Russell ravi de son podium, qu'importe la manière

La pluie a offert à George Russell son premier podium sur un plateau, et le pilote Williams ne va pas s'en plaindre.

Russell ravi de son podium, qu'importe la manière

Voilà sept ans que Williams n'avait pas fini un Grand Prix à la deuxième place, depuis l'ultime manche de la saison 2014, où l'écurie avait placé ses deux pilotes sur le podium. George Russell vient de mettre un terme à cette période de vache maigre dans les circonstances les plus inhabituelles qui soient.

Lire aussi :

Auteur d'une performance phénoménale en qualifications avec la deuxième place au volant de sa FW43B, Russell a simplement profité du fait que la moitié des points soit attribuée au-delà de deux tours de course. Car trois tours de course derrière la voiture de sécurité, c'est tout ce qu'il y a eu cet après-midi à Spa-Francorchamps en raison d'une pluie qui a empêché le Grand Prix de se dérouler normalement, pour des raisons de sécurité. Faire ces trois tours permettrait d'entériner le résultat, et le Britannique n'avait qu'à rester sur la piste pour signer la deuxième place.

Ainsi, lorsqu'il lui est suggéré que la manière d'atteindre le podium n'importe pas, Russell acquiesce : "Peu importe !" Il ajoute : "Nous ne sommes pas souvent récompensés pour les super qualifications, et nous l'avons absolument été aujourd'hui. Nous allons fêter ça un peu ce soir, j'en suis sûr. Toute l'équipe le mérite car elle a travaillé extrêmement dur ces dernières années sans en être vraiment récompensée. Nous étions vraiment au top hier et nous voilà sur le podium ! Je peux vous dire que je ne m'attendais pas à ça cette année, ça c'est sûr !"

Max Verstappen, Red Bull Racing

Le son de cloche est différent du côté du poleman et vainqueur Max Verstappen, qui tend à délégitimer ce résultat obtenu sans le moindre mètre parcouru sous drapeau vert. "C'est clair qu'avec le recul, il était très important d'obtenir cette pole position. Bien sûr, c'est vraiment dommage de ne pas avoir fait de vrais tours, mais les conditions étaient très délicates en piste. À 15h30, j'ai proposé d'y aller, je pense que les conditions étaient correctes, mais la visibilité était très faible. Je pense que si nous avions démarré à 15h, nous aurions eu de meilleures chances. Après ça, c'est resté très humide et il a plu sans cesse. C'est une victoire, mais on ne veut pas gagner ainsi."

Dans les deux cas, l'opération comptable est excellente : Williams marque dix points (neuf avec Russell, un avec Nicholas Latifi) et creuse un écart de 17 longueurs sur Alfa Romeo, tandis que Verstappen grappille cinq points sur le leader du championnat, Lewis Hamilton, qui n'a plus que trois unités d'avance. Cela ne paraît-il pas injuste ? "C'est ainsi que le règlement est écrit. Je pense qu'ils voulaient un résultat", se défend le Néerlandais au micro de Sky Sports F1.

"Il nous faut continuer à travailler dur, continuer à s'efforcer de réduire l'écart et évidemment de passer devant. Il nous reste quelques courses pour ce faire. Et je suis convaincu que nous avons une bonne voiture, il nous faut juste continuer d'essayer d'en tirer un peu plus de performance", ajoute le Néerlandais. Mais encore faut-il que le résultat soit bel et bien entériné, car en raison du drapeau rouge, le classement est pris au terme du premier tour. Et il faut en parcourir plus de deux pour attribuer les points…

Russell et Verstappen ont en tout cas exprimé leur compassion vis-à-vis des spectateurs qui ont passé des heures sous la pluie à attendre une course qui n'a jamais réellement eu lieu. "Ce sont eux les plus grands vainqueurs aujourd'hui", a lancé Verstappen dans une formulation qui se voulait probablement réconfortante mais que l'on peinerait presque à prendre au sérieux…

partages
commentaires
Championnat - Verstappen-Hamilton, le retour des demi-points !

Article précédent

Championnat - Verstappen-Hamilton, le retour des demi-points !

Article suivant

Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"

Hamilton : Un "mauvais choix" de faire 2 tours mais "l'argent est roi"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021