Crutchlow : "La moto ne fonctionne pas du tout sur un tour lancé"

Incapable de faire un tour rapide en pneus neufs, Cal Crutchlow parvient à mieux s'adapter au comportement de la version 2020 de sa Honda lorsque les gommes s'usent, et s'attend à un bien meilleur rythme en course qu'en qualifications.

Crutchlow : "La moto ne fonctionne pas du tout sur un tour lancé"

Le mauvais feeling de Cal Crutchlow avec la Honda dans sa version 2020 a persisté durant les derniers essais de pré-saison, disputés sur le circuit de Losail. Le Britannique attendait ces tests au Qatar pour que la piste mette en avant les points positifs et négatifs de la RC213V, et ils ont malheureusement confirmé que sa machine avait de réelles difficultés à prendre les virages. Crutchlow se plaint toujours de difficultés à freiner et s'étonne d'un manque de rythme en pneus neufs, qui s'améliore à mesure que la gomme s'use, et le laisse penser que la tâche sera bien plus ardue en qualifications qu'en course.

"Pour l'instant, on dirait que je vais me qualifier sur la dernière ligne et que je pourrais être devant en course, mais il faudrait dépasser beaucoup de pilotes ! Je ne peux juste pas faire un tour rapide, la moto ne fonctionne pas du tout sur un tour lancé, ou même deux tours rapides", explique le pilote LCR, perplexe alors qu'il n'a pu faire mieux que le 18e temps de ces tests. "Quand le pneu s'use, j'arrive à contourner un peu plus les soucis. C'est étrange, mais c'est comme ça pour le moment. Nous allons continuer de travailler. Le HRC a beaucoup de données, malheureusement [dimanche] je n'ai pas pu donner beaucoup d'informations comme je n'ai fait qu'une vingtaine de tours. Mais le travail [de lundi] était crucial."

"Je n'arrive pas à stopper la moto et je n'ai pas de grip, même en pneus neufs. Sur le run [de lundi] j'avais à la fois trop de grip et pas assez. Je sais que c'est étrange à dire, mais nous n'avions pas assez de grip sur les flancs, mais en même temps trop de grip ce qui fait que la moto a du sous-virage. C'est notre gros problème cette année, et la moto ne ralentit pas. Nous ne pouvons pas pousser [sur l'avant] dans la zone de freinage, où nous devrions gagner, il faut pousser encore plus sur le pneu arrière, mais il faut attendre que le pneu arrière s'use pour pouvoir faire un temps."

Lire aussi :

Interrogé sur ce problème de maniabilité, il le détaille rapidement et confirme qu'il pense savoir d'où il vient. Toutefois, il ne sait pas à quel point il sera aisé pour Honda d'y remédier, puisqu'il rappelle que les problèmes perçus l'an dernier n'avaient déjà pas pu être corrigés : "La moto ne décélère pas, vous freinez mais vous ne pouvez pas prendre le virage normalement. J'ai une idée quant à ce que ça peut être, je pense que HRC a une idée de ce que ça peut être, mais je ne sais pas s'ils pourront changer cela."

"C'est le même problème que l'on avait à Valence en novembre, lorsque j'ai piloté la moto pour la première fois. Et si vous vous rappelez, en 2018, quand j'ai pris la moto 2019, je savais quel était le problème mais c'était trop tard pour le changer et on a continué avec. Et celle-ci, lorsque je l'ai pilotée à Valence, c'était encore pire dans ce domaine, on a continué, et c'est là où nous en sommes. On va voir s'ils arrivent à faire un miracle."

Un bras amoché dans une chute

Ses essais du Qatar ont par ailleurs été marqués par une chute durant laquelle il s'est légèrement blessé au bras. Sa combinaison s'est déchirée au niveau du coude, et il explique que ce n'est pas le fait d'avoir glissé sur le bitume qui a provoqué cela, mais bien le choc initial, qui fut assez violent. Son roulage du dimanche a été largement réduit à cause de cet incident, mais il a tout de même pu reprendre la piste lundi et boucler 70 tours sans être trop gêné.

"C'est l'impact qui a fait ça, ça a presque enlevé le cuir, du poignet au coude. On pouvait voir mon coude, c'était plein de sang. Ça a bien dégonflé avec la machine à glace de la Clinica Mobile, j'y ai passé deux heures, j'ai eu un pansement compressif. Quand je me suis levé [lundi] matin, c'était encore très gonflé. Durant les dix premiers tours, c'était très douloureux, mais avec l'adrénaline j'ai pu rouler sans trop de problèmes."

Dans une condition physique loin d'être optimale, il lutte encore aussi avec des conséquences restantes de sa blessure à la cheville, subie à l'automne 2018 : "Pour l'instant, ça va, je me sens bien avec ma cheville. Il y a deux mois, je pouvais à peine marcher. [Dimanche], dans le gravier, c'était un peu douloureux au départ, mais ça va. Mes mouvements sont toujours un peu limités avec le frein arrière. J'ai du mal à mettre mon pied sur le repose-pied, je me repose sur le frein arrière au lieu de pouvoir le remettre sur le repose-pied, car je n'arrive pas à faire ce mouvement. Mais pour l'instant, ma cheville n'est pas le problème. Le bras, la moto, et le reste, voilà ce que sont les problèmes !"

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Pour Morbidelli, Quartararo a "amplement mérité" la Yamaha officielle

Article précédent

Pour Morbidelli, Quartararo a "amplement mérité" la Yamaha officielle

Article suivant

Miller se dit "prudemment confiant" avant le début de saison

Miller se dit "prudemment confiant" avant le début de saison
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021