Verstappen joue toujours la carte décomplexée

Plus que jamais dans la course pour décrocher un premier titre mondial face à Lewis Hamilton, Max Verstappen ne change pas d'approche : décontraction et concentration.

Verstappen joue toujours la carte décomplexée

Et si Max Verstappen échouait à devenir une première fois Champion du monde dans deux mois ? "Au final, ça ne va vraiment pas changer ma vie". Voici comment l'intéressé répond à la pression de cette réussite, dans une période ou le sujet a plusieurs fois été abordé, et même souligné par Lewis Hamilton avant le dernier Grand Prix, en Russie. Communication ou réalité, force est de constater que ladite pression n'affecte pas les résultats du Néerlandais.

Reparti de Russie avec une deuxième place tout en ayant purgé une pénalité moteur, le pilote Red Bull a fait mieux que limiter la casse et aborde ce week-end le Grand Prix de Turquie avec seulement deux points de retard sur Hamilton. De quoi conserver une certaine confiance à l'entame du sprint final que composent les sept derniers rendez-vous de la saison, et pour lesquels Verstappen s'attend à une lutte équilibrée et à un rapport de force évolutif en fonction des circuits visités.

"Je pense que globalement, Mercedes était très fort en Russie, on pouvait déjà le voir le vendredi", souligne-t-il ce jeudi dans le paddock d'Istanbul. "Je pense toujours que les courses à venir seront dures, car je ne sais pas vraiment comment ce sera. Sommes-nous devant ? Sommes-nous derrière ? Et je pense que certains circuits seront probablement un peu mieux pour nous, au moins sur le papier, et probablement d'autres seront un peu mieux pour eux. J'espère que ça continuera comme c'était lors des dernières courses. C'est très serré et nous pouvons vivre une belle bataille."

Devant la presse, l'attitude de Verstappen ne change pas, faite à la fois de pragmatisme, de réalisme et de concentration. À l'aise dans ses baskets, il tord le cou à toute forme de préoccupation inutile alors qu'il joue pour la première fois de sa carrière le titre, dans une saison déjà marquée par des occasions manquées à l'image des événements de Bakou, Silverstone, Budapest ou encore Monza.

"C'est toujours pareil", affirme-t-il quant à l'ambiance qui règne chez Red Bull Racing. "Nous sommes très détendus mais aussi très concentrés. Bien sûr, nous voulons gagner, toute l'équipe veut gagner, donc la mentalité est là. Mais on n'a pas à s'en soucier, car on veut toujours faire du mieux qu'on peut, dans tous les cas. C'est ce que nous essaierons de faire ce week-end."

"Je fais toujours de mon mieux et je sais que l'équipe aussi, et si l'on termine premier à la fin de l'année, ce sera évidemment un accomplissement incroyable, et c'est pour ça que l'on travaille, non ? Mais même si nous terminions deuxième, je crois que ce serait quand même une grande saison. Au final, ça ne va vraiment pas changer ma vie. J'adore ce que je fais et je pense que c'est très important. Pour moi il n'y a pas vraiment de quoi s'inquiéter."

"Je sais que mon équipe fait du mieux qu'elle peut", conclut-il. "Et ils attendent ça de moi, j'essaie toujours de tirer le meilleur. Nous sommes pleinement investis pour essayer de réussir ensemble. Mais on ne peut pas forcer les choses. Il faut juste bien travailler ensemble, puis nous verrons à la fin de la saison ce que ça donne. Est-ce que ce sera premier ou deuxième ? Nous ne le savons pas."

Reste la gestion des éléments perturbateurs, et ce week-end, comme il y a près d'un an sur l'Istanbul Park, c'est du tarmac turc et des conditions météo qu'il pourrait venir... "C'est la même chose pour tout le monde, nous avons dû faire avec l'an dernier", tempère Verstappen. "Mais je pense que la piste sera bien meilleure lorsque les conditions d'adhérence seront normales. Je me souviens lorsque j'étais petit, je jouais au jeu vidéo de la F1 sur ce circuit et c'était un de mes préférés. Alors l'an dernier j'étais très enthousiaste de venir et un peu déçu au moment de piloter avec le niveau d'adhérence. J'espère que ce sera beaucoup plus amusant cette année, car le tracé est vraiment intéressant et cool. Espérons de meilleures conditions."

Lire aussi :

partages
commentaires
Alonso : "Des règles différentes pour des pilotes différents"

Article précédent

Alonso : "Des règles différentes pour des pilotes différents"

Article suivant

Leclerc aimerait "que tout rentre un peu dans l'ordre"

Leclerc aimerait "que tout rentre un peu dans l'ordre"
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021