Au bord des larmes vendredi, Mazepin vit une "période assez difficile"

Selon Nikita Mazepin, la forte émotion vécue après les qualifications du Grand Prix de São Paulo ne fait que refléter la "période assez difficile" qu'il traverse actuellement.

Au bord des larmes vendredi, Mazepin vit une "période assez difficile"
Charger le lecteur audio

Nikita Mazepin était particulièrement secoué après les qualifications du Grand Prix de São Paulo puisque le pilote Haas avait les larmes aux yeux en parlant de sa performance lors de l'interview d'après-séance. Des images qui ne sont pas passées inaperçues sur les réseaux sociaux. Le lendemain, Mazepin a été questionné sur ce moment et a donc révélé l'origine de son émotion.

"Je traverse une période assez difficile depuis plusieurs courses, ce n'est pas simplement dû à l'équilibre de la voiture, il y a aussi des choses qui se passent en interne", a-t-il indiqué. "Donc les résultats sont beaucoup plus importants en ce moment. Lorsque l'on est si proche de boucler un super tour dans la voiture que nous avons actuellement, que l'on en fait trop et que l'on perd ce tour, ça fait mal."

Mazepin a ajouté : "On saute de la voiture et on n'a que quatre minutes environ avant d'aller parler aux journalistes qui posent des questions rappelant ces souvenirs. Quand on sait ce que le résultat aurait pu être différent, c'est tout simplement triste. Il n'y a pas grand-chose d'autre dans ma vie à part la course. En fait, il n'y a rien d'autre. Je risque ma vie pour cela et je suis contrarié quand les choses se passent mal, ce qui est normal."

Concernant la situation de Haas en interne, Mazepin a révélé que l'écurie était en train de "se restructurer" avec "des personnes qui arrivent et qui s'en vont au cours des dernières courses". Par ailleurs, le Russe a organisé un match de football pour les membres de l'équipe lors du Grand Prix de Mexico et a assisté au pot de départ de l'un d'entre eux après la course.

"Je sais que certaines personnes qui sont autour de moi cette année ne prévoient pas de rester pour l'an prochain", a continué le Russe. "J'apprécie l'environnement dans lequel je suis. Depuis le début de l'année, je suis entouré par des personnes belles et honnêtes. Malheureusement, mon ingénieur est parti pour une autre équipe la semaine dernière et il n'a pas été le seul. Donc oui, c'est difficile."

Avec un score toujours vierge, Mazepin occupe la dernière place du championnat

Avec un score toujours vierge, Mazepin occupe la dernière place du championnat

S'il n'a pas souhaité indiquer quels membres de Haas étaient partis, Mazepin a expliqué que son "équipe d'ingénieurs n'était plus la même depuis [le Grand Prix de] Turquie". Cette restructuration lance donc un autre défi à Mazepin, qui a souffert d'un problème de châssis plus tôt dans l'année et qui continue de souffrir de la comparaison face à son coéquipier Mick Schumacher.

"C'est vraiment difficile parce que ce n'est pas comme un travail de bureau où vous pouvez venir, faire quelques trucs et repartir", a déclaré le Russe. "Pour réussir dans la course, je sais ce qu'il faut. Il faut un lien spécial avec les gens qui travaillent, ils se cassent le cul pour vous (sic) et vice-versa. C'est ce genre de dynamique qui permet d'aller de l'avant. Et c'est quelque chose qui m'a permis d'obtenir de bons résultats les années précédentes."

"Mais lorsque le mécanicien qui travaille directement avec vous est remplacé, vous n'avez probablement pas le temps de vous adapter. Alors, l'appui-tête se détache comme à Austin et, même si la course n'est pas terminée, elle l'est en quelque sorte parce qu'il est difficile de rebondir quand on fait un arrêt au stand inutile qui coûte 25 secondes. [...] Mais bon, je suis déjà passé par là et j'en sortirai plus fort que jamais."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Norris propose des qualifs sur un tour avant les courses sprint
Article précédent

Norris propose des qualifs sur un tour avant les courses sprint

Article suivant

Räikkönen prendra le départ du GP de São Paulo depuis les stands

Räikkönen prendra le départ du GP de São Paulo depuis les stands
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021