Formule 1 GP du Japon

Mercedes au niveau de Red Bull en 2024 ? Hamilton n'y croit plus

Relégué à plus d'une seconde de la pole position à Suzuka, Lewis Hamilton a perdu l'espoir de combler l'écart avec Red Bull en 2024.

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W14

Depuis le début de la saison 2022, Mercedes connaît des résultats en dents de scie, avec une progression qui peine à se confirmer sur la durée et sur tous les circuits – en témoigne l'absence de victoire cette saison. À Suzuka, la performance n'est manifestement pas au rendez-vous, si bien que les deux Flèches d'Argent ont été reléguées à plus d'une seconde de la pole position signée par Max Verstappen.

"Un écart d'une seconde, c'est énorme, et c'est une réalité", soupire Lewis Hamilton. "Être encore à une seconde des Red Bull au bout de deux ans [avec la nouvelle réglementation technique], ça en dit long. On va vraiment devoir faire du bon travail cet hiver pour récupérer ne serait-ce que la moitié de cet écart avant l'an prochain."

Voilà un sacré pessimisme de la part du septuple Champion du monde, qui n'est toutefois pas partagé au sein de l'état-major de la marque à l'étoile. Ne serait-ce qu'en raison d'un écart qui, selon Andrew Shovlin, n'est pas représentatif du véritable potentiel de la Mercedes W14.

"Si l'on regarde un éventail de circuits, il faut que nous trouvions environ quatre ou cinq dixièmes de seconde", analyse le directeur de l'ingénierie piste Mercedes. "Ici, ça paraît bien supérieur, mais ce que l'on pourrait voir est que cela redescend sur toutes les pistes plus normales. Mais nous n'avons simplement pas suffisamment d'appui sur la voiture."

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG, avec Andrew Shovlin, ingénieur de piste, Mercedes-AMG

Lewis Hamilton et Andrew Shovlin

Qu'importe cette nuance quant au déficit des Flèches d'Argent sur la concurrence, le constat reste le même : il va falloir un gain de performance majeur pour renouer durablement avec les avant-postes en 2024.

"Nous allons changer la voiture considérablement pour l'an prochain", assure Shovlin. "Est-ce que nous parviendrons à résoudre tous les problèmes que nous avons au niveau du comportement ? Cela dépendra d'un certain nombre de projets en cours. Nous avons de bonnes pistes pour essayer d'améliorer ça. Mais il est très tôt dans le développement d'une nouvelle voiture pour pouvoir dire que c'est réglé."

"Et quand nous avons lancé nos meilleures voitures en 2015 ou en 2019, ces années-là, nous ne savions pas qu'elles allaient être d'excellentes voitures quand nous les avons développées, nous travaillions juste aussi dur que possible pour essayer de trouver autant de performance que possible. Sur un grand nombre de ces voitures, nous avons manqué les objectifs de performance, et de beaucoup. Notre approche est que si l'on ne fixe pas des objectifs très ambitieux, ils ne sont probablement pas suffisamment élevés."

Et malgré des opinions parfois divergentes entre Hamilton et son coéquipier George Russell, il semble que l'ensemble de l'équipe soit sur la même longueur d'onde quant aux pistes de développement à suivre.

"Lewis et George nous donnent toujours du feedback pour localiser les faiblesses", indique Shovlin. "Même s'ils peuvent identifier des causes différentes, nous savons que fondamentalement, la voiture n'a pas suffisamment de stabilité. Nous savons qu'ils n'ont pas la confiance pour la lancer dans un virage rapide sans craindre que l'arrière glisse plus qu'ils le veulent, sans craindre d'être en difficulté. Bien que vous voyiez des commentaires différents dans la presse, tous deux sont vraiment en phase sur l'identification des faiblesses, sur ce que nous devons améliorer. On voit les données GPS des autres voitures et tout est corroboré."

"Et nous ne nous accrochons certainement pas à des concepts que nous avons eus précédemment. Nous sommes très ouverts d'esprit et ces deux dernières années ont été une leçon d'humilité. Nous sommes une équipe qui travaille très dur pour essayer de revenir aux avant-postes."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Horner : "Pérez est sur la sellette en ce moment"
Article suivant Red Bull et la faiblesse "inhérente" de la RB19 à Singapour

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France