Sainz "en colère" que Racing Point se sépare de Pérez

Sergio Pérez avait un contrat avec Racing Point pour la saison 2021 de Formule 1, mais le jeu de chaises musicales du marché des transferts a changé la donne, déplore Carlos Sainz.

Sainz "en colère" que Racing Point se sépare de Pérez

Carlos Sainz, indirectement, est responsable du destin incertain de Sergio Pérez. Car c'est la signature de l'Espagnol chez Ferrari qui a éjecté Sebastian Vettel de la Scuderia, faisant du quadruple Champion du monde une cible de choix pour l'écurie Racing Point. Cette dernière, qui sera rebaptisée Aston Martin l'an prochain, a activé une clause de son contrat avec Pérez pour abréger celui-ci et recruter Vettel. Aux côtés de l'Allemand, on retrouvera Lance Stroll, fils du copropriétaire de l'équipe, Lawrence Stroll.

Lire aussi :

Pérez se retrouve ainsi délaissé par l'écurie à laquelle il a consacré sept ans de sa carrière, celle dont il a contribué au rachat en provoquant son placement sous administration judiciaire à l'été 2018. Ses options pour rester sur la grille sont rares : deux écuries de fond de peloton ont encore leurs baquets vacants, tous très convoités, à savoir Haas et Alfa Romeo. Dans les deux cas, compte tenu de son expérience, de son talent et de ses soutiens financiers, il est en bonne position pour convaincre. Cela n'empêche toutefois pas Carlos Sainz d'être en colère face à ce sort jugé injuste.

"Ce que montre Checo, c'est qu'en F1, la performance n'est pas tout", souligne Sainz. "Si l'on juge purement la performance, il n'y a pas de raison qu'il quitte Racing Point ou qu'ils ne veuillent pas de lui. Mais en F1, il y a d'autres intérêts, des choses qui viennent avec la performance et qui sont très importantes. Pour moi, le départ de Checo est dommage, car il a fait confiance à cette équipe pendant de nombreuses années, il l'a pratiquement sauvée de la faillite, et c'est maintenant qu'ils lui ont enfin donné une bonne voiture que l'équipe ne veut pas continuer avec lui. C'est vraiment dommage."

"Ça me met un peu en colère, car j'ai une bonne relation avec lui et je le respecte beaucoup en tant que pilote. Cela rappelle que ce sport est ainsi, qu'il donne très peu en retour. Mais c'est celui dans lequel nous avons choisi de concourir et d'être professionnels, et il faut l'accepter. J'espère qu'il obtiendra un baquet qui le motivera et qu'il aimera, et que ce sera un bon baquet en 2022."

"J'ai aussi connu des moments d'incertitude qui sont très politiques et n'ont rien à voir avec les performances en piste", ajoute l'ancien protégé de Red Bull. "C'est le domaine moins sportif de ce sport, domaine qui est hors du contrôle de l'athlète. Personne n'aime être dans cette situation."

Daniel Ricciardo remplacera Sainz chez McLaren l'an prochain, et lui non plus ne tarit pas d'éloges sur Pérez. "Il mérite certainement un baquet, c'est le moins que l'on puisse dire. En tant que compétiteur, j'ai de l'estime pour lui, et en tant que personne, je m'entends bien avec lui. Il est évidemment assez tard, mais il n'est pas trop tard. Je pense qu'il a encore le temps. On est en quoi, septembre ? Il a encore le temps. Bien sûr, il y a moins de baquets disponibles. Mais j'espère pour lui qu'il va en trouver un. Il est encore jeune", conclut l'Australien, de sept mois l'aîné de Pérez avec ses 31 ans.

partages
commentaires

Voir aussi :

Avec Tobias Moers, les choses sérieuses commencent pour Aston Martin

Article précédent

Avec Tobias Moers, les choses sérieuses commencent pour Aston Martin

Article suivant

La Renault performante au Mugello : une surprise prometteuse

La Renault performante au Mugello : une surprise prometteuse
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021