Un Bagnaia plus solide et plus menaçant pour Quartararo ?

Fabio Quartararo a-t-il raison de craindre Pecco Bagnaia ? Avec ses deux victoires à Assen et Silverstone, le pilote Ducati a fait preuve d'un mental plus solide que jamais et il est, selon le champion en titre, "l'homme qui arrive à vraiment faire la différence".

Un Bagnaia plus solide et plus menaçant pour Quartararo ?
Charger le lecteur audio

Les résultats de Pecco Bagnaia sont plutôt radicaux : lors des sept dernières courses, il a soit abandonné, soit gagné, ni plus ni moins. Lui qu'à chaque défaite on dit battu d'avance dans la course au titre, le voilà qui capitalise sur les gros points engrangés lors des succès qu'il vient de connaître à Assen et Silverstone, qui ont coïncidé avec une mauvaise passe pour Fabio Quartararo − d'abord un premier abandon pour le Français, puis un résultat mitigé en Angleterre, dans la lignée de cette chute aux Pays-Bas qui lui a valu de traîner avec lui une pénalité en arrivant en Grande-Bretagne.

Résultat, Bagnaia a empoché 50 points contre huit pour Quartararo, et l'écart entre eux a été quasiment réduit de moitié pour placer à présent le pilote Ducati à 49 unités du Français, toujours leader. Ces points qui les séparent représentent virtuellement deux victoires à zéro, alors qu'il reste huit courses à disputer. Mathématiquement, la messe est donc encore loin d'être dite, et tout calcul, encore très prématuré, serait erroné s'il ne prenait en compte, au minimum, Aleix Espargaró. Classé deuxième, le pilote Aprilia ne manque pas d'ambitions lui non plus et il fera tout pour que la lutte pour le titre ne se résume pas à un duel. "Je vois plus Pecco en ce moment. C'est l'homme qui arrive à vraiment faire la différence", prévient cependant Quartararo.

Est-ce à dire que les deux hommes se dirigent vers un nouveau face à face, comme celui qu'ils ont livré durant la dernière partie du championnat 2021 ? À l'époque, la course au titre avait été pimentée par le retour en force de Bagnaia, auteur de ses quatre premières victoires en l'espace de six courses, lesquelles avaient vu Quartararo marquer le pas et son avance fondre. Lorsqu'il restait huit manches à disputer la saison dernière, Bagnaia se trouvait à 58 points de Quartararo ; au tomber de rideau, il en avait marqué 32 de plus que le Français et n'échouait finalement que pour 26 unités.

"Il n'a pas repris que quelques points. Si on regarde les deux dernières courses, on a presque perdu [une avance de] deux courses", constate à présent le Champion en titre, bien conscient que son rival italien s'est non seulement relancé mais qu'il a des atouts à faire valoir. "Évidemment, je vois vraiment Pecco dans la lutte pour le titre mais c'est une chose à laquelle il faut s'habituer parce qu'ils ont beaucoup plus d'expérience que nous et ils ont plus de motos."

"Le vendredi, on est toujours rapides parce que notre moto est vraiment très similaire aux années précédentes et évidemment, plus ils font de courses, plus ils connaissent leur moto", analyse le pilote Yamaha. "Le vendredi, ils sont un peu plus lents mais en faisant plus de tours et en enchaînant les journées, ils sont beaucoup plus rapides que nous."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Fabio Quartararo

De toute évidence, que ce soit sportivement ou mentalement, ces deux succès ont clairement boosté Pecco Bagnaia. Gagner à Assen était plutôt inattendu pour lui, aucune Ducati ne s'y étant imposée depuis 2008. Quant à Silverstone, il s'agit d'une piste qui lui avait posé bien des difficultés en 2021 et qui avait vu triompher Quartararo. Pourtant, alors que samedi soir encore il craignait d'être englué dans un Grand Prix qui ne devait pas lui réussir, la tournure de la course, dimanche, lui a finalement souri et il ne minimisait pas sa joie en descendant de sa machine, décrivant ce qui était peut-être sa plus belle victoire. Il faut dire aussi qu'il a enfin réussi à décrocher un deuxième succès consécutif, alors qu'aux deux premiers qu'il a empochés cette saison avaient fait suite des chutes.

"Cette piste s'annonçait clairement comme la plus critique pour nous, car j'y ai toujours été en difficulté. Gagner ici est très important", admettait-il auprès du site officiel du MotoGP dimanche, tout en se montrant prudent pour la suite avec de prochaines courses au Red Bull Ring, à Misano et en Aragón. "Le fait que l'on ait beaucoup progressé sur les pistes sur lesquelles on était en difficulté l'année dernière ne signifie pas qu'on sera compétitifs sur nos pistes favorites. On va attendre d'y aller, on verra qui seront nos adversaires et on va essayer de finir les week-ends de la meilleure façon possible. J'aimerais aborder les courses les unes après les autres, et ne pas penser au-delà."

Malgré la libération que traduisait de toute évidence son langage corporel, le pilote Ducati n'a eu de cesse de se dire prudent dimanche, au moment d'analyser sa performance et la tournure prise par le championnat.

"Mon objectif est toujours d'être compétitif et de gagner des courses. Il faut dire que j'ai eu la chance que Fabio fasse une erreur à Assen et qu'il ait eu une pénalité long-lap ici. Dans des circonstances normales, je pense que Fabio aurait toujours été devant et qu'on se serait battus, et je pense que c'est la course sur laquelle il était le plus compétitif alors on a eu la chance qu'il ait cette pénalité long-lap. On a fait du bon boulot parce qu'on a tiré un avantage de cette situation."

Dans des circonstances normales, je pense que Fabio aurait toujours été devant et qu'on se serait battus. On a eu la chance qu'il ait cette pénalité long-lap.

Pecco Bagnaia

"J'ai repris beaucoup de points lors des deux dernières courses mais je ne veux pas penser au championnat pour le moment, on a le temps avant d'y penser. La prochaine course sera en Autriche ; je vais essayer d'être compétitif, de ne penser qu'à l'Autriche."

Un tournant dans l'approche de Bagnaia

Ceux qui ont été les plus surpris par le succès du #63 à Silverstone sont peut-être ceux qui prédisaient son effondrement psychologique après une trêve estivale perturbée par un fait divers. Sitôt arrivé à Ibiza pour ses vacances, l'Italien s'est en effet illustré par un épisode peu glorieux, un accident de la route survenu alors qu'il quittait une soirée arrosée durant laquelle il avait justement fêté sa victoire néerlandaise. Le pilote a fait profil bas et s'est platement excusé, néanmoins la critique et les questions répétées sur l'importance que pourrait prendre cet épisode ont plané sur ce week-end de Silverstone. Lui que l'on a vu se laisser miner moralement pour moins que ça, il a cette fois encaissé et réussi à faire la part des choses pour rester concentré sur son Grand Prix.

Lorsqu'il a été interrogé sur le changement connu par son championnat en l'espace de deux courses, le pilote Ducati a levé le voile sur un travail psychologique réalisé pendant la pause, peut-être pas anodin dans sa gestion des événements. "C'est sûr que c'est un gros changement. J'ai juste essayé de comprendre ce qui n'allait pas chez moi dans la première partie de la saison et j'ai essayé d'y travailler pendant la pause", a-t-il expliqué.

Le vainqueur Francesco Bagnaia, Ducati Team

Pecco Bagnaia

"Je pense que c'est une question de concentration parfois. Je me disais qu'il fallait que je sois plus calme et je tombais, je pense donc que je n'avais pas le bon état d'esprit", a-t-il précisé. "[Dimanche] aussi, j'ai poussé comme un dingue pour essayer de gagner et d'obtenir un bon résultat. Il était très important de ne pas commettre d'erreur et je suis très content que ça ait été le cas, pour gagner la course."

Ces progrès, s'ils partent de son approche mentale, semblent se traduire aussi dans son pilotage. "Je pense que je me suis un peu amélioré", a-t-il observé. "Dans la dernière partie de l'année dernière je roulais bien, j'étais très compétitif mais le championnat était déjà fini. Cette fois, la situation est différente. J'essaye simplement de m'améliorer. Je suis souvent tombé cette année parce que je n'avais peut-être pas tellement le bon état d'esprit. J'ai donc essayé de progresser pendant la pause estivale pour comprendre mes erreurs avec mon entraîneur à la maison. Je ne veux pas dire que c'est complètement réglé, que je me suis amélioré dans ce domaine, mais j'essaye de progresser dans cette situation."

Un pilote solide mentalement, sur la moto la plus puissante du plateau et celle qui peut compter sur le groupe le plus fourni, voilà potentiellement de quoi menacer Fabio Quartararo, seul représentant de Yamaha aux avant-postes. Mais le Français aussi a de la ressource et il semble bien trop tôt pour que l'un ou l'autre des prétendants au titre s'avoue vaincu.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Oliveira : Les qualifications "freinent" les résultats de KTM
Article précédent

Oliveira : Les qualifications "freinent" les résultats de KTM

Article suivant

Brad Binder s'est "vraiment raté" dans son choix de pneu

Brad Binder s'est "vraiment raté" dans son choix de pneu