Sainz déplore des propos "montés en épingle"

"Une quatrième année chez Toro Rosso est peu probable et je ne vais pas fermer la porte à une nouvelle opportunité." Voilà les propos qui ont mis Carlos Sainz dans l'embarras, prononcés dans l'hypothèse où il ne serait pas promu chez Red Bull.

Sainz déplore des propos "montés en épingle"
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12 en tête-à-queue
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17 passe Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12 qui est en tête-à-queue
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12 sort large
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12 sort large
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13 sort large devant Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Charger le lecteur audio

En effet, ce commentaire semblait clairement laisser entendre que Carlos Sainz comptait tenter sa chance dans une autre écurie à l'avenir, alors qu'il avait déjà été courtisé par Renault pour 2017. Or, chez Red Bull Racing, la porte semble fermée, puisque Daniel Ricciardo et Max Verstappen disposent tous deux d'un contrat pour la saison prochaine.

Les ambitions de Sainz n'ont clairement pas été appréciées par l'état-major de la marque au taureau : Christian Horner, Franz Tost et Helmut Marko lui ont tous reproché son manque de loyauté envers un mécène qui finance sa carrière depuis 2010, mais l'Espagnol affirme que ses propos ont été mal compris, ou sortis de leur contexte.

"Tout a probablement été monté en épingle", déclare-t-il. "Ce que j'ai dit n'a rien d'étrange, à mon avis. En tant que pilote, qui plus est ambitieux, en tant qu'être humain, il est clair que mon premier objectif dans la vie est de devenir pilote Red Bull et de commencer à me battre pour le podium avec eux : je leur dois tout."

"Actuellement, je dois à Toro Rosso et aux gens qui y travaillent tout ce que je sais en Formule 1, mais j'ai des ambitions. Mon ambition est de devenir pilote Red Bull un jour, j'espère plus tôt que tard."

Sainz a donc clarifié ce qu'il voulait exprimer par cette quatrième année "peu probable" : "Ce que j'ai dit, en fait, c'est qu'en 12 ans de Toro Rosso, personne n'y a fait une quatrième année. Si j'y suis une quatrième année, je serai le premier de tous les temps [dans ce cas]. Ce serait une situation étrange : d'habitude, c'est un junior team où l'on veut développer les pilotes pour les faire monter."

Red Bull a exercé son option

Comme l'a confirmé Christian Horner, Red Bull a exercé son option sur Sainz pour 2018 la semaine dernière et pourra donc le placer dans une de ses écuries.

Lorsqu'il lui est demandé s'il était certain à 100% de piloter pour l'une des équipes Red Bull l'an prochain, le pilote Toro Rosso répond : "On dirait qu'ils ont toujours confiance en moi, c'est une très bonne nouvelle pour moi. On dirait que mes patrons sont contents de mes performances, donc pour l'instant, on dirait que oui. Mais 2017 est une très longue année, les choses pourraient changer."

"Les discussions vont rester en interne, parce qu'on dirait que quoi qu'on dise, quelqu'un peut l'interpréter d'une façon très différente, et cela peut créer une situation à laquelle je ne m'attendais pas. Je préfère que ça reste en interne à partir de maintenant."

Carlos Sainz aurait toutefois tenu des négociations avec d'autres écuries concernant un transfert à l'avenir, mais le mot d'ordre est désormais : motus et bouche cousue. "Je ne peux pas en parler et je n'en parlerai pas, parce que sinon, on va en faire tout une histoire", conclut-il.

Avec Lawrence Barretto

partages
commentaires
Alonso revient à la spécification 2 du moteur Honda
Article précédent

Alonso revient à la spécification 2 du moteur Honda

Article suivant

EL3 - Vettel se réveille, Hamilton accumule les problèmes

EL3 - Vettel se réveille, Hamilton accumule les problèmes
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021