Réactions
MotoGP GP de Saint-Marin

Zarco : "C'est difficile pour moi d'être rapide ici"

Johann Zarco n'est pas le plus à l'aise des pilotes Ducati à Misano, où il peine à trouver le même niveau d'adhérence que les autres.

Johann Zarco, Pramac Racing

Seulement 18e des essais vendredi après-midi, Johann Zarco devra franchir ce samedi l'écueil de la Q1 pour espérer être bien placé sur la grille du Grand Prix de Saint-Marin. La faute à un run avorté à cause d'un problème survenu avec son holeshot device à l'arrière, mais aussi à une piste sur laquelle il ne se sent pas aussi à l'aise avec le grip que tous ses camarades du clan Ducati. 

"Je n'étais pas super compétitif, mais j'ai manqué d'un peu de chance avec le dernier pneu", analyse Johann Zarco. "Mon système à l'arrière est resté bloqué, donc je n'ai pas pu avoir une chance supplémentaire d'améliorer de deux ou trois dixièmes et d'être dans le top 10. C'est un peu dommage."

"C'est difficile pour moi d'être rapide ici, je ne ressens pas ce grip que tout le monde trouve incroyable. Je pense que c'est pourquoi je ne peux pas être performant, je me bats beaucoup avec la moto. Le problème que l'on a dans la dernière sortie, même quand la moto reste basse, on en a tiré des informations intéressantes. Donc je vais bien analyser ça pour avoir ma chance [samedi]."

Invité à préciser ce qui n'a pas fonctionné à l'arrière de la Desmosedici, Johann Zarco indique que "ce n'est pas le système qui est resté en bas, c'est mon système pour bloquer ou débloquer [qui a posé problème]".

"Je ne pouvais plus le débloquer", poursuit-il. "Le système s'est enclenché dans la bonne position pour le virage mais dès que j'ai changé de direction, il s'est abaissé. Il n'y a que deux endroits où on doit utiliser le système à l'arrière ici. On ne peut pas l'utiliser sur toute la piste. Si on prend le virage 11 avec la moto abaissée, on ne tourne jamais. C'est ce qu'il s'est passé. J'ai fait un tour avec et j'ai fait un 1'33"5 donc j'ai au moins quelques informations."

Pour le Français, le point noir est en fait ailleurs et est à chercher du côté de son allocation pneumatique. S'il se sent capable de s'extraire de la Q1, il souligne qu'il sera ensuite en manque de gomme pour la Q2 : "Passer la Q2, ça peut le faire. Mais j'ai utilisé trois pneus tendres arrière [hier] après-midi. Je pense que ce sera limite pour Q2. C'est le seul point négatif".

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Le programme du GP de Saint-Marin MotoGP 2023
Article suivant Mike Trimby, fondateur de l'IRTA, est décédé

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France