Quartararo contre Ducati : "Rester dans ma position serait déjà bien"

Fabio Quartararo a de nouveau sorti une performance notable en qualifications samedi, en Thaïlande, pour se maintenir à un niveau acceptable sur la grille de départ du Grand Prix qui se disputera dimanche à 10h00, heure française. En course, il devra tout faire pour éviter de devoir dépasser de trop nombreuses Ducati.

Quartararo contre Ducati : "Rester dans ma position serait déjà bien"
Charger le lecteur audio

Au milieu d’une armada de Ducati toujours aussi véloces au moment du time-attack, Quartararo s’est donné "à 100%" pour s’octroyer la quatrième position de la grille, depuis le second rang de celle-ci. Devancé, donc, par les trois Ducati de Marco Bezzecchi (10e poleman différent cette saison), Jorge Martin, et surtout son rival pour le titre Pecco Bagnaia, le pilote Yamaha factory s’offre toutefois le luxe de devancer les autres machines italiennes de son compatriote Johann Zarco et du toujours dangereux Enea Bastianini, vainqueur de quatre Grands Prix cette saison et rookie sur une MotoGP sur le tracé thaï.

C’est donc avec le sentiment positif d’avoir limité les dégâts, tout en regrettant de ne pas disposer du petit plus lui permettant de jouer la pole, que le Français tire les premières conclusions de sa journée. Son rythme, il le sait, est bon en vue de la course. Mais le piège, comme toujours, consistera à ne pas voir les Ducati le dépasser au départ et à ne pas perdre de longs tours à tenter de difficiles manœuvres de dépassements sur ceux qui pourraient bien faire le jeu de Bagnaia, seulement 18 points derrière lui au général. "P3, P4… Je serais content. Rester dans ma position serait déjà bien…", lâche-t-il dans un petit soupir au moment de déterminer quelle place le rendrait heureux au terme du premier tour de course.

Lire aussi :

C’est également dans un soupir contenu que le #20 décrit sa journée. "Ce fut difficile, aujourd’hui", admet-il. "Nous avions un grand potentiel, particulièrement pour le rythme, et je suis sorti avec de vieux pneus et me suis senti assez rapide. Sur le time-attack, j’ai donné 100%, mais vous savez, nous sommes limités par le moteur en de nombreux endroits et l’on sait combien on perd dans les lignes droites, même avec une aspiration, que je n’ai pas eue dans mon tour rapide."

Quelque peu troublé par le niveau d’adhérence du tracé de Chang, Quartararo estime néanmoins qu’il dispose d’une opportunité de dépassement sur les véloces Ducati en un unique point du circuit.

"Nous avons fait de supers tours aujourd’hui, mais je ne sais pas… Le grip que j’avais en 2019 était meilleur. On peut clairement voir que l’adhérence est bien plus basse. Bien entendu, notre moto est un peu plus rapide [qu’alors] dans les lignes droites, mais le grip que j’ai comparativement à il y a trois ans est totalement différent."

Quand au point de dépassement, il est clairement identifié : "Dans le dernier virage. C’est le seul dans lequel je peux le faire, et je m’y sens vraiment bien", prévient-il. "Particulièrement dans les virages 9 et 10, où je peux maintenir de la vitesse pour arriver au dernier virage, et pas seulement pour le dernier. Je pense que c’est le seul endroit où je peux tenter quelque chose."

partages
commentaires

Bien placé sur la grille, Zarco craint la forte chaleur en course

Une première pole pleine d'émotion pour Bezzecchi et VR46