Lappi : "Tänak nous a roulés dans la farine"

Pour le pilote Toyota actuellement le mieux classé du Rallye de Finlande, l'affaire est entendue : Ott Tänak s'est livré à une véritable campagne d'intox quant aux supposées difficultés de Hyundai sur cette huitième manche de la saison.

Lappi : "Tänak nous a roulés dans la farine"
Charger le lecteur audio

Ott Tänak a terminé en tête de la première étape du Rallye de Finlande après avoir remporté trois spéciales ce vendredi. L'Estonien affichait ainsi une avance de 3"8 hier soir sur Esapekka Lappi, un avantage poussé à 8"4 à l'issue de l'ES12 qui vient de s'achever ce matin.

Une situation qui peut surprendre quand on sait que les Toyota étaient les favorites en amont de l'épreuve, d'une part en raison de leur nette domination cette saison – avec cinq victoires obtenues en sept rallyes – mais aussi du fait que les GR Yaris, au même titre que ses pilotes Kalle Rovanperä et Esapekka Lappi, évoluent à domicile dans le pays nordique. L'équipe est en effet basée à proximité de Jyväskylä, base autour de laquelle se déploie l'épreuve, et compte deux anciens vainqueurs du Rallye de Finlande dans ses rangs avec Elfyn Evans (qui s'y est imposé l'an passé) et Lappi (dont la seule victoire jusqu'ici en WRC a été décrochée sur ses terres en 2017).

Autant dire que le constructeur japonais devait évoluer dans de biens meilleures dispositions que Hyundai. Le constructeur sud-coréen a en effet, on le sait, souffert de problèmes de fiabilité à répétition cette saison avec sa i20 N, la victoire de Tänak en Sardaigne début juin constituant jusqu'ici son seul succès en 2022.

Engagé dans une rude bataille face à l'Estonien depuis le début du rallye, Lappi n'est pour autant pas surpris du niveau de compétitivité affiché par son rival. "Ce qu'il s'est passé lors du shakedown […] et tous les commentaires sur le fait que nous [les Toyota] sommes imbattables, ce sont des conneries", a asséné le Finlandais hier. "Il nous a clairement roulés dans la farine, mais je ne suis pas surpris que Ott soit rapide ici en Finlande."

Lappi peut tout de même s'avérer satisfait de sa performance jusqu'ici, lui qui a signé les trois derniers scratchs du vendredi pour mettre son adversaire de chez Hyundai sous pression, quand bien même ce dernier semble avoir repris l'initiative ce samedi matin. "Nous avons un peu haussé le rythme dans l'après-midi", reprend le pilote Toyota. "Je pense que nous avons été rapides dans la matinée, mais nous sommes parvenus à être un peu plus véloces tout en étant toujours à l'aise et sans nous faire trop de frayeurs."

Tänak a signé trois scratchs lors de la première étape, avant de lever le pied.

Tänak a signé trois scratchs lors de la première étape, avant de lever le pied.

De son côté, Tänak a réagi aux propos de Lappi, suggérant que ses adversaires avaient tendance à exagérer leur situation. "Peut-être qu'ils [les Toyota] s'imaginent plus lents qu'ils ne le sont", a-t-il déclaré hier soir. Il faut dire que l'Estonien, double vainqueur de l'épreuve en 2018 et 2019, a expliqué à plusieurs reprises vendredi qu'il devait attaquer quitte à ne pas être du tout à l'aise avec sa machine afin d'extraire tout le potentiel de son i20 N et être performant dans les spéciales.

"Bien sûr, il semble que les gars de chez Toyota ont eu du mal à se réveiller ce matin, mais maintenant ils ont retrouvé leurs esprits et la vitesse qui aurait dû être la leur depuis le début", poursuit le Champion du monde 2019. "Pour ma part, j'ai été dans le coup dès le premier virage du matin et je n'ai rien laissé au hasard. Je savais que c'était la seule façon [d'être performant]. Dans la matinée je me suis fait plus de frayeurs mais vous ne pouvez pas rouler comme cela sur les 300 km de spéciales, donc dans l'après-midi nous avons un peu temporisé tout en continuant de garder un bon rythme. Nous péchons dans certains domaines, par exemple au niveau de la maniabilité. La voiture n'est pas lente, elle est juste un peu difficile à piloter, et il m'arrive des trucs inattendus, mais la vitesse est là. J'ai roulé à la limite, et mentalement cela a été éprouvant."

Tänak est le seul pilote Hyundai à figurer aux avant-postes, son coéquipier le mieux classé étant Thierry Neuville en septième position, à plus de 50". L'Estonien n'a pas la tâche facile sachant qu'il doit retenir derrière lui une meute de trois Toyota qui reste à portée de tir, quand bien même Elfyn Evans et Rovanperä sont un peu plus loin, à une vingtaine de secondes.

Rovanperä toujours dans le coup

Il est vrai que ce dernier a été contraint d'ouvrir la route hier, du fait de sa position dans l'ordre des départs lors de la première étape, déterminé par la hiérarchie au championnat. Le Finlandais a attaqué fort pour limiter la casse vendredi, tout en parvenant à éviter les diverses embûches, dont une embardée qui a bien failli lui coûter cher dans un virage à gauche.

Pas de quoi déstabiliser le pilote Toyota, qui a éludé la question face aux médias. "C'est difficile, je m'attendais à ce que ce soit délicat de balayer ici, mais c'était très piégeur", a ainsi déclaré Rovanperä. "J'ai dû attaquer toute la journée mais j'ai continué à perdre du temps. À aucun moment cela a été facile. C'était un virage que j'avais repéré lors des reconnaissances, et je savais qu'on pouvait y partir large. Je savais que lors du second passage, avec les plus petites voitures [qui ont roulé avant nous] la trajectoire pourrait rendre difficile le fait de le négocier, et c'est exactement ce qui s'est passé. Nous avons fait une embardée mais ce n'est rien."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

ES7 à 10 - Ça se resserre entre Tänak et Lappi !
Article précédent

ES7 à 10 - Ça se resserre entre Tänak et Lappi !

Article suivant

ES11 à 14 - Tänak toujours leader, Rovanperä sonne la charge !

ES11 à 14 - Tänak toujours leader, Rovanperä sonne la charge !