Lorenzo : "Je suis encore loin"

Le pilote Honda continue de rencontrer des difficultés, et a terminé dans le fond du classement lors du premier jour du Grand Prix des Amériques. Il reste néanmoins objectif sur sa performance, et se concentre sur son adaptation à la RC213V.

Lorenzo : "Je suis encore loin"

Jorge Lorenzo avait prévenu juste avant le dernier Grand Prix, en Argentine, qu’il ne serait pas aux avant-postes avant l’arrivée du plateau MotoGP en Europe, en raison des deux pistes compliquées pour lui que sont l'Autodromo Termas de Río Hondo et le Circuit of the Americas, qui s’ajoutent aux blessures qui ont ralenti son adaptation à la Honda. Au terme de la première journée d’essais au Texas, ses propos se confirment.

Lire aussi :

Le Majorquin a en effet terminé très loin vendredi. D’abord 18e en EL1, il a progressé de six dixièmes pour se classer 16e en EL2, à toujours plus d’une seconde du meilleur temps. "Sur un circuit qui me convient bien, comme le Qatar, [ça va], j’y avais terminé deuxième lors des EL2. Mais aussi bien en Argentine qu’ici, c’est difficile. Nous sommes encore en train d’apprendre beaucoup de choses pour me rendre la vie plus facile", a-t-il déclaré lors de son point presse.

Une adaptation toujours en cours

En raison de sa fracture au scaphoïde en début d’année, puis de sa blessure à une côte au Qatar, le nouveau pilote Honda a perdu un temps précieux pour mieux découvrir sa RC213V, et cela joue en ce début de saison. En effet, de nombreux changements qui auraient dû être apportés à sa machine durant les tests hivernaux sont réalisés actuellement.

"Je ne me sens pas encore à l’aise sur la moto. Nous sommes en train de changer l’ergonomie, mais nous travaillons aussi sur les réglages et mon style de pilotage afin que je m’adapte à cette moto", a-t-il expliqué. "C’est une situation qui n’est pas simple à digérer, mais il faut le faire car bientôt du positif arrivera, et à partir de là, cela ira mieux."

"La moto est très compétitive si on la pilote comme elle doit être pilotée", a-t-il ajouté. "Il est certain que c’est surtout Marc [Márquez] qui l’a faite évoluer, il l’a adaptée à son style. C’est une moto très petite, et tout est très compact. Je ne suis pas Michael Jordan, je ne mesure pas deux mètres, mais j’ai les jambes plus larges et je ne suis pas encore à l’aise sur la moto. J’ai du mal dans les changements de direction. Aujourd’hui nous avons testé un siège plus élevé, et nous allons continuer à essayer des choses afin que je finisse par me sentir à l’aise."

Le pilote espagnol est toujours très loin de son coéquipier, qui évolue pour sa part dans les premières places du classement depuis le début de la saison : "Je ne sais pas si le problème vient de l'avant, mais ce qui est clair c'est que Marc connaît la moto et en tire son potentiel maximal. Personnellement, en raison de beaucoup de choses, je ne le fais pas encore tout le temps. De façon générale, je suis encore loin."

Du point de vue de sa forme physique, Lorenzo a tenu à insister sur le fait que ses blessures ne le gênent plus en piste, et que cela reste seulement "un inconvénient dans la préparation physique". À présent remis, il peut pleinement se concentrer sur son adaptation à la Honda, et tenter de viser un résultat convenable aux États-Unis.

Lire aussi :

Cela ne sera pas simple, car les positions du premier jour risquent de ne plus bouger en raison des orages annoncés ce samedi. Dans ce cas, le Majorquin devra passer par la Q1, mais pourrait réaliser la même performance qu’en Argentine et parvenir à passer en Q2. Quoi qu’il en soit, il prend son mal en patience avant le prochain Grand Prix de Jerez et l’affirme : "Il faut être positif".

partages
commentaires
Les Ducati officielles en difficulté
Article précédent

Les Ducati officielles en difficulté

Article suivant

Bien parti, Miller prend le temps d'observer Márquez

Bien parti, Miller prend le temps d'observer Márquez
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021