Le manque d'action en piste a poussé Alonso à dire stop

Présent à Silverstone pour y disputer la troisième manche de la Super Saison du WEC avec Toyota, Fernando Alonso a pris la parole publiquement pour la première fois depuis l'annonce de son absence en F1 l'année prochaine.

Le manque d'action en piste a poussé Alonso à dire stop
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33, en lutte avec Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Fernando Alonso, McLaren, sur la grille
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren, met son casque
Le gâteau d'anniversaire de Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33

Fernando Alonso a précisé les raisons l'ayant poussé à prendre cette décision, et confirmé qu'il lui était impossible d'écarter totalement la perspective d'un retour dans la catégorie reine à plus long terme. Sans surprise car il a régulièrement développé ces arguments tout au long des derniers mois, l'Espagnol a mis en avant une F1 trop prévisible selon lui et le manque d'action en piste pour justifier sa prise de recul à 37 ans.

"L'action en piste n'est pas celle dont je rêvais lorsque je suis arrivé en F1, ou lorsque j'étais dans des disciplines différentes, ou par rapport à l'action en piste que j'ai connue d'autres années", assure-t-il. "J'arrête parce que j'ai le sentiment que l'action en piste, de mon point de vue, est très médiocre. En fait, ce dont on parle le plus en F1 se passe hors de la piste. Nous parlons des polémiques. Nous parlons des messages radio. Nous parlons de toutes ces choses-là, et lorsque l'on parle autant de tout ça, c'est un mauvais signal."

"C'est parce que l'action en piste était très médiocre pendant le week-end, et c'est le sentiment que j'ai en F1 désormais. Je pense qu'il y a d'autres disciplines qui peuvent peut-être offrir un meilleur spectacle, plus de joie et de bonheur, alors c'est ce que je vais essayer de trouver."

Lire aussi :

Sevré de victoire en Grand Prix depuis cinq saisons, Alonso insiste énormément sur le caractère trop prévisible de la Formule 1, quitte à forcer le trait…

"En 2003, 2004, 2008, 2009 et 2011, je ne gagnais pas de courses [Il a toutefois remporté des GP en 2003, 2008 et 2011]. Mais c'était difficile de prédire ce qui allait se passer à Spa et Monza", estime-t-il. "Maintenant, nous pouvons déjà écrire ce qui va se passer à Spa et Monza. Nous pouvons donner les 15 premières places, peut-être avec une ou deux erreurs. C'est dur de voir à quel point tout est devenu prévisible. Nous allons à Barcelone et nous faisons des essais hivernaux, et le premier jour on sait ce que l'on fera jusqu'en novembre à Abu Dhabi, et c'est dur."

"Pour moi, ce n'est pas tant un problème car après 18 années, comme je l'ai dit auparavant, j'ai accompli plus que ce dont j'avais rêvé. Mais pour des jeunes pilotes ou d'autres pilotes, c'est dur, car ils espèrent simplement que l'année suivante l'équipe va franchir un cap incroyable, ou qu'ils vont être contactés par une ou deux équipes. C'est devenu difficile pour les pilotes ambitieux. Pour un pilote avec une certaine ambition, ce sera dur à l'avenir si les choses ne changent pas."

Pourquoi pas revenir en 2020 ?

Pour Fernando Alonso, le court terme passe par une deuxième partie de saison à boucler en F1 avec McLaren, ainsi qu'un titre mondial à conquérir en WEC à travers la Super Saison qui le mènera jusqu'en juin 2019. Pour le reste, il faudra encore patienter avant de savoir si un engagement en IndyCar s'y ajoutera.

Et après ? En cas d'opportunité majeure en 2020 du côté de la F1, le double Champion du monde n'exclut pas de rentrer au bercail. "Je pense que la porte est plus ouverte car je crois piloter au meilleur niveau de ma carrière actuellement", plaide Alonso. "Pourquoi fermer des portes si quelque chose pouvait se passer à l'avenir ? Je suis encore jeune, je n'ai pas 45 ans. Je me sens fort et je fais 27 courses cette année. Ma réflexion me mène à arrêter. Mais qui sait ?"

partages
commentaires
Hunter-Reay estime qu'Alonso s'amuserait en IndyCar

Article précédent

Hunter-Reay estime qu'Alonso s'amuserait en IndyCar

Article suivant

Test - Que vaut F1 2018 ?

Test - Que vaut F1 2018 ?
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021