Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
16 Heures
:
15 Minutes
:
10 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours

Départ raté de Bottas : un signe avant-coureur non détecté

partages
commentaires
Départ raté de Bottas : un signe avant-coureur non détecté
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
19 mai 2019 à 10:00

Valtteri Bottas revient avec du recul sur son départ du Grand Prix d'Espagne, qui ne fut pas assez bon pour l'empêcher de laisser Lewis Hamilton prendre les commandes et se diriger vers la victoire.

Le départ est toujours l'un des moments cruciaux d'un week-end de Grand Prix et la lutte pour le moment serrée entre les équipiers Mercedes Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, qui disposent du même équipement, se concentre de manière importante sur cette phase d'amorce de la course.

Depuis le début de la saison, les pilotes Mercedes ont déjà interverti leurs positions sur la grille à l'abord du premier virage pour se diriger vers la victoire. Ainsi, Bottas a abordé la sortie du premier enchaînement en tête en Australie, avant de perdre la main en Chine et en Espagne, où il avait signé la pole position.

Après cette dernière course, l'agacement de Bottas concernant son coûteux départ était évident : à son sens, la perte de son avantage sur la grille n'a rien eu à voir avec sa propre gestion du départ. Consécutivement à un débriefing d'après-course avec ses ingénieurs, le pilote finlandais a donné plus de détails sur les raisons de son mauvais démarrage catalan.

Lire aussi :

"En Chine, c'était un peu de ma propre faute", fait-il remarquer avec le recul. "Je ressentais que j'aurais clairement pu faire quelque chose [de mieux] là-bas. Mais [en Espagne], si je devais le refaire, je ne ferais pas les choses différemment et nous recherchons encore [ce qui s'est produit, ndlr]."

"On peut clairement voir les vibrations de l'embrayage et le comportement anormal qui m'a coûté quelques mètres cruciaux à l'abord du virage 1. Je l'ai même ressenti aux forces g : elles montaient et descendaient comme toute la voiture vibrait, et l'on peut voir ça dans les données grâce à ma main et à l'auto qui vibraient. C'était une friction très importante, qui allait et venait, et j'ai perdu pas mal de mètres dans la première partie. Le reste du départ a été assez bon."

Un signe avant-coureur non détecté

Bottas a scruté absolument tous les éléments à disposition pour comprendre ce comportement de l'auto qui l'a sincèrement secoué, tant il a joué dans la suite du déroulement de la course, remportée par son équipier. "Maintenant, en y repensant, une simulation de départ a donné des indications sur ce genre de comportement, mais il y avait aussi eu du patinage à ce moment-là. Je pensais donc que ce n'était pas cela et que les pneus vibraient. Cela n'avait rien à voir avec le niveau expérimenté cette fois. Je n'ai jamais ressenti ce genre de chose auparavant dans cette voiture au départ d'une course."

L'équipe a poursuivi son travail de recherche pour éviter une redite sur l'une ou l'autre des monoplaces et a conclu qu'il était probable que la piste ait manqué d'adhérence autour de la zone de la pole position, en s'appuyant sur les problèmes aussi rencontrés par les auteurs de la pole sur les autres courses de support.

Article suivant
Pirelli déconcerté par les plaintes sur les pneus 2019

Article précédent

Pirelli déconcerté par les plaintes sur les pneus 2019

Article suivant

Hamilton : Une lutte interne sur fond de domination est "moins fun"

Hamilton : Une lutte interne sur fond de domination est "moins fun"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Catégorie Course
Pilotes Valtteri Bottas Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Adam Cooper