Leclerc n'a pas le sentiment de prendre le pouvoir chez Ferrari

Auréolé de deux victoires consécutives en Belgique puis en Italie, Charles Leclerc n'a pas pour autant le sentiment d'avoir fait tourner le vent en interne chez Ferrari.

Leclerc n'a pas le sentiment de prendre le pouvoir chez Ferrari
Charger le lecteur audio

Auteur de sa première victoire en Formule 1 à Spa-Francorchamps, puis capable de remettre ça une semaine plus tard à Monza, devant les tifosi, Charles Leclerc a savouré mais ne refait pas sa nature : le pilote Ferrari veut se "concentrer sur les points négatifs" de ces deux derniers Grands Prix afin de progresser encore. Connu pour son sens aigu de l'auto-critique, le Monégasque n'entend pas changer de recette ni se laisser griser par la victoire, conscient d'avoir notamment flirté avec les limites lorsqu'il a fallu résister à Lewis Hamilton en Italie. 

Lire aussi :

"Je me concentre toujours sur les points négatifs", assure-t-il à son arrivée dans le paddock de Singapour. "Même après une victoire, même après un week-end qui paraissait parfait vu de l'extérieur, il y a toujours quelque chose que l'on peut améliorer et notamment de mon côté, à seulement 21 ans, j'ai encore beaucoup à améliorer. Alors je me concentre toujours sur le négatif, j'essaie de comprendre et de travailler dessus pour le Grand Prix suivant." Encore faut-il avoir identifié les points négatifs en question. "Je pense que dans la manière d'aborder les qualifications et la course, l'équilibre du set-up entre les deux, le compromis est peut-être un peu plus tourné vers les qualifications que la course", estime-t-il par exemple, conscient de pouvoir faire mieux sur les longs relais. "Il y a des choses que je peux toujours améliorer. Mais je me concentre sur ces deux-là."

Pas de mauvaise intention à Monza

Charles Leclerc, Ferrari SF90

Avec ses deux succès consécutifs, Leclerc a donné le sentiment de commencer à faire tourner l'équipe en sa faveur, d'autant que son coéquipier Sebastian Vettel a connu un week-end cauchemardesque à Monza. Alors que celui-ci est sevré de victoire depuis plus d'un an, son jeune voisin de garage n'a toutefois pas l'impression que les choses ont changé à ce point en interne. À la question de savoir s'il se sent désormais numéro un, Leclerc tranche : "Je n'ai jamais ressenti ça. De l'extérieur je ne sais pas si ça semble différent, mais de l'intérieur, c'est très équilibré. Il y a eu des situations par le passé où j'ai aidé Sebastian, et d'autres où il m'a aidé, et je pense que c'est la voie à suivre pour l'équipe. L'équipe fait tout pour ses intérêts et c'est le plus important. Nous sommes là pour être performants, ce que nous essayons de faire, mais au final, je suis très satisfait de la manière dont l'équipe opère."

Après sa victoire à Monza, le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, avait notamment adressé un message radio pour lui préciser qu'il était "pardonné", révélant au grand jour un incident survenu lors de fin des qualifications la veille. Leclerc assure toutefois que dans cette Q3 qui avait tourné au ridicule, rien n'était intentionnel. "Je crois que je l'ai déjà dit à Monza, et je suis toujours honnête", insiste-t-il. "Il n'y avait rien de voulu à Monza. C'était une situation très compliquée au début du tour, avec un gros bazar", rappelle-t-il. "Je ne veux pas en reparler, mais ça nous a mis en retard pour atteindre la ligne de chronométrage. Il n'y avait vraiment aucune volonté de ma part de sacrifier le deuxième tour de Seb, ou quoi que ce soit d'autre."

partages
commentaires
Kubica quittera Williams en fin de saison
Article précédent

Kubica quittera Williams en fin de saison

Article suivant

Ferrari dévoile un nouveau museau pour Singapour

Ferrari dévoile un nouveau museau pour Singapour
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021