Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Albon aborde ses débuts chez Red Bull avec humilité

partages
commentaires
Albon aborde ses débuts chez Red Bull avec humilité
Par :
28 août 2019 à 09:16

Profitant du début de saison décevant de Pierre Gasly, Alexander Albon s'est emparé du second baquet Red Bull alors qu'il n'a que 12 Grands Prix au compteur. Logiquement, le mot clé demeure l'apprentissage.

Alexander Albon n'avait jamais piloté une Formule 1 avant cette saison 2019, mais le jeune Anglo-Thaïlandais a tiré son épingle du jeu en marquant 16 points au volant d'une Toro Rosso, à comparer aux 27 unités engrangées par son expérimenté coéquipier Daniil Kvyat – un écart qui s'est principalement créé lors du chaotique Grand Prix d'Allemagne, où les deux hommes se sont classés troisième et sixième.

Lire aussi :

Déçue par les performances de Pierre Gasly, l'écurie Red Bull Racing souhaite désormais évaluer les performances d'Albon afin de prendre une décision sur son line-up 2020, Kvyat ayant déjà couru pour la structure de Milton Keynes de 2015 au printemps 2016. C'est justement à ce moment-là qu'une situation similaire s'était produite, avec l'échange de baquets entre Kvyat et Max Verstappen... et ce dernier avait fait sensation en s'imposant pour son premier Grand Prix au volant de sa nouvelle monoplace, certes en profitant de l'accrochage des Mercedes ! Loin d'envisager de rééditer un tel succès, Albon se montre humble à l'aube de cette nouvelle aventure.

"Rares sont les pilotes qui ont la chance de piloter une voiture capable de gagner si tôt dans leur carrière en F1 ; c'est donc une très belle opportunité de courir pour Red Bull", déclare l'intéressé. "C'est une grande marche à monter, une grosse différence, et l'usine est bien plus proche de chez moi, c'est pratique ! Nous savons ce dont la voiture est capable et nous avons vu ce que Max est parvenu à faire cette année."

Alex Albon, Red Bull Racing

"Je veux voir à quoi ça ressemble par rapport à ce dont j'ai l'habitude, mais en même temps, je sais que ce week-end sera ma première fois dans la voiture. Je continue d'apprendre et de progresser en tant que pilote, et le meilleur reste certainement à venir. Je sais que l'une des principales différences sera le bruit et l'attention qui viennent avec ce transfert, mais je garde les pieds sur terre. Je me concentre juste sur le travail que je dois faire pour Spa, je vais passer beaucoup de temps à écouter et à observer."

Lire aussi :

Les performances d'Albon seront scrutées et comparées à celles de Pierre Gasly, qui n'est pas parvenu à monter sur le podium en 12 Grands Prix cette saison. Quant au nouveau pilote Red Bull, en 17 courses à Spa-Francorchamps en formules de promotion, il n'a fini dans le top 3 que deux fois. Autant dire que ce n'est pas son circuit fétiche ! "Je n'ai pas forcément eu beaucoup de succès à Spa, mais nous y sommes montés sur le podium en Formule 2 l'an dernier, donc ça reste bien", tempère Albon. "De plus, on ne sait jamais ce qui peut arriver là-bas avec la météo."

"Nous nous sommes préparés autant que possible sur le simulateur ; désormais, il s'agit de passer en revue toutes les procédures avec l'équipe et de faire connaissance avec tout le monde. Ça devrait être bien ! C'est une grande marche à monter, mais je pense avoir connu ce genre de saut par le passé et saisi les opportunités : je ne suis pas inquiet. Je suis concentré et prêt à être aussi compétitif que possible pour la seconde moitié de l'année."

Article suivant
Wolff : Hamilton n'a pas la reconnaissance qu'il mérite

Article précédent

Wolff : Hamilton n'a pas la reconnaissance qu'il mérite

Article suivant

Le programme TV du Grand Prix de Belgique, en clair sur TF1

Le programme TV du Grand Prix de Belgique, en clair sur TF1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Belgique
Pilotes Alexander Albon
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Benjamin Vinel