Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
26 jours
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
32 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
40 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
60 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
68 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
82 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
89 jours

Grosjean se sent comme Federer "avec une raquette de ping-pong"

partages
commentaires
Grosjean se sent comme Federer "avec une raquette de ping-pong"
Par :
23 févr. 2020 à 14:00

Pour Romain Grosjean, la Formule 1 est davantage un spectacle qu'un sport, compte tenu des chances à ses yeux inéquitables de bien y figurer.

Dans une interview accordée à Motorsport.com le mois dernier, Romain Grosjean avait clamé son amour toujours intact pour une Formule 1 qu'il juge néanmoins "injuste" et "frustrante". Alors que les préparatifs de la saison 2020 sont désormais avancés, le Français est revenu sur cette vision qu'il a de son sport, qui ne donne pas à tous les pilotes les mêmes chances de démontrer leur talent. Au point de se poser la question qui dérange : la F1 est-elle vraiment un sport ?

À 33 ans, le pilote Haas a pris le départ de 164 Grands Prix et décroché 10 podiums, mais sa chance de gagner un jour dans la catégorie reine s'amenuise inexorablement. Il le sait, il quittera peut-être la F1 sans jamais avoir remporté le moindre Grand Prix. "Ça pourrait arriver", concède-t-il. "J'ai déjà eu la chance de monter dix fois sur le podium. Je pense que j'aurais dû gagner deux Grands Prix [Europe 2012 et Allemagne 2013], mais les choses n'ont pas tourné en ma faveur."

"Nous appelons la Formule 1 un sport, est-ce un sport ?", s'interroge-t-il. "Je n'en suis pas certain. C'est un spectacle, mais un sport est supposé être juste, et la Formule 1 ne l'est pas. C'est très physique de piloter une Formule 1, c'est dur, c'est exigeant, ça demande beaucoup d'efforts pour tout le monde, mais c'est comme demander à Roger Federer d'aller à Roland-Garros avec une raquette de ping-pong. Il n'aura aucune chance. Dirions-nous que le tennis est un sport s'ils n'utilisaient pas tous la même raquette, ou si le court était plus large d'un côté que de l'autre ? Prenez Daniel Ricciardo. Si vous regardez uniquement son passage chez Renault, il n'a même pas signé de podium. Mais il a gagné des courses [chez Red Bull], c'est un grand pilote, il a fait des podiums. Tout dépend ce que l'on a entre les mains."

Lire aussi :

S'il assume cette vision qui peut paraître fataliste, Romain Grosjean assure ne pas en avoir terminé avec la Formule 1. Après avoir sauvé son volant chez Haas pour 2020, il sera de nouveau en fin de contrat à l'issue de la saison. Son objectif demeure d'être encore sur la grille l'an prochain, lorsque la discipline entrera dans une nouvelle ère réglementaire, façonnée pour rapprocher le niveau de compétitivité entre toutes les écuries. Les effets pourraient prendre du temps à se faire sentir, mais le natif de Genève n'abdique pas.

"Ça pourrait arriver que je ne gagne pas un Grand Prix", répète-t-il. "Je ferai de mon mieux pour avoir des opportunités à l'avenir, il y a évidemment beaucoup de pilotes en fin de contrat à l'issue de la saison, il pourrait aussi y avoir des pilotes qui prennent leur retraite. C'est une décision [la retraite] qui, en tout cas pour moi, viendra assez rapidement si je vois qu'en une demi-saison ou trois quarts de saison je n'ai plus cette passion, que je ne veux plus voyager à travers le monde et être loin de ma famille. Alors je pourrais m'imaginer arrêter et aller ailleurs. Ça pourrait arriver à d'autres pilotes aussi, il pourrait y avoir des opportunités, on ne sait jamais."

Voir aussi :

Article suivant
Simulateur Alfa Romeo : 18 mois de travail pour Kubica

Article précédent

Simulateur Alfa Romeo : 18 mois de travail pour Kubica

Article suivant

Russell : Impossible que Williams soit aussi lent qu'en 2019

Russell : Impossible que Williams soit aussi lent qu'en 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine