Webber : "Red Bull sera toujours l'équipe la plus dangereuse" en 2023

Pour Mark Webber, ancien pilote de F1 passé par Red Bull Racing, l'équipe autrichienne continuera d'occuper les positions de pointe au début de la saison 2023, en dépit de la progression de ses rivaux et des sanctions de la FIA.

Max Verstappen, Red Bull Racing,Sergio Perez, Red Bull Racing

Red Bull a beau avoir écrasé la saison 2022 de Formule 1 en s'adjugeant les titres pilotes et constructeurs bien avant le terme de l'année, l'équipe autrichienne n'est pas certaine de rééditer cette performance en 2023. Plusieurs membres clés de l'équipe, du pilote Max Verstappen à l'aérodynamicien Adrian Newey, ont d'ores et déjà fait part de leurs craintes pour la saison à venir concernant la progression de leurs rivaux.

Plus précisément, Ferrari et Mercedes sont considérés comme des menaces directes alors que les deux équipes ont connu une saison 2022 difficile. Mais pour Mark Webber, elles ne feront pas tomber le taureau rouge de son piédestal si facilement. L'ancien pilote Red Bull, auteur de neuf victoires en Grand Prix, a affirmé que l'équipe débuterait 2023 de la même manière qu'elle a conclu 2022 : aux avant-postes.

"C'est très poli de la part de Max mais je pense que Red Bull sera toujours l'équipe la plus dangereuse d'emblée [en 2023]", a-t-il indiqué à Motorsport.com, l'Australien faisant référence aux commentaires de Verstappen sur la future forme de Mercedes. "En fait, tout le monde doit muscler son jeu dans tous les domaines. Nous avons vu que Mercedes avait une bonne fiabilité, et une moins bonne pour Ferrari bien sûr. Mais Red Bull avait une bonne fiabilité et était compétitif sur tous les circuits. Et c'était parfois de la 'Formule 1+' pour Max. Je pense que le point culminant pour moi, c'est ce qu'il a fait dans le peloton à Spa, c'était tout simplement incroyable."

Lire aussi :

Red Bull doit également surmonter l'obstacle des sanctions infligées par la FIA en raison de l'infraction au plafond budgétaire commise en 2021. Pour rappel, l'équipe avait été reconnue coupable d'un dépassement de 1,864 M£ et condamnée à payer sept millions de dollars d'amende tout en voyant ses tests autorisés en soufflerie et en CFD pour 2023 être réduits de 10%.

Christian Horner, le directeur de la structure autrichienne, a estimé que la réduction des essais aéro coûterait "une demi-seconde" sur la piste – ce que Mercedes a réfuté – mais une fois de plus, Webber ne s'attend pas à voir du changement au sommet de la hiérarchie.

"Je pense que personne ne sait vraiment à quel point cela va les affecter mais je suis sûr qu'ils possèdent suffisamment de personnes créatives pour se maintenir au niveau", a-t-il répondu à ce sujet. "Mais nous ne savons pas non plus à quel niveau Mercedes a laissé tomber [la saison 2022]. 'Laisser tomber' n'est pas le bon terme parce qu'il y a toujours des leçons à tirer pour l'année suivante mais je veux parler de la répartition du temps, de la R&D et de l'argent sous le plafond budgétaire entre les voitures de [2022] et de 2023."

Propos recueillis par Ronald Vording

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Chez Alpine, Pierre Gasly veut rendre hommage à Anthoine Hubert
Article suivant Williams avait prévu que Sargeant rempile en Formule 2

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France