Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
27 jours
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
33 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
41 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
61 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
69 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
83 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
90 jours

Avoir des courses en 2020 ? "Absolument essentiel pour Williams"

partages
commentaires
Avoir des courses en 2020 ? "Absolument essentiel pour Williams"
Par :
21 avr. 2020 à 06:45

Il n'y a pas que les patients infectés par le COVID-19 qui se trouvent sous respiration artificielle. Pour Claire Williams, il est "absolument essentiel" pour l'avenir de Williams que la Formule 1 puisse reprendre la compétition cette année, sous peine de risquer de voir son équipe disparaître.

Les neuf premières courses de la saison 2020 de Formule 1 sont déjà annulées ou reportées en raison de la pandémie en cours et l'incertitude règne quant à la date à laquelle la saison pourrait éventuellement commencer et à la forme qu'elle prendrait. Dans ce contexte, des inquiétudes ont été exprimées quant à la survie des équipes. Des mesures importantes de réduction des coûts sont déjà en cours de mise en œuvre et des discussions avec la FIA et les parties prenantes de la discipline ont toujours activement lieu afin d'anticiper la perte de revenus prévue et d'avancer vers un modèle économique durable.

Dans une interview accordée à Sky Sports, Claire Williams, directrice adjointe de Williams F1, a expliqué l'importance pour son écurie de voir les courses relancées dès que possible, ce qui est une condition sine qua none pour permettre, selon elle, aux petites équipes de survivre à la crise. "Nous devons évidemment attendre que le moment soit venu pour le faire en toute sécurité", déclare-t-elle. "La F1 se trouve actuellement dans un environnement incroyablement difficile."

"Nous, les directeurs d'écurie, la FIA et la F1, nous avons passé tellement de temps enfermés dans des réunions au cours des quatre dernières semaines, pour nous assurer que nous faisons absolument tout ce qu'il faut pour tous nous en sortir indemnes à la fin de cette année… Il est clair qu'une grande partie de ce travail consiste à savoir quand nous pourrons reprendre la compétition, en particulier pour une équipe comme la nôtre. Nous sommes l'un des vrais indépendants qui restent, nous n'avons pas le soutien que la majorité de nos concurrents ont en haut et en bas de la grille."

Lire aussi :

"Une opportunité"

Pour Williams, la survie de l'équipe dépend en grande partie de la capacité de la F1 à relancer la machine dès que possible et à produire des courses permettant de générer des revenus associés aux dépenses déjà fortement engagées. "Aller courir cette année est absolument essentiel", poursuit la dirigeante. "Mais comme je l'ai dit, il faut que ce soit quand on peut le faire en toute sécurité. Nous espérons simplement pouvoir retourner en piste cette année, faire la course."

Un certain nombre de personnalités de la F1 ont appelé à une vaste réforme du modèle financier des écuries en préconisant un plafond budgétaire établi à 100 millions de dollars à partir de 2021, soit plusieurs dizaines de millions de moins que ce que beaucoup utilisent déjà, et près de trois fois moins que certains teams les plus dotés.

Un plafond de 175 millions de dollars avait déjà été convenu pour l'année prochaine, mais Claire Williams estime que les nouvelles règles financières sont arrivées trop tard pour protéger la F1 de la crise actuelle. Elle juge même que l'ampleur de certaines difficultés rencontrées aujourd'hui aurait pu être différente dans ce contexte de pandémie. "Je pense que si ces règlements avaient été mis en œuvre il y a deux ans, nous ne serions peut-être pas tous aussi inquiets que nous le sommes probablement aujourd'hui", a-t-elle déclaré au cours de cette même interview.

Lire aussi :

"Nous sommes un peu exposés en ce moment, mais j'ai confiance dans le fait que nous puissions nous en sortir ; j'en suis certaine : je suis toujours éternellement optimiste ! Je pense qu'il s'agit d'une opportunité, et que la Formule 1 et le modèle dans lequel elle évolue ont été exposés comme étant probablement un modèle non durable quand quelque chose comme cela arrive. Je pense que le travail que nous pouvons faire maintenant pour assurer la survie de chaque équipe dans notre sport est absolument essentiel pour que, si une situation similaire devait se reproduire − et Dieu nous en préserve − nous soyons tous bien mieux protégés plutôt que d'avoir à nous démener comme nous devons probablement le faire maintenant."

Claire Williams a reconnu que les limitations variables des voyages et la possible tenue d'événements selon les pays rendaient difficile d'avoir une idée précise du moment auquel les courses pourraient reprendre. "Je sais que le groupe de la Formule 1 travaille d'arrache-pied sur de nombreuses questions, en collaboration avec d'autres organismes sportifs, pour trouver des solutions et des moyens de relancer nos activités sportives", ne peut-elle que constater.

"Il ne faudra le faire que lorsque nous serons sûrs de pouvoir le faire. Mais nous devons recommencer à organiser des courses. L'argent des primes du championnat des constructeurs est très important pour notre entreprise et il est très difficile d'essayer de trouver une solution si nous n'avons pas de courses cette année."

Voir aussi :

Article suivant
Rosberg : Éliminer le facteur chance avec au moins 16 courses

Article précédent

Rosberg : Éliminer le facteur chance avec au moins 16 courses

Article suivant

Ricciardo n'exclut pas un retour chez Red Bull

Ricciardo n'exclut pas un retour chez Red Bull
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nicholas Latifi , George Russell
Équipes Williams
Auteur Guillaume Navarro