MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Aleix Espargaró s'excuse : "J'ai peut-être pris trop de risques"

Aleix Espargaró a fait son mea culpa après la chute qui a mis fin à sa course dès le premier tour, dimanche à Misano, qu'il explique par son besoin de prendre des risques pour compenser le manque d'accélération de son Aprilia.

Aleix Espargaró s'excuse : "J'ai peut-être pris trop de risques"

Complètement abattu à l'issue du Grand Prix d'Émilie-Romagne, Aleix Espargaró a fait amende honorable pour avoir chuté dès le premier tour de la course et impliqué dans sa mésaventure un Franco Morbidelli impuissant qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment et qui, bien que resté sur ses roues, ait perdu gros dans l'incident.

"Je suis vraiment désolé pour Morbidelli parce que je suis tombé tout seul. Quand j'ai touché l'accélérateur, j'ai perdu le poids sur l'avant et je suis tombé et malheureusement ma moto l'a heurté et j'ai gâché sa course", déplore le pilote Aprilia. "Et je suis aussi vraiment désolé pour mon équipe, car c'était un Grand Prix très important, ici en Italie, et ça n'est évidemment pas bon de tomber."

Lire aussi :

Alors que ce Grand Prix marquait le cap de la mi-saison, Espargaró reste dans une dynamique similaire à celle qui a marqué son été. Au guidon d'une RS-GP bien plus prometteuse que ne l'étaient ses versions précédentes, il peine encore à exploiter tout le potentiel mis à sa disposition par manque d'accélération et se voit obligé de forcer sa prise de risque sur les freinages et dans les virages afin de compenser ce déficit, particulièrement sur les circuits qui imposent de fortes relances.

"Encore une fois, en partant 17e je savais que la première partie de la course serait très importante", décrit-il au sujet de la seconde course de Misano. "Au warm-up, je me suis senti très fort en pneus usés, puis j'ai pris un très bon départ et bien que partant 17e j'étais déjà dans le top 10 au deuxième partiel. Si on analyse la course, le rythme des gars du podium ou de certains qui ont terminé derrière n'était pas très différent. Le seul à avoir été super rapide dans la seconde partie de la course, c'est Mir. La qualité est donc très élevée et si on veut obtenir un bon résultat il faut prendre des risques au début de la course, or j'ai peut-être pris trop de risques."

Treizième du premier Grand Prix disputé à Misano, Aleix Espargaró n'a cette fois pas été au bout du premier tour, mettant fin à quatre arrivées récompensées par des points. Dépité, il assure n'avoir "aucune attente" pour son épreuve à domicile de Barcelone, cette semaine, mais garde tout de même espoir qu'un profil de piste différent puisse lui être favorable.

"C'est comme ça, j'ai la moto que j'ai et je vais faire de mon mieux, essayer de terminer la course, c'est très important. C'est un Grand Prix très spécial pour moi et je vais me donner au maximum", promet-il. "Les résultats sont de la merde, mais je sens qu'on est plus proches que jamais. Je suis très rapide, plus que jamais, mais pour le prouver il faut faire des dépassements et bien terminer les courses."

"Le week-end dernier, on a terminé dans le même groupe que Lecuona, Oliveira et Pol, et aujourd'hui Pol est monté sur le podium et Oliveira a affiché exactement le même rythme que lui, alors je sens qu'on n'est pas mauvais vu la vitesse que l'on a, mais je n'arrive pas à dépasser. Je dois prendre plus de risques que les autres pour compenser mon manque d'accélération. Barcelone est un circuit sur lequel on n'a pas vraiment besoin d'une accélération super forte, car la piste est un peu plus rapide que Misano, et j'espère réussir à me montrer plus rapide."

partages
commentaires
Stefan Bradl de retour sur la Honda à Barcelone

Article précédent

Stefan Bradl de retour sur la Honda à Barcelone

Article suivant

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Émilie-Romagne
Catégorie Course
Lieu Misano World Circuit Marco Simoncelli
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020