MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Guintoli dans la douleur à Brno : "Je savais que ça allait être difficile"

partages
commentaires
Guintoli dans la douleur à Brno : "Je savais que ça allait être difficile"
Par :
7 août 2018 à 11:30

Le pilote français a atteint ses objectifs en République Tchèque, bien qu'il ait dû serrer les dents pour boucler intégralement son week-end.

Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP

Sylvain Guintoli est parvenu à aller au bout de sa course, dimanche à Brno, en dépit du fait qu'il souffre de deux côtes cassées depuis sa chute aux 8H de Suzuka, le week-end précédent. Aidé par des antidouleurs, le pilote français a malgré tout bouclé l'intégralité du week-end tchèque, pour lequel il réalisait sa deuxième wild-card de la saison avec Suzuki.

"Ça a été très dur, une course très difficile", explique-t-il. "Je savais que ça allait être difficile. J'ai déjà couru par le passé en étant blessé, mais là ça n'a eu de cesse d'empirer tout au long du week-end. La Clinica Mobile m'a aidé, juste pour essayer d'atténuer la douleur, mais c'était encore douloureux de dompter la bête pendant 21 tours. Une longue course, donc."

Lire aussi :

Une longue course dont il avait à cœur de voir l'arrivée, lui qui avait rapidement chuté à Barcelone à l'occasion de sa première wild-card de l'année. Qualifié 21e – et finalement parti 20e à la suite du forfait de Pol Espargaró –, le Français a réussi son envol, néanmoins il a logiquement eu plus de difficultés sur la durée.

"J'ai pris un bon départ et fait de bons premiers virages. Je crois que j'étais 15e et je me suis un peu battu avec les autres au départ de la course, donc c'était bien mais, avec ma blessure, c'était vraiment difficile pour moi de garder le rythme", regrette-t-il, finalement dépassé par les Aprilia, Lüthi, Nakagami et Abraham pour terminer à la 19e place, à 42"4 du vainqueur.

"Je pensais que ce serait bien si on réussissait à terminer dans les 40 secondes [par rapport au vainqueur] et on n'en est pas loin. J'avais Karel en vue pendant quelque temps, et j'ai aussi battu Xavier [Siméon]. Le job est fait. Je suis content d'avoir réussi à terminer la course."

"J'ai un peu manqué de grip arrière pendant toute la course, j'ai donc essayé de gérer ça et d'être très fluide parce que ça patinait pas mal", souligne le pilote Suzuki, qui avait opté pour le pneu medium à l'avant et hard à l'arrière, à l'instar d'Álex Rins. "Je crois qu'on a fait le bon choix de pneus, mais cette piste est particulière", note-t-il.

37 tours de plus lundi

L'usure du pneu arrière était sur le cahier des charges de Suzuki pour la journée de test post-course de lundi, à laquelle Sylvain Guintoli a participé malgré sa blessure. Il était notamment prévu de passer en revue les données recueillies durant le Grand Prix, véritable test grandeur nature pour le pilote d'essais, afin d'en tirer des enseignements potentiellement utiles aux titulaires dès la prochaine course. Guintoli indiquait qu'il allait "travailler sur différentes stratégies : certaines seront probablement basées sur les informations qu'on a recueillies pendant la course, pour essayer de régler nos problèmes et nos faiblesses".

Lire aussi :

Un châssis incluant plusieurs nouveaux éléments, et déjà utilisé par le Français pendant le week-end, faisait partie des pièces à tester et comparer lundi, notamment dans le garage d'Álex Rins. L'électronique était aussi un axe de travail important pour l'ensemble des pilotes et a apporté des éléments positifs du côté de l'Espagnol, alors qu'Andrea Iannone a rapidement dû mettre un terme à sa journée à la suite d'une blessure.

"On a réalisé un test utile et essayé différentes pièces", explique pour sa part Guintoli. "Le week-end s'est bien déroulé. Je me serais bien passé de la blessure, c'était très douloureux, mais on a tout bouclé et recueilli beaucoup d'informations. On a confirmé certaines parties du châssis qu'on avait déjà testées à Motegi et travaillé sur de nombreuses choses différentes, parmi lesquelles des stratégies électroniques. On travaille dur, mais les courses sont bien entendu le meilleur test pour les données. On travaille sur le court, le moyen et le long terme : tout a de la valeur, que ce soit pour maintenant pour pour l'avenir." 

Après plusieurs semaines intenses partagées entre le MotoGP et les 8H de Suzuka, le Français va désormais pouvoir se reposer un peu. Il retrouvera le paddock MotoGP à l'occasion de sa prochaine wild-card, qu'il disputera en octobre au Grand Prix du Japon. "J'ai hâte d'y être. On a aussi un autre test à Motegi avant cela, ce qui sera bien pour poursuivre les essais et préparer la course."

Article suivant
Test intense pour Márquez : "Une nouvelle chose à chaque run"

Article précédent

Test intense pour Márquez : "Une nouvelle chose à chaque run"

Article suivant

Ducati poursuit ses comparaisons de châssis et de carénages

Ducati poursuit ses comparaisons de châssis et de carénages
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de République Tchèque
Catégorie Course
Lieu Brno Circuit
Pilotes Sylvain Guintoli
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa