Une chute à l'accélération, "inadmissible" pour Espargaró

Se plaignant de son électronique, le pilote Aprilia a subi une chute dès le deuxième tour du Grand Prix des Amériques et a été contraint à l'abandon.

Une chute à l'accélération, "inadmissible" pour Espargaró

Après avoir enchaîné deux arrivées dans le top 10 en ce début de championnat, Aleix Espargaró a connu un coup d'arrêt brutal au Texas. Quatre minutes après le départ, en bagarre avec Jorge Lorenzo qui était alors à la 14e place, le pilote espagnol est parti en highside. Indemne, il a tenté de reprendre la course en queue de peloton, mais n'a finalement bouclé que trois tours de plus avant de définitivement rejoindre son stand.

"Depuis le warm-up, je sentais que le traction control ne fonctionnait pas bien. La moto dérapait énormément et il était très difficile d’accélérer", expliquait le pilote Aprilia, incrédule après une telle chute. "C’était très bizarre, et cela a été la même chose en course. Je n’avais aucun grip et j’ai chuté dans le deuxième tour, en accélérant. Avec l’électronique que nous avons de nos jours, cela me paraît inadmissible de tomber en accélérant en MotoGP, mais c’est le cas."

Lire aussi :

"Je ne pense pas que c’était vraiment de ma faute. Je suis quelqu’un de sincère, lorsque c’est de ma faute, c’est de ma faute, mais aujourd’hui ce n’était pas le cas", assurait-il en toute franchise, déplorant une machine rétive et difficile à interpréter au fil du week-end. "La régularité de la moto n’est pas bonne. Chaque jour, à chaque séance, la moto est un peu différente, et il est difficile de réitérer un travail et un style doux. L’objectif principal est de contrôler cette traction, car nous n’avons pas de grip. Au warm-up, avec peu d'adhérence, le traction control ne fonctionnait pas, j’ai fait beaucoup de [débuts de] highsides, et en course cela a été pareil."

En difficulté avec une moto qu'il sentait lourde dans les changements de direction, Espargaró avait obtenu sa plus faible qualification de ce début de saison (16e), néanmoins il espérait encore inverser la tendance en course à la force du poignet. Les trois autres abandons, couplés à deux pénalités pour départ anticipé, lui donnaient d'autant plus de regrets dimanche soir.

"Il y a eu beaucoup de chutes, nous avons donc perdu une bonne opportunité de prendre beaucoup de points, mais c'est comme ça. Je suis tombé comme les autres", concédait-il. "Au moins, je ne me suis rien fait car avec une chute comme celle-ci j’aurais pu me faire très mal. C’était un virage très lent et je n’ai rien fait."

Lire aussi :

Trois jours d'essais avant Jerez

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Neuvième du championnat à son arrivée au Texas, Aleix Espargaró rétrograde à la 13e place. Il lui faut espérer que le retour en Espagne, avec la manche de Jerez dans un peu plus de deux semaines, lui permettra de se remettre sur de bons rails. La RS-GP a néanmoins un autre problème récurrent à régler, celui du manque de grip initial, qui jusqu'à présent a poussé le pilote à forcer son attaque dans les premiers tours, au risque de détruire ses pneus et de ne plus tenir la cadence en fin de course. Un problème qui se ressent aussi lorsqu'il faut performer sur un tour lancé.

"Chaque fois que l'on monte un pneu arrière neuf, on ne peut pas utiliser le grip", déplorait-il au cours du week-end texan. "C'est quelque chose que Bautista avait déjà quand il était chez Aprilia, c'est-à-dire qu'en rythme de course on est forts, mais le samedi quand on monte un pneu neuf, on n'a pas assez d'appui à l'arrière et on n'extrait pas le grip supplémentaire du pneu. Le manque de grip est énorme. On l'a depuis le début de l'année."

"Nous allons continuer à travailler", promettait Espargaró avant de se tourner vers ce test, qui sera secondé par deux jours de roulage de Bradley Smith à Jerez mercredi et jeudi. "Nous devons améliorer la moto dans plusieurs domaines. Évidemment, le test est une bonne occasion de faire progresser la moto et nous allons essayer d’améliorer le grip, qui est notre objectif depuis les dernières courses. J’espère que nous y arriverons."

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Honda : "Nous ne savons pas ce qui est arrivé à la moto de Lorenzo"

Article précédent

Honda : "Nous ne savons pas ce qui est arrivé à la moto de Lorenzo"

Article suivant

Pol Espargaró, "très fier" de KTM

Pol Espargaró, "très fier" de KTM
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021