Nikita Mazepin a repris le volant en Europe

L'ancien pilote de Formule 1, Nikita Mazepin, était au volant d'une GT3 pour un test en Hongrie. Il est de nouveau autorisé à entrer dans l'Union européenne à la suite de la levée des sanctions qui visaient son père et lui.

Nikita Mazepin, Ferrari 296 GT3 à Balton Park, en Hongrie

À la suite d'un arrêté publié le 20 mars par le Tribunal de l'Union européenne, Nikita Mazepin a été retiré de la liste des personnes sanctionnées après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. L'UE a estimé que sanctionner le jeune homme de 25 ans simplement pour ses liens avec son père Dmitry, oligarque proche du Kremlin placé lui aussi sur la liste des personnes sanctionnées, n'était pas légitime. Elle a donc conclu qu'il n'y avait aucune raison de maintenir des mesures restrictives à son encontre.

Le Conseil de l'UE ayant décidé de ne pas faire appel de la décision du tribunal, l'arrêt annulant les sanctions a pris pleinement effet le 30 mai, permettant ainsi à Mazepin de retourner dans l'UE pour la première fois depuis plusieurs années. Le pilote russe a profité de cette décision pour se rendre sur le nouveau circuit de Balton Park, en Hongrie, afin de tester une LMGT3, une Ferrari 296 GT3 plus précisément ; toujours à la recherche d'opportunités en sport automobile.

"Je suis heureux que l'UE ait reconnu que les athlètes comme moi, qui n'ont aucun lien avec la politique, ne devraient pas être soumis à des sanctions", a-t-il déclaré. "J'espère que tous les athlètes qui sont actuellement empêchés de participer à des compétitions internationales pour des raisons géopolitiques retrouveront la place qui leur revient au sein de la communauté sportive."

Nikita Mazepin à côté d'une Ferrari 296 GT3 à Balton Park en Hongrie

Nikita Mazepin à côté d'une Ferrari 296 GT3 à Balton Park en Hongrie

Photo de: Nikita Mazepin

Mazepin avait perdu son volant chez Haas après une seule saison en Formule 1, lorsque l'équipe américaine avait résilié son contrat à la suite de l'offensive de la Russie contre l'Ukraine, en février 2022. Elle avait également mis fin à son accord avec son principal sponsor Uralkali, une société russe d'engrais dirigée par le père du pilote, Dmitry Mazepin. Une décision justifiée par la proximité entre celui-ci et le président russe, Vladimir Poutine.

Haas et Uralkali se sont ensuite retrouvés devant les tribunaux puisque la société russe exigeait le remboursement des 13 millions de dollars versés à l'équipe de F1 pour sa saison 2022. Ce n'est que le mois dernier qu'une cour d'arbitrage suisse a rendu une décision dans cette affaire, permettant à Haas de conserver la partie des frais de sponsoring couvrant la période allant jusqu'au 4 mars 2022, et exigeant le remboursement de la somme restante.

Selon Motorsport.com, Haas devra restituer une somme d'environ 9 millions de dollars sur les 13 millions qu'Uralkali avait payés à l'avance pour la deuxième année de leur contrat en 2022. L'équipe devra également verser à Nikita Mazepin la moitié de son salaire pour la même saison.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Sainz ne précipitera pas sa décision malgré l'impatience de Williams
Article suivant Pierre Gasly cédera son baquet en EL1 à Silverstone

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France