Massa : Ferrari n'a "jamais eu l'équipe pour gagner" depuis 2008

À l'heure d'analyser le changement de pilote annoncé chez Ferrari pour 2021, Felipe Massa met davantage en avant le manque de compétitivité de l'écurie italienne ces dernières années qu'une responsabilité de Sebastian Vettel.

Massa : Ferrari n'a "jamais eu l'équipe pour gagner" depuis 2008

Sebastian Vettel n'a pas encore disputé la saison 2020, sa sixième avec Ferrari, mais il est déjà acté que ce sera la dernière. Qui sait si l'Allemand parviendra à jouer le titre mondial lors de cette ultime campagne en rouge ? Toujours est-il que son parcours avec la Scuderia est pour le moment considéré par beaucoup comme un échec, faute d'avoir décroché le titre mondial. Auréolé de quatre couronnes avec Red Bull Racing, Vettel n'a pas réussi à accomplir son objectif, comme Fernando Alonso avant lui, notamment. Aux yeux de Felipe Massa, membre à jamais de la famille du Cheval cabré, il s'agit pour lui d'une preuve sans appel : avant de parler d'échec de Vettel, il faut parler d'échec de l'écurie italienne.

Lire aussi :

"On ne peut pas oublier que la dernière fois que Ferrari a gagné le titre, c'était en 2008", rappelle le pilote brésilien au micro de Sky Sports, faisant allusion au championnat des constructeurs remporté cette année-là. "Il est vrai que plusieurs bons pilotes sont passés dans l'équipe et n'ont pas réussi à gagner. Cela comprend l'après 2008 et j'étais là, nous n'avons jamais vraiment eu la voiture ou l'équipe pour gagner. Fernando [Alonso] a vraiment fait un travail incroyable en 2010. Il était vraiment à la limite pour se battre pour le titre. Mais franchement, peut-être que la voiture n'était pas capable de gagner cette année-là. Selon moi, il a fait un travail incroyable. Tous les pilotes qui sont passés, Sebastian, Kimi [Räikkönen], n'ont pas pu gagner car l'équipe n'était pas totalement parfaite. Ce n'est donc pas seulement lié à Sebastian. Il a fait de nombreuses courses formidables, il a gagné de nombreuses courses ou s'est battu pour, et il était toujours devant son coéquipier, y compris un bon coéquipier et un champion comme Kimi." 

Felipe Massa ne le nie pas, l'arrivée de Charles Leclerc et son ascension fulgurante ont vraisemblablement accéléré la perdition de Vettel ainsi que le choix commun annoncé il y a deux semaines de ne pas aller plus loin dans l'aventure. "Les choses ont peut-être un peu changé l'an dernier", admet-il. "On ne peut vraiment pas oublier ce qu'a fait Charles. C'est un pilote que j'observe depuis le karting et il a démontré un gros talent, il peut être champion ou être un pilote peu importe où il court. Sebastian a eu une certaine pression en interne, qui a aussi [conduit] Ferrari à prendre des décisions différentes. Pour rester dans l'équipe, il doit être sûr à 100% qu'il veut y rester, et l'équipe aussi. Il arrive un moment où ils tentent de prendre une direction différente."

Massa ne serait pas surpris par une retraite de Vettel

Sebastian Vettel, Ferrari

La question qui est sur toutes les lèvres désormais concerne l'avenir du quadruple Champion du monde, que beaucoup imaginent vers la retraite. À moins d'un défi suffisamment convaincant, Felipe Massa mise également sur ce scénario : "Savoir s'il restera ou non en Formule 1, c'est une autre question. Sebastian est quelqu'un qui est toujours très concentré sur ce qu'il veut. Je ne serais pas surpris s'il décidait d'arrêter. Dans sa situation, pour rester il faut qu'il trouve une équipe qui lui donne une opportunité ou qu'il y ait des discussions qui lui fassent se dire : 'OK, c'est bien de rester'. Autrement, je ne suis pas certain qu'il reste."

Lire aussi :

Dès 2021, Vettel laissera sa place à Carlos Sainz, transfuge de McLaren qui a rapidement enfilé le costume de favori pour ce baquet alors qu'il était souvent considéré comme l'outsider. "Ce que je peux dire, c'est que je m'attendais aussi à ce que Ricciardo soit peut-être un pilote Ferrari, car tout le monde pensait que ce serait lui", concède Felipe Massa. "Mais nous devons respecter la décision de Mattia [Binotto] et de l'équipe d'avoir pris Carlos. Carlos a montré qu'il avait le talent. Pour sa première année en Formule 1, si vous vous souvenez bien et repensez à tous ses Grands Prix, je crois que Verstappen et lui étaient très proches. Il a vraiment montré qu'il avait la vitesse. Il a le talent et il travaille énormément. C'est un gros travailleur pour lui mais pour l'équipe aussi. Il a beaucoup évolué l'an dernier et il a fait une année fantastique chez McLaren. Il a de l'expérience et la capacité de donner à l'équipe ce qu'elle veut."

partages
commentaires
Russell veut rouler dans une monoplace avant la reprise

Article précédent

Russell veut rouler dans une monoplace avant la reprise

Article suivant

Silverstone, Barcelone, Hongrie : le nouveau calendrier se précise

Silverstone, Barcelone, Hongrie : le nouveau calendrier se précise
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021