Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?
Charger le lecteur audio

Honda pourrait devenir un constructeur autorisé à bénéficier de concessions pour la première fois de son histoire en MotoGP lors de la saison 2022 si la marque japonaise continuait à se montrer incapable de signer un podium cette saison, est en mesure de confirmer Motorsport.com.

Honda connaît une campagne 2021 difficile : les quatre pilotes de l'équipe d'usine et du team satellite LCR ont du mal à atteindre un niveau de performance proche de celui espéré avec la RC213V. Pour l'heure, le meilleur résultat obtenu par Honda est revenu au pilote satellite Takaaki Nakagami, avec la quatrième place collectée à l'arrivée du GP d'Espagne. Dans le même temps, Marc Márquez, qui redécouvre encore ses capacités physiques, et Pol Espargaró, arrivé cette année dans l'équipe, n'ont pas encore permis à la structure d'usine de fêter une arrivée dans le top 6… Honda occupe ainsi la cinquième place du classement des constructeurs, avec seulement trois points d'avance sur Aprilia, avant la septième manche du championnat en Catalogne.

Un moyen d'équilibrer le plateau

Le MotoGP a mis en place le système de concessions en 2016 afin d'offrir aux nouveaux constructeurs en difficultés une chance de devenir compétitifs. Ducati, Aprilia, Suzuki et KTM ont tous bénéficié de concessions à cette époque, leur permettant de profiter de tolérances de développement, de tests, ou d'éléments opérationnels. Le système a fortement contribué à rendre particulièrement compétitif le plateau MotoGP ces dernières années et à le rendre extrêmement équilibré.

En 2021, seul Aprilia, qui n'aligne que deux motos en course, reste un constructeur concessionnaire. Cet avantage permet à la firme italienne de réaliser des essais privés illimités avec ses pilotes de course et d'utiliser neuf moteurs pendant une saison, pouvant être développés librement. Ceux qui ne bénéficient pas de concessions doivent effectuer une saison avec sept moteurs dont le développement est gelé en début de campagne, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas évoluer en cours de saison. Les constructeurs ne bénéficiant pas de concessions ne sont pas non plus autorisés à effectuer de journées d'essais privés avec leurs pilotes titulaires. Une autre distinction entre les bénéficiaires de concessions et les autres concerne les autorisations d'alignement de wild-cards : Aprilia est ainsi autorisé à en inscrire lors de six courses pendant la saison, tandis que les autres constructeurs ne peuvent le faire que trois fois. Tout cela ne signifie pas qu'Aprilia, qui peut utiliser ces concessions à loisir, ne le fait réellement et n'alloue tant de ressources à son programme. Mais, tombées dans les mains de Honda, de telles largesses sauraient être grandement exploitées.

Lire aussi :

Une saison difficile qui pourrait ouvrir des droits

En raison de la pandémie de COVID-19 qui a gravement affecté la saison 2020, le MotoGP a choisi d'empêcher les constructeurs d'obtenir des concessions basées sur leurs résultats au cours de la saison dernière. De son côté, KTM, dont le projet a gagné en maturité et s'est même soldé par des succès en 2020, a perdu les siennes. Honda (qui a tout de même obtenu deux podiums avec Álex Márquez en France et en Aragon), n'est pas devenu constructeur concessionnaire pour 2021 en dépit de ses difficultés. Le fait que Honda obtienne des concessions en 2022 aurait un impact significatif sur le plateau, en particulier si la marque se trouvait en mesure de produire une moto plus compétitive avec laquelle un Marc Márquez en pleine forme pourrait être un prétendant au championnat. Mais l'Espagnol ne croit pas que Honda obtiendra de telles concessions pour la saison MotoGP 2022, car il continue à se montrer convaincu que la marque montera sur au moins un podium avant la fin de l'année 2021.

Le fait est que Honda demeure dans l'une de ses saisons les plus difficiles en MotoGP. Cette situation fait suite à une année 2020 très difficile au cours de laquelle Honda a enregistré sa première campagne sans victoire dans la catégorie reine depuis son retour à plein temps en 1982, et n'a obtenu que deux podiums - bien que ce manque de résultats soit en grande partie dû à l'absence de Márquez, blessé. L'absence du leader du constructeur japonais n'a fait que mettre en lumière la difficulté d'obtenir des résultats probants avec cette machine que seul le Champion semble savoir dompter, et dont il sent maintenant la rudesse en raison de sa condition physique et mentale plus vulnérable qu'auparavant.

Si Honda venait à achever la saison 2021 sans jamais atteindre le podium, il lui sera alors possible de développer le moteur en cours de saison et d'effectuer des essais privés avec les pilotes de course. Márquez, qui s'est qualifié en 13e position pour le Grand Prix de Catalogne sans parvenir à se hisser en Q2, admet que des concessions seraient "bien" pour Honda afin de l'aider à améliorer sa forme, mais il ne croit pas que l'on en arrivera là.

"Je tiens à dire que je souhaite que nous n'ayons pas les concessions, parce que cela signifierait que nous aurions un podium et peut-être une victoire," a déclaré Márquez sur le sujet, lorsqu'il a été interrogé par Motorsport.com sur la possibilité de voir Honda changer de statut l'an prochain. "De toute façon, maintenant, bien sûr, nous sommes dans un moment difficile et tout ce que nous pouvons avoir pour l'avenir, un quelconque avantage, serait bien pour nous. Mais je ne pense pas que nous allons obtenir des concessions. Honnêtement, je pense que nous aurons un podium avant la fin de l'année."

Lire aussi :

Pas le même optimisme que Márquez chez son équipier

Les commentaires de Márquez sont intervenus après que son coéquipier Honda, Pol Espargaró, ait déclaré que le HRC "en a besoin", principalement en raison du fait qu'il n'a eu à titre personnel que cinq jours d'essais sur la moto avant le début de la saison.

"Je n'ai pas honte, honnêtement, et je ne pense pas que Honda devrait avoir honte de penser à des concessions", a déclaré Espargaró – qui s'est qualifié 12e à Barcelone après une chute en Q2. "Nous sommes dans l'élite du motocyclisme et tout le monde investit beaucoup d'argent ici, et peu importe combien vous investissez, vous n'obtenez pas [toujours] les meilleurs résultats. C'est ça, la course. Je n'ai pas honte d'avoir des concessions et, si je dois être honnête, en ce moment, nous en avons besoin  !"

Le pilote espagnol anticipe des problèmes récurrents si Honda ne bénéficie pas d'un coup de pouce. "Nous n'avons pas de journées d'essais, je n'en ai fait que cinq cette saison, ce qui n'est rien. La moto n'est pas au niveau que nous aimerions qu'elle soit, et l'année prochaine nous aurons les mêmes jours d'essais [dans la cas où Honda n'aurait pas de concessions, ndlr], donc nous serons dans la même situation que maintenant. Bien sûr, les concessions seraient très utiles pour nous. J'ai déjà été dans cette situation [chez KTM] de retourner les choses et être là où il le faut."

Avec Germán Garcia Casanova et Lewis Duncan

partages
commentaires
Warm-up - Nakagami leader, Viñales à la faute
Article précédent

Warm-up - Nakagami leader, Viñales à la faute

Article suivant

Oliveira : "Celui qui gagne ici est celui qui perd le moins" des pneus

Oliveira : "Celui qui gagne ici est celui qui perd le moins" des pneus