Bottas justifie sa décélération devant Verstappen sous Safety Car

La manœuvre de Valtteri Bottas devant Max Verstappen, bien qu'éclipsée par d'autres événements, a soulevé le débat. Le pilote Mercedes s'explique.

Bottas justifie sa décélération devant Verstappen sous Safety Car
Charger le lecteur audio

Lorsque Mick Schumacher a accidenté sa Haas au neuvième tour du Grand Prix d'Arabie saoudite et que la course a été neutralisée par la voiture de sécurité, un dilemme se présentait : s'arrêter au stand pour passer d'ores et déjà les pneus durs, ou pas ? Les Mercedes, qui menaient la course, ont décidé de faire escale par la pitlane, mais Valtteri Bottas – précédemment relégué à un peu moins de trois secondes de son coéquipier Lewis Hamilton – a ralenti le rythme, officiellement pour laisser le temps à son partenaire de faire son propre arrêt, jusqu'à franchir la ligne d'arrivée huit secondes après le Britannique.

Pendant ce temps, Max Verstappen s'impatientait derrière la seconde Flèche d'Argent, et cette tactique certes éclipsée par les autres incidents polémiques à Djeddah n'est pas passée inaperçue pour autant. De surcroît, le Règlement Sportif aurait éventuellement pu motiver une sanction, puisqu'il indique : "Si ce n'est pas nécessaire, aucune voiture ne peut être pilotée lentement ou de manière imprévisible ou potentiellement dangereuse pour d'autres pilotes ou pour toute autre personne à tout moment lorsque la voiture de sécurité est déployée."

Le fait est qu'aucune enquête n'a été ouverte sur le comportement de Bottas en piste, et le Finlandais affirme n'avoir commis aucune infraction, s'étant simplement assuré d'éviter tout excès de vitesse : "Le principal, c'est le delta de temps, tant qu'on franchit la ligne avec un delta raisonnable – on ne peut pas être dans le négatif, c'est sûr, il faut être dans le positif. Peu importe à quel point on roule lentement entre-temps, il faut juste être dans le positif. Et je crois m'être retrouvé quelque secondes dans le positif, ce qui n'est pas grave. C'est autorisé. Et évidemment, cela a permis à Lewis d'avoir un peu plus de marge car nous avons fait un double arrêt, donc cet écart de quelques secondes est nécessaire. On ne peut pas arriver l'un derrière l'autre. C'est donc juste ce que l'on fait."

Gagner à Abu Dhabi, et aider Hamilton si possible

Ce week-end plus que jamais, Bottas va en tout cas s'efforcer d'aider son coéquipier Hamilton dans la course au titre, même si l'équation est simple : sauf cas de figure exceptionnel, l'Anglais doit franchir la ligne d'arrivée devant son rival Max Verstappen pour être couronné à Abu Dhabi.

"Je pense que mon approche pour le week-end va encore une fois vraiment être d'uniquement me concentrer sur mes performances. Bien sûr, je vais essayer de me qualifier en pole position – c'est mon objectif pour samedi – puis j'essaierai de gagner la course. Et cela dépendra de la situation car Lewis, vous savez, n'a pas réellement besoin de gagner la course, il doit finir devant Max. On verra comment ça se passera. Mais je jouerai vraiment volontiers le jeu de l'équipe, car j'ai assuré ma troisième place. Tant que nous pouvons remporter le titre des constructeurs, je préfère évidemment que mon coéquipier gagne plutôt que la concurrence. Cela dépendra de la situation, mais il a mon soutien", conclut Bottas.

Lire aussi :

partages
commentaires
Verstappen et Hamilton ignorent les craintes sur la finale d'Abu Dhabi
Article précédent

Verstappen et Hamilton ignorent les craintes sur la finale d'Abu Dhabi

Article suivant

Les cinq Grands Prix marquants de Kimi Räikkönen

Les cinq Grands Prix marquants de Kimi Räikkönen
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021