Pour Quartararo, l'absence de Márquez n'explique pas l'irrégularité

Pilote le plus victorieux cette saison, Fabio Quartararo vient d'encaisser un lourd revers en terminant hors des points au Grand Prix d'Aragón alors qu'il s'élançait de la pole position. Un cas parmi d'autres dans une saison faites de hauts et de bas incessants.

Pour Quartararo, l'absence de Márquez n'explique pas l'irrégularité
Charger le lecteur audio

Premier vainqueur de cette saison 2020, Fabio Quartararo aborde les quatre derniers Grands Prix en étant toujours solidement accroché à ses rêves de titre, même s'il vient de glisser à la deuxième place du classement général. Son retard de six points sur le nouveau leader est minime à ce stade, mais c'est le cas également de son avance sur ses poursuivants, notamment les deux plus proches, présageant d'un final toujours aussi intense et incertain.

Lui qui assurait être épargné par la pression lorsqu'il menait le championnat affirme ne toujours pas la ressentir en dépit des enjeux, soulignant habilement que ses trois principaux adversaires sont plus attendus que lui et ont donc toutes les raisons d'en subir le poids. "Les trois gars qui m'entourent sont pilotes officiels et doivent se battre eux aussi. Alors, franchement, la pression ne pèse pas vraiment sur moi pour le championnat. Je me sens bien et un peu libéré. Je suis confiant, parce qu'on est en très bonne position actuellement", assure le pilote français.

Lire aussi :

Acteur majeur d'une saison exceptionnelle, marquée par la très grande variation des résultats d'une course à l'autre, Quartararo réfute en tout cas l'idée selon laquelle ce serait l'absence de la star du championnat, Marc Márquez, qui engendrerait cette grande instabilité. "Quand Marc est dans le championnat, on peut voir qu'il est puissant, il est la référence, mais je pense en fait qu'il y a actuellement beaucoup de références", souligne-t-il.

Il est vrai que si l'on cherche une référence cette saison, on ne sait plus où donner de la tête, alors que vient d'être consacré un huitième vainqueur en autant de courses. Vainqueur à trois reprises, Quartararo est le seul à avoir pu se hisser plusieurs fois sur la plus haute marche du podium, ce qui aura compensé mathématiquement des épreuves plus compliquées à l'image de la dernière. "Ce n'est pas comme si on était nettement plus lents par rapport à l'année dernière et je pense que ça se voit, on a eu beaucoup de vainqueurs dans des conditions différentes. Ceux qui sont ici sont très rapides", pointait-il cet après-midi en conférence de presse, accompagné notamment par les autres hommes du quatuor de tête.

Exprimant un avis diamétralement opposé à celui d'Andrea Dovizioso, qui voit dans le changement du pneu arrière la seule et unique cause de l'instabilité des résultats, le pilote Petronas estime que cette fameuse nouvelle carcasse introduite cette année par Michelin peut expliquer la situation actuelle : "Les pneus ont changé et je pense que c'est plus égal pour tout le monde. L'ancien pneu était positif pour certaines motos, négatif pour d'autres, et je pense qu'avec celui de cette année c'est très constant pour tout le monde. Ça veut aussi dire que c'est un championnat étrange, mais pour moi ça n'est pas parce que Marc n'est pas là."

Deuxième chance en Aragón

Les pneus auront quoi qu'il en soit été une nouvelle fois au cœur des performances (et des contre-performances) le week-end dernier, lors du premier des deux Grands Prix disputés en Aragón. À titre personnel, Quartararo a estimé avoir perdu gros à cause d'un souci de pression dans son pneu avant, problème que Michelin continue d'étudier. Une épreuve, en somme, représentative de ces fortes variations de performances qui sont devenues la marque de cette saison.

"Le week-end dernier a été fait de hauts et de bas pour nous. Je suis tombé, ensuite j'ai fait une super pole, puis en course j'ai eu un problème avec le pneu avant lié à la pression. Mais mon rythme n'était de toute façon pas extrêmement bon. J'avais le rythme pour me battre pour le top 5, mais pas vraiment suffisant pour le podium ou la victoire."

Pour le deuxième week-end de course à Alcañiz, Quartararo s'attend désormais à du changement, et ne peut qu'espérer en tirer profit : "On semble avoir trouvé quelque chose de positif pour ce week-end et je veux clairement me battre pour un très bon résultat, parce que je pense qu'on a quelque chose de positif pour demain, ainsi que pour samedi et dimanche."

Lire aussi :

Le pilote français ne regrette en revanche pas son choix de disputer la course avec une monte medium-soft, bien qu'il ne l'ait précédemment pas testée en essais. "On a décidé de prendre le medium à l'avant parce que je n'avais pas eu de très bonnes sensations avec le soft", explique-t-il. "Après ma chute en EL3 due à un pneu avant froid, le team n'a pas vraiment voulu que je fasse les EL4 avec le medium, on a donc pris le soft et le principal problème à la fin des EL4 était le pneu avant. Donc même si on n'avait pas essayé ce pneu, j'ai dit qu'il fallait qu'on fasse la course avec celui-là, d'autant qu'on avait vu que Franco [Morbidelli] avait fait les EL4 et les qualifs avec et qu'il avait un gros potentiel."

"Je pense que c'était une très bonne décision, même si on a eu ce souci de pression, car on a pu voir qu'Álex [Márquez] a fait le podium avec ce pneu avant. C'était une très bonne association [avec le soft arrière]. Pour le moment, je garderais les mêmes pneus, mais on va travailler sur différentes combinaisons pour voir s'il y a une possibilité de faire la course avec une autre gomme."

partages
commentaires
Álex Márquez ne se voit pas en candidat à la victoire
Article précédent

Álex Márquez ne se voit pas en candidat à la victoire

Article suivant

Espargaró conscient de la menace du coronavirus malgré les précautions

Espargaró conscient de la menace du coronavirus malgré les précautions
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021