Zarco un peu trop prudent mais confiant pour les qualifications

Lointain 17e des EL1 et premier recalé de la Q2 au terme des EL2, Johann Zarco n'a pas passé une première journée facile au Grand Prix d'Espagne, mais se montre plutôt serein pour les qualifications de demain.

Zarco un peu trop prudent mais confiant pour les qualifications
Charger le lecteur audio

Après le podium qu'il a décroché à Portimão le week-end dernier, Johann Zarco était logiquement attendu aux avant-postes ce vendredi à Jerez, pourtant il est resté très loin au classement lors des EL1, évoluant entre la 15e et la 23e position, avant de revenir progressivement en EL2 pour finalement s'adjuger la 11e place.

"La journée a été un peu difficile. Ce matin, je n'ai pas vraiment pu me sentir à l'aise avec les traces d'humidité, je n'étais jamais sur la bonne trajectoire. Je ne voulais pas toucher les tâches et chuter, je prenais un peu trop de marge et je ne pouvais pas être rapide", a-t-il expliqué.

Malgré de nettes amélioration lors de la deuxième séance d'essais libres, le Français n'est pas encore sauvé pour la Q2 et il devra tout donner pour tenter d'y parvenir en EL3 demain. Il reconnaît néanmoins ne pas être "au point" avec sa moto et devoir encore travailler.

"Les autres Ducati fonctionnent plutôt bien mais pour le moment, la piste ne correspond pas bien à mon style de pilotage. Je dois rester calme car on travaille et les choses vont arriver petit à petit. C'est pour ça que ça n'a pas été une très bonne journée mais ça n'est que la première", a-t-il déclaré. "C'est une petite piste et je peux voir que je ne tourne pas bien, c'est pire que les autres, aussi parce que je glisse beaucoup de l'arrière pour le moment. C'est très simple mais tant qu'on ne met pas le doigt dessus, on ne peut pas être rapide."

Seul pilote Ducati à continuer d'utiliser le holeshot device avant, qui sera suspendu l'an prochain, Zarco a balayé l'idée que ses soucis pourraient provenir de là : "On l'a testé partout l'an dernier, et maintenant je suis habitué à l'avoir. Il y a certains endroits, certaines accélérations comme la sortie du virage 5 où ça marche bien avec cet abaissement. Mon problème n'est vraiment pas à propos de ça."

Déterminé à progresser demain et à "se concentrer sur les time attack", le Français ne s'inquiète pour le moment pas de sa position sur la grille et a bon espoir de parvenir à passer en Q2. "Je suis certain que demain matin ça roulera en 1'36 donc c'est pour ça que je ne suis pas trop stressé actuellement car j'ai pu voir ce qui n'allait pas. Avec le cap qu'on a passé cet après-midi, on a eu une bonne confirmation de la voie de travail à suivre."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

EL2 - Fabio Quartararo devance l'armada Ducati

Quartararo a passé "cinq minutes difficiles" après sa chute