Iannone pointe un code antidopage inadapté au MotoGP

Le pilote italien multiplie les efforts pour être blanchi, après qu'il a été reconnu qu'une contamination alimentaire involontaire était à l'origine de son contrôle antidopage positif, mais il pense aussi à l'après et milite pour un changement du règlement.

Iannone pointe un code antidopage inadapté au MotoGP

Andrea Iannone le sait, s'il arrive à se sortir de l'affaire de dopage dans laquelle il a plongé en décembre dernier, une épée de Damoclès continuera de peser au-dessus de sa tête. "À l'avenir, je devrai faire attention parce que si une chose pareille m'arrive à nouveau, je suis foutu pour toute la vie", admet-il dans les colonnes de Motosprint. Mais le pilote italien est également perplexe quant à la manière dont il a ingéré la substance incriminée retrouvée dans ses analyses, et il pointe du doigt ce qu'est la réalité de la vie des pilotes en comparaison avec le cadre strict fixé par le Code mondial antidopage.

"Il y a une incongruité, à l'heure actuelle, entre le règlement et la vie frénétique que nous, les athlètes, nous menons. On mange un peu partout, dans les aéroports du monde entier : en Thaïlande, en Malaisie, au Japon, en Australie. On a passé cinq semaines en Asie et moi je suis aussi passé par Singapour. La raison pour laquelle cette substance se trouvait dans mes analyses était claire. Dans cette zone, la viande est importée de Chine, où certaines substances sont utilisées."

Lire aussi :

Depuis sa suspension le 17 décembre, basée sur un contrôle positif réalisé lors du Grand Prix de Malaisie, Iannone s'est défendu en arguant avoir consommé, à son insu, de la viande traitée dans un restaurant où il s'est rendu pendant une longue tournée asiatique. Si la FIM a validé cette explication, il n'en a pas moins été lourdement sanctionné. "J'ai été reconnu innocent, mais positif pour contamination alimentaire. Qu'est-ce que j'aurais dû faire ? Avoir avec moi un chimiste et lui dire de se rendre deux jours plus tôt dans les endroits où j'avais prévu de manger pour qu'il analyse tous les produits ?" s'interroge-t-il.

Aujourd'hui, Andrea Iannone dispose d'un ultime recours, auprès du Tribunal Arbitral International, pour tenter de lever sa suspension, qui à ce jour court jusqu'en juin 2021. Mais dès qu'il sera sorti d'affaire, il a la ferme intention de faire changer les choses et de pousser pour que le MotoGP réponde à son propre code antidopage, plus réaliste.

"Nous, les pilotes, on ne peut pas avoir les mêmes contraintes que les athlètes des sports olympiques et être comparés à eux : on court chaque dimanche, pas une fois tous les quatre ans. Et chaque fois dans un pays différent. Et on mange tous à des endroits différents, certains à l'hôtel, d'autres au restaurant ou à l'hospitalité. Une fois le travail en piste terminé, chacun fait un peu comme il veut."

"Et puis je veux préciser une autre chose : comment fait-on pour comparer un athlète du décathlon et un pilote moto ? On m'a trouvé des substances contre-productives et dommageables en termes de performances pour le sport que je fais, pas des substances qui les améliorent", pointe le pilote, favorable en ce sens à la mise en place d'une liste plus adaptée aux sports mécaniques, déjà évoquée par Carmelo Ezpeleta.

Lire aussi :

Pourrait-il mettre en garde les autres pilotes face à un quotidien potentiellement dangereux ? "Même si l'idée me venait, je m'attendrais à recevoir peu de réponses de la part des autres pilotes", souligne Iannone, qui a révélé n'avoir été contacté que par deux pilotes depuis sa suspension. "Mais je peux vous assurer que, quand on retournera courir, je serai le premier à soulever le sujet à la Commission de sécurité et à demander une modification du règlement parce que c'est une question qu'il faut aborder. Et je le dis pour le bien de tous et en pensant aussi aux autres pilotes. Je suis juste désolé d'avoir dû y passer en premier, mais je sais aussi que j'ai toujours un traitement spécial, qui m'est disons 'réservé', dans chaque chose que je fais. Mais ça fait partie du jeu."

partages
commentaires
Yamaha pressent "des effets économiques à long terme"

Article précédent

Yamaha pressent "des effets économiques à long terme"

Article suivant

Álex Rins : "Je n'ai pas envisagé de quitter Suzuki"

Álex Rins : "Je n'ai pas envisagé de quitter Suzuki"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021