La traînée et l'appui, points faibles d'Aston Martin

Sebastian Vettel estime qu'une traînée excessive et un manque d'appui sont les principaux facteurs impactant les performances d'Aston Martin cette saison.

La traînée et l'appui, points faibles d'Aston Martin

Aston Martin a été particulièrement impacté par les règles aérodynamiques instaurées cette saison et, en conséquence, a eu du mal à suivre le rythme des équipes du milieu de peloton. L'écurie britannique a certes marqué de gros points aux Grands Prix de Monaco et d'Azerbaïdjan, Sebastian Vettel montant sur le podium à Bakou, mais depuis, elle a été largement dépassée par Alpine et AlphaTauri, tombant à la septième place du championnat constructeurs.

Pour expliquer les déboires d'Aston Martin, Vettel a indiqué que son équipe avait été freinée par une traînée excessive et un manque d'appui, une combinaison "difficile à surmonter".

"Nous avons eu des courses où le feeling était très bon, nous avons des courses où nous étions plus en difficulté", a commenté le quadruple Champion du monde. "Dans l'ensemble, ce qui compte, c'est que nous soyons compétitifs. À ce niveau, je pense que la traînée est un peu trop importante. Nous n'avons pas une voiture super efficace, et en plus nous n'avons pas assez d'appui. Selon moi, ce sont les plus gros points faibles."

Vettel a aussi révélé que lui et son coéquipier Lance Stroll avaient essayé de contourner les limites de performance de leur AMR21 en se concentrant davantage sur la dégradation des pneus. Ainsi, ils ont bénéficié d'une meilleure marge de manœuvre sur le plan stratégique. Le dernier exemple en date remonte au Grand Prix du Qatar, où Stroll a décroché son meilleur résultat de la saison (une sixième place) en ne s'arrêtant qu'une seule fois.

"Certains circuits ont aidé [à surmonter les difficultés], sur d'autres nous l'avons fait en trouvant de bons réglages et une bonne stratégie, et en travaillant bien sur les pneus", a expliqué Vettel. "Je pense que dans l'ensemble, quand la voiture est dans la bonne fenêtre, nous pouvons faire du bon travail et entrer dans les points. Ce n'est pas toujours facile de l'amener dans cette fenêtre et la zone où nous courons est extrêmement compétitive. Il semble qu'à la mi-saison, les autres équipes aient fait un peu plus de progrès que nous."

La saison 2022 se fait de plus en plus attendre à Silverstone, Aston Martin espérant capitaliser sur la remise à zéro faite par le nouveau Règlement Technique car Lawrence Stroll, propriétaire de l'équipe, s'est fixé pour objectif de remporter des titres mondiaux d'ici cinq ans. En attendant, Aston a recruté chez ses rivaux cette saison afin de renforcer son département technique et, d'après Vettel, la croissance de l'équipe d'usine ne peut pas être ignorée.

"Évidemment, l'année prochaine est une grande inconnue", a poursuivi le pilote allemand. "Avec tous ces changements sur les voitures, nous ne pourrons répondre à cette question que l'an prochain. Mais, dans l'ensemble, je trouve que l'équipe est forte. En matière d'ingénierie et sur la piste, elle est forte. Je pense qu'elle se développe rapidement et beaucoup de plans et de bonnes choses se mettent en place."

Lire aussi :

partages
commentaires
Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 à Djeddah ?
Article précédent

Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 à Djeddah ?

Article suivant

Hamilton appelle au "changement" face aux "terrifiantes" lois saoudiennes

Hamilton appelle au "changement" face aux "terrifiantes" lois saoudiennes
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021