Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
EL1 dans
2 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
9 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
EL1 dans
30 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
37 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
51 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
58 jours

Aitken ne regrette pas d'avoir quitté Renault pour Williams

partages
commentaires
Aitken ne regrette pas d'avoir quitté Renault pour Williams
Par :
26 mai 2020 à 13:13

Jack Aitken a rejoint Williams comme pilote de développement et de réserve cette année, quittant au passage l'académie pour les jeunes pilotes du constructeur français. Face aux rumeurs de l'identité du remplaçant de Daniel Ricciardo, il ne regrette pas ce choix.

Après le départ de Daniel Ricciardo, Renault doit lui choisir un remplaçant pour faire équipe avec Esteban Ocon en 2021. Malgré la présence d'un pool de pilotes plutôt conséquent dans sa filière de jeunes pilotes, le Losange semble chercher du côté de Fernando Alonso, qui voudrait revenir en Formule 1. Bien que Christian Lundgaard avait un temps été annoncé comme favori en cas de départ de l'Australien, il semblerait que ça ne soit plus le cas, et cela ne surprend guère Jack Aitken. L'ancien pensionnaire de la Renault Sport Academy a rejoint Williams cette année en tant que pilote d'essais et avoue ne pas être surpris par le départ de Ricciardo, ni par le fait que cela ne signifie pas qu'une opportunité puisse se présenter pour un jeune pilote du côté d'Enstone.

"Je dois dire que j'ai à peu près vu quelque chose comme cela arriver, et je ne suis pas choqué que Daniel soit parti", a déclaré Aitken à RACER. "Je pense que la décision qui sera prise pour le remplacer sera la raison qui me confortera dans mon choix. Je l'ai vu venir, je ne suis juste pas confiant quant au fait qu'ils aient investi dans leur académie de jeunes pilotes autant que ces jeunes pilotes ne l'espéraient. J'ai senti qu'il y avait moins de chance de progression là-bas. Il y a beaucoup de rumeurs, vous le savez probablement plus que moi, d'un certain Fernando qui tournerait autour... Je ne serais pas surpris qu'ils amènent quelqu'un comme ça, ils semblent un peu avoir besoin d'un leader d'équipe, et je me demanderais alors quel est l'intérêt d'être [dans cette filière]."

Lire aussi :

Aitken ne regrette pas d'avoir choisi la piste Williams, même si celle-ci est également quelque peu obstruée par le nombre de pilotes d'essais. On trouve en effet quatre pilotes engagés pour le développement de l'équipe, qui sont Aitken, Jamie Chadwick, Roy Nissany et Dan Ticktum : "J'ai vu une meilleure marge de progression avec Williams. Je vais défendre mon choix et dire que je l'ai vu venir, et que tout va bien se passer ! C'est une des choses que je regarde avec intérêt, pas seulement du fait de mon histoire avec Renault, mais aussi en tant que fan de cette histoire intrigante, je dirais."

Outre l'investissement dans la Renault Sport Academy, Aitken doute de l'avenir de la marque française en F1 avec la crise du COVID-19, dont il juge qu'elle vérifiera l'intérêt de continuer l'engagement de telles dépenses pour un programme sportif au milieu de nombreuses pertes financières liées à la crise. Selon le pilote, les marques comme Renault ou Mercedes resteront uniquement si elles y trouvent un intérêt financier, ce qui semble nettement moins certain face à la crise économique qui se profile.

"À l'exception d'une ou deux équipes que l'on qualifierait d'historiques, comme Ferrari, Williams ou McLaren, qui sont là depuis longtemps et seront encore là à l'avenir parce que leur raison d'être est d'être en F1, les équipes comme Renault sont un peu plus... elles peuvent dire qu'elles sont là sur le long terme, mais cela signifie de manière réaliste qu'elles seront présentes tant que ça a du sens pour elles. Le monde change plutôt vite, comme nous l'avons vu."

"J'ai toujours senti que [Renault] était investi en F1, ils y ont mis beaucoup d'argent, mais ils n'ont pas eu le succès qu'ils voulaient. Cela a toujours été quelque chose qui entourait l'équipe, je pense, surtout récemment. Je suis presque sûr que la conversation au sujet de l'intérêt de continuer a été tenue, si l'on veut. Ce n'est pas quelque chose qui est nouveau cette année, je pense que ça les accompagne depuis plusieurs années. Au final, il s'agit de savoir si c'est positif et si ça a du sens pour l'entreprise parente."

Article suivant
McLaren va licencier 1200 personnes

Article précédent

McLaren va licencier 1200 personnes

Article suivant

Brown réfléchit à faire courir Ricciardo et Norris à Bathurst

Brown réfléchit à faire courir Ricciardo et Norris à Bathurst
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jack Aitken
Équipes Renault F1 Team
Auteur Emmanuel Touzot