MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
26 jours
16 avr.
Prochain événement dans
40 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
53 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
81 jours
03 juin
Prochain événement dans
88 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
102 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
109 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
123 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
158 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
172 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
186 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
193 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
207 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
214 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
228 jours
28 oct.
Prochain événement dans
235 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
249 jours

Pour Quartararo, l'absence de Márquez n'explique pas l'irrégularité

Pilote le plus victorieux cette saison, Fabio Quartararo vient d'encaisser un lourd revers en terminant hors des points au Grand Prix d'Aragón alors qu'il s'élançait de la pole position. Un cas parmi d'autres dans une saison faites de hauts et de bas incessants.

Pour Quartararo, l'absence de Márquez n'explique pas l'irrégularité

Premier vainqueur de cette saison 2020, Fabio Quartararo aborde les quatre derniers Grands Prix en étant toujours solidement accroché à ses rêves de titre, même s'il vient de glisser à la deuxième place du classement général. Son retard de six points sur le nouveau leader est minime à ce stade, mais c'est le cas également de son avance sur ses poursuivants, notamment les deux plus proches, présageant d'un final toujours aussi intense et incertain.

Lui qui assurait être épargné par la pression lorsqu'il menait le championnat affirme ne toujours pas la ressentir en dépit des enjeux, soulignant habilement que ses trois principaux adversaires sont plus attendus que lui et ont donc toutes les raisons d'en subir le poids. "Les trois gars qui m'entourent sont pilotes officiels et doivent se battre eux aussi. Alors, franchement, la pression ne pèse pas vraiment sur moi pour le championnat. Je me sens bien et un peu libéré. Je suis confiant, parce qu'on est en très bonne position actuellement", assure le pilote français.

Lire aussi :

Acteur majeur d'une saison exceptionnelle, marquée par la très grande variation des résultats d'une course à l'autre, Quartararo réfute en tout cas l'idée selon laquelle ce serait l'absence de la star du championnat, Marc Márquez, qui engendrerait cette grande instabilité. "Quand Marc est dans le championnat, on peut voir qu'il est puissant, il est la référence, mais je pense en fait qu'il y a actuellement beaucoup de références", souligne-t-il.

Il est vrai que si l'on cherche une référence cette saison, on ne sait plus où donner de la tête, alors que vient d'être consacré un huitième vainqueur en autant de courses. Vainqueur à trois reprises, Quartararo est le seul à avoir pu se hisser plusieurs fois sur la plus haute marche du podium, ce qui aura compensé mathématiquement des épreuves plus compliquées à l'image de la dernière. "Ce n'est pas comme si on était nettement plus lents par rapport à l'année dernière et je pense que ça se voit, on a eu beaucoup de vainqueurs dans des conditions différentes. Ceux qui sont ici sont très rapides", pointait-il cet après-midi en conférence de presse, accompagné notamment par les autres hommes du quatuor de tête.

Exprimant un avis diamétralement opposé à celui d'Andrea Dovizioso, qui voit dans le changement du pneu arrière la seule et unique cause de l'instabilité des résultats, le pilote Petronas estime que cette fameuse nouvelle carcasse introduite cette année par Michelin peut expliquer la situation actuelle : "Les pneus ont changé et je pense que c'est plus égal pour tout le monde. L'ancien pneu était positif pour certaines motos, négatif pour d'autres, et je pense qu'avec celui de cette année c'est très constant pour tout le monde. Ça veut aussi dire que c'est un championnat étrange, mais pour moi ça n'est pas parce que Marc n'est pas là."

Deuxième chance en Aragón

Les pneus auront quoi qu'il en soit été une nouvelle fois au cœur des performances (et des contre-performances) le week-end dernier, lors du premier des deux Grands Prix disputés en Aragón. À titre personnel, Quartararo a estimé avoir perdu gros à cause d'un souci de pression dans son pneu avant, problème que Michelin continue d'étudier. Une épreuve, en somme, représentative de ces fortes variations de performances qui sont devenues la marque de cette saison.

"Le week-end dernier a été fait de hauts et de bas pour nous. Je suis tombé, ensuite j'ai fait une super pole, puis en course j'ai eu un problème avec le pneu avant lié à la pression. Mais mon rythme n'était de toute façon pas extrêmement bon. J'avais le rythme pour me battre pour le top 5, mais pas vraiment suffisant pour le podium ou la victoire."

Pour le deuxième week-end de course à Alcañiz, Quartararo s'attend désormais à du changement, et ne peut qu'espérer en tirer profit : "On semble avoir trouvé quelque chose de positif pour ce week-end et je veux clairement me battre pour un très bon résultat, parce que je pense qu'on a quelque chose de positif pour demain, ainsi que pour samedi et dimanche."

Lire aussi :

Le pilote français ne regrette en revanche pas son choix de disputer la course avec une monte medium-soft, bien qu'il ne l'ait précédemment pas testée en essais. "On a décidé de prendre le medium à l'avant parce que je n'avais pas eu de très bonnes sensations avec le soft", explique-t-il. "Après ma chute en EL3 due à un pneu avant froid, le team n'a pas vraiment voulu que je fasse les EL4 avec le medium, on a donc pris le soft et le principal problème à la fin des EL4 était le pneu avant. Donc même si on n'avait pas essayé ce pneu, j'ai dit qu'il fallait qu'on fasse la course avec celui-là, d'autant qu'on avait vu que Franco [Morbidelli] avait fait les EL4 et les qualifs avec et qu'il avait un gros potentiel."

"Je pense que c'était une très bonne décision, même si on a eu ce souci de pression, car on a pu voir qu'Álex [Márquez] a fait le podium avec ce pneu avant. C'était une très bonne association [avec le soft arrière]. Pour le moment, je garderais les mêmes pneus, mais on va travailler sur différentes combinaisons pour voir s'il y a une possibilité de faire la course avec une autre gomme."

partages
commentaires
Álex Márquez ne se voit pas en candidat à la victoire

Article précédent

Álex Márquez ne se voit pas en candidat à la victoire

Article suivant

Espargaró conscient de la menace du coronavirus malgré les précautions

Espargaró conscient de la menace du coronavirus malgré les précautions
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Marc Márquez , Fabio Quartararo
Équipes Repsol Honda Team , Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020