Hill attend des actes après les propos racistes de Piquet

Damon Hill estime que les excuses de Nelson Piquet seraient un minimum après ses propos racistes à l'encontre de Lewis Hamilton, tout en considérant qu'elles ne suffiront pas.

Hill attend des actes après les propos racistes de Piquet
Charger le lecteur audio

Les propos racistes tenus par Nelson Piquet à l'encontre de Lewis Hamilton lors d'un entretien en novembre dernier, et dévoilés cette semaine, ont provoqué une vague d'indignation dans le monde de la Formule 1. Alors que se profile le Grand Prix de Grande-Bretagne, à Silverstone en fin de semaine, les condamnations se sont multipliées mais certains estiment qu'il faut désormais franchir un pas supplémentaire.

À ce stade, Nelson Piquet ne s'est pas expliqué et n'a pas présenté d'excuses alors que la polémique provoquée par le triple Champion du monde a incité Lewis Hamilton à rappeler que le combat devait se poursuivre face aux discriminations et que "le temps est venu d'agir". Le septuple Champion du monde a notamment dénoncé les "mentalités archaïques".

Mardi, la Formule 1 et la FIA ont réagi fermement et officiellement pour condamner les propos de Nelson Piquet, pour qui la question est désormais de savoir si les choses iront plus loin, par exemple en le privant de se rendre dans le paddock à l'avenir. Pour Damon Hill, des excuses sont évidemment nécessaires mais ne suffiront pas.

"J'ai toujours eu le sentiment qu'il fallait s'habituer à Nelson avec le temps, mais je ne m'y suis jamais vraiment fait", a confié le Champion du monde 1996 mercredi matin lors d'une rencontre avec la presse. "Ça dépasse les bornes désormais. Même en tenant compte de possibles malentendus et de différences dans la langue entre un terme au Brésil et ici, c'est certainement quelque chose qui exige des excuses. Mais je ne suis pas sûr de savoir quel genre d'excuses suffiraient. C'est très triste, vraiment. Le pauvre Lewis doit constamment supporter ça. Ça a gâché son expérience de pilote de Formule 1, peut-être plus que nous ne le comprendrons jamais."

Damon Hill attend plus de la F1 face au racisme.

Damon Hill attend plus de la F1 face au racisme.

Interrogé par Motorsport.com sur l'attitude que doivent adopter la Formule 1 et la FIA dans cette affaire, Damon Hill a cité en exemple la décision prise par Red Bull de licencier son pilote de réserve Jüri Vips, qui a lui aussi tenu publiquement des propos racistes.

"C'est un cas où il y a des preuves vérifiables selon lesquelles il y a eu quelque chose de dit et de fait", précise le Britannique. "Il y a aussi Jüri Vips, des mesures rapides ont été prises contre lui. On doit s'assurer que la F1 ne se contente pas de réagir pour être politiquement correcte. Ce doit être absolument clair."

"Pendant longtemps, j'ai souhaité que la F1 défende et rende très claires certaines valeurs. Mais l'argument qu'on m'opposait était le fait qu'elle ne pouvait pas être politique. C'était la réponse qu'ils donnaient, que ce n'était pas une organisation politique, qu'elle ne pouvait pas. Mais il ne s'agit pas de politique, il s'agit de valeurs humaines. Et un sport devrait assurément s'intéresser à ces choses-là."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Stroll manque encore de confiance dans une Aston Martin imprévisible
Article précédent

Stroll manque encore de confiance dans une Aston Martin imprévisible

Article suivant

Williams fait évoluer sa voiture à Silverstone, Albon doute

Williams fait évoluer sa voiture à Silverstone, Albon doute