Formule 1
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
09 oct.
Événement terminé
23 oct.
Événement terminé
31 oct.
Course dans
11 Heures
:
00 Minutes
:
32 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
40 jours

Hamilton déplore des règles qui changent pour maintenir le suspense

partages
commentaires
Hamilton déplore des règles qui changent pour maintenir le suspense
Par :

S'estimant sévèrement puni par les commissaires lors du Grand Prix de Russie, Lewis Hamilton ne pense pas être personnellement visé mais considère que les pénalités dont il a fait l'objet sont le fruit d'une volonté de maintenir le suspense en Formule 1.

À Sotchi dimanche, Lewis Hamilton a reçu deux pénalités de cinq secondes après avoir effectué une simulation de départ dans une zone non autorisée, lors d'un tour de mise en grille. Cette sanction l'a empêché de lutter pour la victoire face à son coéquipier Valtteri Bottas, et il a terminé à la troisième place. Dans un premier temps, les commissaires lui avaient également infligé deux points de pénalité sur sa licence, avant de rétropédaler devant les explications données par l'écurie : cette dernière ayant indiqué à Hamilton qu'il pouvait faire son essai de départ là où il se trouvait, c'est elle qui a été punie par une amende.

Lire aussi :

À chaud, Hamilton a réagi vivement tout en admettant qu'il fallait qu'il aille "voir le règlement" pour comprendre la faute qui lui était reprochée. Un peu plus tard, et avec un peu plus de recul, interrogé sur son sentiment devant l'application des règles, il a maintenu ses impressions : celui qui domine est selon lui dans le viseur, peu importe de qui il s'agit.

"Je ne pense pas nécessairement que ce soit pour moi", a expliqué le sextuple Champion du monde. "Je pense que lorsqu'une équipe est devant, la plupart des écuries font énormément de vérifications. Tout ce que nous avons sur notre voiture est vérifié, doublement vérifié, triplement vérifié. Ils changent les règles, comme avec les modes moteur, ou avec énormément de choses de manière à ce que la course reste passionnante, je suppose."

"En ce qui concerne ce qui s'est passé aujourd'hui [dimanche], je ne sais pas si les règles ont un rapport avec ça, mais c'est naturellement ce que l'on ressent. On a l'impression de lutter contre un ennemi invisible, mais ça va. Ce n'est pas comme si je n'avais pas connu l'adversité par le passé. Alors nous restons concentrés et nous continuons à nous battre, à essayer de faire le meilleur boulot possible et d'être une équipe propre, qui prend de la hauteur."

Mercedes s'y attendait... un peu

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11

Dans le clan Mercedes, en dépit du désaccord de Toto Wolff avec la sanction donnée, on admet que l'erreur commise s'est logiquement retrouvée dans le viseur des commissaires. Directeur de l'ingénierie piste, Andrew Shovlin confie avoir rapidement compris qu'il pourrait y avoir un problème après avoir pris conscience de la situation, sans toutefois imaginer une double pénalité de cinq secondes.

"À certains endroits, ils peignent un emplacement au sol et il faut le faire là", a-t-il d'abord rappelé au sujet des simulations de départ. "À d'autres endroits, c'est une zone plus générale. Souvent, il y a beaucoup de gomme et ce n'est pas représentatif de la grille. Les pilotes et les ingénieurs voudront toujours trouver quelque chose de plus proche au niveau de l'adhérence. Tout ce qui s'est passé, c'est que Lewis a demandé s'il pouvait aller un peu plus loin. Nous n'avions pas réalisé jusqu'où il irait. Mais c'est vraiment juste pour trouver un asphalte plus proche de celui qu'il y a pour le départ."

"Nous n'avons pas vu le premier [essai de départ]. Quand nous avons vu le second, nous nous sommes dit : 'Ils ne vont pas aimer'. Mais nous ne pensions pas que c'était dangereux. Et compte tenu des notes de la direction de course, qui disaient que ça devait être à droite à la sortie des stands, nous pensions que c'était suffisamment ambigu et que nous aurions droit à une réprimande. Quand nous avons vu la position de la voiture, ce n'était pas totalement surprenant qu'ils n'aient pas aimé. Il ne fait aucun doute que des équipes l'ont signalé, autant que la FIA ou les commissaires l'ont repéré eux-mêmes."

Ricciardo sauve la 5e place : "J'avais un peu le feu aux fesses"

Article précédent

Ricciardo sauve la 5e place : "J'avais un peu le feu aux fesses"

Article suivant

Carlos Sainz : "Ce virage ne devrait pas exister"

Carlos Sainz : "Ce virage ne devrait pas exister"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Lieu Sochi Autodrom
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine