Alonso : La 10e place aurait été "une trop petite récompense"

Fernando Alonso a signé à Bakou son meilleur résultat en Formule 1 depuis qu'il a fait son retour avec Alpine.

Trois ans et demi ! Même s'il faut bien sûr tenir compte de son absence de deux ans, Fernando Alonso n'avait donc pas été à pareille fête depuis le Grand Prix d'Australie 2018, manche d'ouverture de sa dernière saison disputée avec McLaren. Il avait alors terminé cinquième. Sixième sous le drapeau à damier à Bakou dimanche, le double Champion du monde signe ainsi son meilleur résultat en F1 depuis cette date. Une belle récompense pour celui qui a longtemps cru qu'il devrait se contenter du point de la dixième place, bien trop maigre à ses yeux. Le drapeau rouge et le sprint de deux tours qui a suivi lui ont permis d'aller décrocher bien mieux.

"Il faut que l'on pense à des courses de deux tours, 25 courses de deux tours ou quelque chose comme ça le dimanche !", sourit le pilote Alpine. "C'était amusant, tout le monde était très agressif pendant ces deux tours, sachant qu'il n'y avait pas à se soucier des pneus ou quoi que ce soit. C'était fun. C'était un week-end très solide pour nous. La dixième place, qui était notre position en course, était une trop petite récompense pour le week-end que nous avions fait, alors je suis content de la sixième place car je pense que l'équipe le méritait."

Lire aussi :

Alpine avait affiché un rythme prometteur en qualifications, où Alonso avait pris la neuvième place et pensait pouvoir faire mieux en course. Néanmoins, la première partie du Grand Prix d'Azerbaïdjan a été plus compliquée qu'espéré, et l'écurie d'Enstone a dû jouer avec les stratégies.

"Nous manquions de rythme, c'est la simple vérité", admet Alonso. "Nous étions un peu plus lents que prévu en rythme de course, donc nous avons d'abord essayé de faire un undercut très prématuré avec le premier arrêt. Ça n'a pas vraiment payé, puis il y a eu la voiture de sécurité et nous avons tenté de passer les tendres. Nous avons essayé différentes choses car en rythme pur, nous n'y étions pas."

Puis il y a donc eu cet incroyable finish, ponctué d'un gain de quatre positions en un tour. "Honnêtement, j'ai gagné une ou deux places au premier virage", raconte le pilote espagnol. "Après j'ai gagné deux autres places car ça se bagarrait entre les virages 3 et 5, Tsunoda avec une des McLaren [Norris]. Grâce à ces combats, j'ai gagné deux autres positions. Je n'ai pas l'impression que les pneus tendres ont eu une importance là-dedans."

"Du baume au cœur" 

Directeur exécutif d'Alpine, Marcin Budkowski ne cache pas que "la prestation de Fernando gagnant quatre positions pour finir sixième nous donne du baume au cœur et vient récompenser le travail acharné de chacun dans l’équipe", avant d'insister : "Il est de retour avec un état d’esprit extrêmement compétitif et nous devons maintenant travailler ensemble afin de retrouver notre niveau pour la prochaine manche en France".

Car l'opération comptable reste minime pour le clan tricolore, qui pointe toujours à la septième place du championnat constructeurs et a vu aussi bien AlphaTauri qu'Aston Martin engranger de gros points. Surtout, la journée a été ternie par l'abandon prématuré d'Esteban Ocon, après quelques tours seulement, en raison d’un problème lié à son unité de puissance.

"La réussite a semblé m’échapper ici", soupire le Français. "Nous avons été victimes d’une perte de pression nous faisant abandonner tôt. Nous avions pris un bon départ. J’étais devant les deux McLaren et je me battais avec les voitures autour de nous. Je faisais ma course, tout se passait bien et le rythme était là pour un top 10 comme Fernando l’a démontré. Ce n’était pas notre week-end, mais nous allons tourner la page et nous projeter vers le prochain rendez-vous. Le Grand Prix de France m’est toujours spécial et j’ai hâte d’y être."

partages
commentaires
Mercedes : "Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien qu'avant"
Article précédent

Mercedes : "Beaucoup de choses ne fonctionnent pas aussi bien qu'avant"

Article suivant

Quel bouton Hamilton a-t-il activé par erreur et à quoi sert-il ?

Quel bouton Hamilton a-t-il activé par erreur et à quoi sert-il ?
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021