ferons mieux l'année prochaine' si je ne pense pas que ce sera le cas. Je ne vais pas juste leur masser les épaules et leur dire ce qu'ils veulent entendre. Même me concernant, je sais que je ferai mieux, donc c'est une variable qui va changer en bien, je le sais."

Le développement a été le point noir pour Renault cette année, avec notamment une évolution aéro qui n'a pas donné satisfaction au mois de juin. Les travaux de rénovation de la soufflerie d'Enstone ont également pénalisé l'équipe au cœur de l'été, et permis à McLaren de prendre définitivement le large dans la lutte pour la quatrième place.

"Pour avoir parlé avec les gars de l'aéro et évoqué la philosophie avec laquelle nous avons conçu la voiture, et surtout l'avant de la voiture cette année, je pense qu'ils sont assez convaincus que ce n'était pas la meilleure façon de faire pour développer la monoplace par rapport aux autres équipes", confirme Ricciardo. "Nous pouvons changer ça et en tirer davantage avec les évolutions au fil de l'année. Nous n'avons pas vraiment réussi à le faire. Alors oui, je pense que nous en avons un peu sous le pied, et nous avons assurément les ressources et le budget pour le faire. En effet, c'est de l'optimisme."

partages
commentaires
Abu Dhabi a montré pourquoi la F1 a toujours besoin du DRS

Article précédent

Abu Dhabi a montré pourquoi la F1 a toujours besoin du DRS

Article suivant

Le directeur technique Nick Chester quitte Renault F1

Le directeur technique Nick Chester quitte Renault F1
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021