Ericsson a perdu 5 kg lors d'un hiver "très dur"

partages
commentaires
Ericsson a perdu 5 kg lors d'un hiver
Par : Scott Mitchell
11 avr. 2018 à 08:03

Marcus Ericsson, qui vient de marquer ses premiers points en Formule 1 depuis 2015, révèle avoir perdu cinq kilos cet hiver dans le but d'être plus compétitif.

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber, célèbre son résultat à la fin de la course
Marcus Ericsson, Sauber C37
Le panneau de stand de Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber, discute avec les médias
Marcus Ericsson, Sauber C37 Ferrari, Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33 Renault
Marcus Ericsson, Sauber C37 Ferrari
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37, sur la grille
Heikki Kovalainen, Lotus T127
Timo Glock, Marussia F1 Team

Ne faisant pas partie des pilotes les plus grands de la grille, Marcus Ericsson est néanmoins corpulent et accusait un déficit de performance par rapport à son coéquipier Pascal Wehrlein la saison dernière en raison d'une monoplace en surpoids. Ericsson comme Sauber ont donc pris les choses en main.

"J'ai perdu cinq kilos moi-même, mais l'équipe a aussi allégé la voiture", déclare le Suédois pour Motorsport.com. "L'hiver a été dur pour moi, mais j'ai travaillé comme un fou pour m'assurer de saisir ma chance cette année. Depuis le début de ma carrière en F1, je suis désavantagé par mon poids en comparaison avec mon coéquipier, et c'est critique en F1. C'est difficile à surmonter, on essaie de le dire aux gens mais ils ne le prennent pas vraiment en compte. Maintenant, nous sommes sur un pied d'égalité avec Charles [Leclerc, son équipier], c'est génial."

Pour parvenir à ses fins, Ericsson a adopté un programme nutritionnel et une préparation physique très stricts cet hiver et a passé les mois de janvier et de février en Espagne avec son entraîneur. Il a également reçu les conseils d'un expert pour perdre du poids sans compromettre sa force.

"J'ai presque 0% de graisse mais je suis quand même parvenu à perdre cinq kilos", commente-t-il. "L'hiver a été dur sans glucides, sans desserts, sans bonbons, sans alcool. C'est une chose d'arrêter de manger, de perdre ses muscles et d'être très léger, mais ensuite, on ne peut pas piloter une Formule 1."

"Ce n'est pas évident de perdre la bonne masse musculaire, comme les muscles des jambes dont on n'a pas tellement besoin, mais de garder la force dans les abdos et le cou. C'était très dur, mais c'est gratifiant quand on voit que ça fait une différence."

Record évité !

Battant son coéquipier Charles Leclerc en qualifications à deux reprises déjà, Ericsson s'est classé neuvième du Grand Prix de Bahreïn, mettant un terme à une série de 49 courses consécutives sans points. Le pilote Sauber n'a toutefois pas surpassé les références établies par Heikki Kovalainen (62 courses) et Timo Glock (55) lors de leur période chez Lotus/Caterham et Virgin/Marussia respectivement.

"C'est un grand soulagement car j'ai connu des années très difficiles. J'en ai été très proche, mais il se passait toujours quelque chose quand j'étais bien placé pour marquer des points. Y parvenir a été un grand soulagement. On a un poids en moins sur les épaules, car même si on sait que la voiture n'est pas capable de marquer des points, c'est pour ça que nous sommes là", conclut Ericsson.

Propos recueillis par Khodr Rawi

Prochain article Formule 1
Mercedes a mis trop de temps à comprendre la stratégie de Vettel

Article précédent

Mercedes a mis trop de temps à comprendre la stratégie de Vettel

Article suivant

McLaren : Le début de 2018 est "vraiment" plus difficile que prévu

McLaren : Le début de 2018 est "vraiment" plus difficile que prévu

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités