Leclerc devra composer avec Red Bull et le statut de numéro 2 Ferrari

partages
commentaires
Leclerc devra composer avec Red Bull et le statut de numéro 2 Ferrari
Par :
12 avr. 2019 à 12:26

Charles Leclerc avoue qu'il "ne s'attendait clairement pas" au niveau de performance affiché par Red Bull lors des essais libres du Grand Prix de Chine, ce vendredi. Il aura déjà fort à faire samedi pour obtenir sa chance de se battre pour la victoire face à son équipier.

Charles Leclerc, Ferrari SF90
Charles Leclerc, Ferrari SF90
Charles Leclerc, Ferrari SF90, dans la voie des stands
Charles Leclerc, Ferrari
Charles Leclerc, Ferrari SF90
Charles Leclerc, Ferrari, observe un modèle miniature de la Maserati 250F
Charles Leclerc, Ferrari SF90

Max Verstappen est parvenu à prendre le meilleur sur les Ferrari à Melbourne et s'est ensuite trouvé distancé lors de la course bahreïnie. Mais en dépit de la difficulté à jauger la performance du châssis de la RB15 en ce début de saison et des deux longues lignes droites du tracé de Shanghai pouvant mettre à jour un petit déficit de puissance du bloc propulseur Honda face à celui de Ferrari et Mercedes, Verstappen a conclu la journée des essais libres de vendredi à une solide troisième position, à seulement 0''221 de la référence de la Mercedes de Bottas, et alors qu'il a perdu près de deux dixièmes dans l'ultime virage de son meilleur tour.

Charles Leclerc, qui n'a signé que le septième chrono lors de sa simulation de qualifications, trouve des explications dans son propre rythme par un important trafic en piste, mais s'est dit surpris par le niveau affiché par son rival hollandais et s'attend à une lutte très ouverte ce week-end, faisant ainsi écho à Lewis Hamilton qui assurait qu'il ne fallait pas exclure Red Bull de la lutte pour la victoire ce week-end.

"Red Bull est clairement plus proche que ce à quoi nous nous attendions et c'est bon à voir", constate le pilote Ferrari. "Ce sera une belle bataille entre trois équipes, je pense. Je crois que ce sera très serré avec Mercedes et aussi Red Bull, qui sont en fait proches. La lutte sera intéressante."

Verstappen a attribué la performance décevante de Bahreïn à une erreur dans les réglages de sa voiture et estime que le problème a désormais été résolu et que le rythme vu en Chine est plus représentatif de celui de son équipe par rapport à celui de la concurrence directe.

"Nous sommes clairement plus proches et je suis heureux de l'auto", a commenté l'actuel troisième du championnat. "Toutefois, il est encore trop tôt pour dire [si Red Bull peut être au sommet]."

Lire aussi :

Des débuts améliorables en Chine

Vingt-sept centièmes de seconde ont par ailleurs séparé Mercedes de Ferrari au terme des EL2. La suspicion est que Ferrari dispose encore d'un avantage en ligne droite, mais le fait est que l'écart observé pour l'heure entre la Ferrari et la Mercedes en vitesse de pointe n'est que de 2 km/h. Le marqueur de performance tourne aussi fortement autour des virages en Chine, faisant que Mercedes et Red Bull sont toujours là.

"Les EL2 n'ont pas été géniaux et il nous a fallu nous arrêter pour des vérifications sur quelque chose au niveau de l'huile", détaille de son côté Leclerc au sujet de ses préparatifs. "Nous allons surveiller cela, mais ce n'est pas un gros souci. En termes de performance, je pense que nous sommes là. Je n'ai pas eu de tour propre en EL2 et il est inutile de regarder la performance, mais globalement, je pense que je suis assez satisfait de la voiture. Il reste du travail sur l'équilibre ici et là mais cela devrait être bien demain."

Régler l'auto à sa convenance assez tôt dans le week-end semble être un point fort de Leclerc en ce début de saison. "Je ne sais pas si c'est l'un de mes talents", réagit-il avec modestie, "mais jusqu'à présent ça s'est bien passé. Nous devons rester concentrés. L'équilibre de l'auto était un peu un problème aujourd'hui, mais nous travaillons là-dessus et je suis assez convaincu que nous ferons mieux demain." Notamment en réalisant un long run, ce qui n'a pas été possible ce vendredi. "Je n'en ai pas fait", admet le Monégasque.

Lire aussi :

Des consignes toujours en faveur de Vettel

Leclerc se garde pour le moment d'en dire trop sur ses attentes pour les qualifications : "Nous verrons. Je pense que ce sera très serré." Dans tous les cas, il lui faudra faire forte impression samedi pour se donner des chances personnelles : en cas de situation à 50/50, Mattia Binotto, directeur de l'équipe Ferrari, a de nouveau affirmé que la préférence du team se tournerait vers le fait de procurer un avantage à Sebastian Vettel.

"Une nouvelle fois, je comprends, en fin de compte", sourit Leclerc, impassible. "Comme je l'ai dit sur les dernières courses, il faut je pense dans une équipe un numéro 1 et un numéro 2. Mais je m'assurerai de pouvoir changer ces choses aussi vite que possible."

Que faire pour cela ? "Eh bien, je devrai rester devant en qualifications, mais ce n'est pas évident et bien entendu Seb est très rapide, mais je dois faire mon travail dans l'auto."

 

Article suivant
Photos - Damon Hill au volant de la Lotus de son père

Article précédent

Photos - Damon Hill au volant de la Lotus de son père

Article suivant

Mercedes modifie son aileron après une demande de la FIA

Mercedes modifie son aileron après une demande de la FIA
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Guillaume Navarro
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu