Après sa pénalité en Argentine, Crutchlow veut se focaliser sur Austin

partages
commentaires
Après sa pénalité en Argentine, Crutchlow veut se focaliser sur Austin
Par :
12 avr. 2019 à 11:40

L'Anglais n'entend pas revenir sur sa sanction subie en Amérique du sud, ni même peser sur un changement de la règle. Il souhaite au contraire passer à autre chose, et plus précisément le GP des Amériques, où il espère faire un résultat.

La réputation de Cal Crutchlow n'est plus à faire, l'Anglais étant un modèle d'engagement en MotoGP. Mais sa détermination pourrait être de nouveau décuplée ce week-end aux États-Unis suite aux événements du GP d'Argentine il y a deux semaines.

Sur le circuit de Termas de Río hondo, le pilote LCR s'était vu pénalisé d'un ride-through pour un départ anticipé loin d'être évident (même si un ralenti a effectivement permis de détecter un infime mouvement du numéro 35 juste avant l'extinction des feux).

Lire aussi :

Une sanction vécue par l'intéressé comme une injustice, même s'il admet à présent que cette affaire appartient au passé. "Pour être honnête, j'ai dit tout ce que j'avais à dire après la course", a-t-il rappelé lors de son point presse jeudi. "Bien sûr, je n'étais pas d'accord avec la règle, mais je ne le suis pas non plus s'ils la changent maintenant. Cela signifie que si quelqu'un vole le départ à présent celui-ci aurait un avantage que je n'ai pas eu lorsque ce fut mon cas."

"Ce n'est pas à moi de décider. Ils classent cela comme un départ anticipé, et pas moi. Sur le moment, la pénalité était ridicule vu le peu que j'ai bougé, mais je vais arrêter de répondre aux questions car je ne peux rien y faire à présent. Nous devons accepter ça et aller de l'avant. Espérons que ce week-end je ne vais pas voler le départ et que je vais pouvoir grimper sur le podium."

Absent de la commission de sécurité

Crutchlow l'assure : dans l'impossibilité d'annuler la pénalité dont il a été la cible, il a préféré faire le vide avant de se concentrer pleinement sur le GP des Amériques qui se déroule ce week-end à Austin. "Cela ne m'a clairement pas empêché de dormir. Je suis allé en Californie et j'ai fait du vélo pendant dix jours, donc je n'ai pas de problèmes. Je pense qu'ils ont perdu plus de sommeil que moi", reprend-il, tout en laissant clairement comprendre qu'il ne faudra pas compter sur sa présence lors de la traditionnelle Commission de sécurité du vendredi. "Je n'ai pas prévu d'y participer pour être honnête. Ce n'est pas contre la réunion, mais j'ai beaucoup de médias à faire, et en plus ça m'est égal à présent."

Un autre sujet sera probablement abordé lors de la Commission de sécurité aujourd'hui, à savoir l'état de la piste texane, d'aucuns considèrent comme très bosselée. Sur ce thème, Crutchlow préfère attendre de voir justement comment se déroulent les premiers essais libres avant de tirer la moindre conclusion. "Je pense que cela va être une course difficile pour beaucoup de jeunes gars, et pour quasiment tout le monde en fait à cause des conditions de piste que nous devons d'ailleurs évaluer", annonce-t-il. "Il faut voir quelle est la situation lors des EL1 et voir où sont les bosses."

Lire aussi :

Des travaux ont bien été entrepris récemment sur le COTA, mais ceux-ci se sont limités au virage 10, alors que de nombreux autres tournants auraient bien eu également besoin d'une réfection. C'est en tout cas ce que pense l'Anglais. "Autant que je sache, il s'agit d'un virage [le virage 10] sur l'ensemble de la piste. J'ai parcouru la piste en vélo aujourd'hui [jeudi], et le virage 2 était comme une piste de motocross l'an dernier, mais là c'est encore pire. Mais c'est la même chose pour tout le monde."

"En 2013, c'était fantastique honnêtement, c'était la plus belle piste sur laquelle j'avais roulé. Et maintenant on peut dire que c'est l'une des pires pour les pilotes, car c'est juste trop difficile de gérer chaque tour avec les bosses. Le virage 2 est horrible. Ils ont resurfacé le virage 10, mais je ne comprends pas pourquoi ils n'ont fait ça que sur un seul virage de la piste. Nous allons voir, on ne sait pas tant qu'on n'a pas roulé dessus. Je suis optimiste quant au fait qu'on ait un bon week-end, je suis impatient. C'est une piste technique, une bonne piste pour piloter."

Des craintes pour sa cheville

Sa pénalité en Argentine ne saurait faire oublier la très bonne forme de Crutchlow en ce début d'année, qui a elle-même occulté les séquelles de sa blessure qui le faisaient encore tant souffrir lors des essais officiels en Malaisie et au Qatar.

Mais sur un circuit aussi physique que celui d'Austin, le Britannique pourrait-il être pénalisé ? Si les multiples changements de direction compris dans le premier secteur ne lui font pas peur, celui-ci admet que l'enchaînement situé entre les virages 16 à 18, qui ne sont en fait qu'un seul et même virage à droite mais de trois points de corde, pourrait être un défi pour lui. "Il va falloir que je fasse attention à ma cheville dans le triple-droit en raison du niveau de grip arrière et d'angle qu'on y utilise", analyse-t-il. "Parfois la cheville est mieux, parfois elle est pire."

Sur ce point aussi, les premiers essais libres devraient apporter à Crutchlow de premiers enseignements sur son état de forme ce week-end. L'an dernier, il avait évolué dans le groupe de tête avant de chuter en course tout en parvenant à repartir, avec une arrivée hors des points.   

Article suivant
Quartararo : "Si on est en forme sur cette course, on l'est partout"

Article précédent

Quartararo : "Si on est en forme sur cette course, on l'est partout"

Article suivant

Aleix Espargaró se sent plus fort que jamais

Aleix Espargaró se sent plus fort que jamais
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Pilotes Cal Crutchlow Boutique
Équipes Team LCR
Auteur Willy Zinck
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu