Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
22 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
30 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
44 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
79 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
92 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
107 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
114 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
128 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
135 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
149 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
163 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
191 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
198 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
212 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
219 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
233 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
247 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
254 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
268 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
282 jours

Kubica : Les pneus Pirelli, une "mauvaise excuse"

partages
commentaires
Kubica : Les pneus Pirelli, une "mauvaise excuse"
Par :
Co-auteur: Emmanuel Touzot
17 janv. 2020 à 08:59

Robert Kubica assure qu'il n'utilisera pas la "mauvaise excuse" des pneus Pirelli compliqués à exploiter pour expliquer la saison difficile vécue par Williams en 2019.

Au volant de la voiture la plus lente de la grille l'année dernière, Robert Kubica a peiné à afficher des performances constantes, notamment dans l'exercice des qualifications où il a été largement battu par George Russell. Les pneus Pirelli actuels, auxquels il est souvent reproché d'avoir une fenêtre de fonctionnement étroite, sont perçus comme un facteur essentiel de performance dans la F1 moderne, mais le Polonais ne veut pas utiliser la complexité des gommes comme explication à ses performances.

"Je pense que je suis assez intelligent pour comprendre ce que je dois faire avec les pneus", a déclaré Kubica à Motorsport.com. "Et puis ce n'est pas le pilote qui choisit le chemin à prendre et la manière dont les pneus fonctionnent, c'est un travail d'équipe. Bien sûr, c'est le pilote qui est au volant, mais nous avons exactement les mêmes objectifs et exactement les mêmes critères opérationnels au sujet des pneus. Je pense que c'est une mauvaise excuse après une saison ratée."

Lire aussi :

Revenant sur les défis de la saison dernière, Kubica a sous-entendu que le manque de retour technique avait contribué à une année "très déroutante" : "J'ai mon avis sur plusieurs domaines dans lesquels je pouvais faire mieux, mais je n'ai pas été aidé non plus. Avec les circonstances dans lesquelles nous étions, c'était très important pour moi de débuter la saison avec une bonne régularité, afin que je puisse établir mon retour [en F1] sur des bases solides. Malheureusement, ça ne s'est pas produit."

"Par la suite, il y a eu des occasions d'être performant et je l'ai été, mais elles étaient dans l'ombre de facteurs extérieurs. Il y a eu des occasions où j'aurais pu faire mieux, et d'autres où je n'ai pas eu de réponse, et où je n'avais aucune idée de la raison de notre manque de performance. C'est quelque chose qui est pire, car pour progresser, il faut comprendre les raisons. Il n'y a aucun intérêt de prendre des médicaments pour quelque chose qui n'est pas la cause de votre maladie."

L'accident qui a failli lui coûter la vie en 2011, et qui a forcé le pilote polonais à s'éloigner de la F1, est la cause d'une mobilité réduite de son bras droit, alors qu'il se décrit désormais comme pilotant "à 70% avec le bras gauche". Bien qu'il était attendu que ça lui coûte beaucoup de performance dans les virages à haute vitesse, Kubica réfute cette idée et pointe le fait qu'il a connu une de ses meilleures courses de l'année à Suzuka.

"Parfois, on veut faire croire aux gens que la Formule 1 est simple, mais elle ne l'est pas", poursuit-il. "Il y a beaucoup de facteurs qui ont une grande influence sur le résultat final, ou sur les chiffres que l'on voit au chronomètre. Mon handicap à haute vitesse n'est pas un facteur d'influence. Il est vrai qu'il y avait parfois de grandes variations, mais il est aussi vrai que lorsque vous manquez d'adhérence, il est normal de perdre plus de temps dans les zones les plus difficiles. Et vous perdez plus quand vous avez deux ou trois virages enchaînés que lorsque vous avez un virage puis une ligne droite. C'est un fait. Et s'il y a un domaine dans lequel je suis sûr que mon handicap n'est pas influent, c'est celui-ci."

Article suivant
Le film "Heroes", du scénariste de "Senna", diffusé sur Motorsport.tv

Article précédent

Le film "Heroes", du scénariste de "Senna", diffusé sur Motorsport.tv

Article suivant

Le Paul Ricard montre l'exemple pour le développement durable

Le Paul Ricard montre l'exemple pour le développement durable
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Équipes Williams
Auteur Valentin Khorounzhiy