Ocon : "Je croyais qu'on allait être 11e ou 12e, pas si loin"

Alpine est en grande difficulté à Mexico, où la course s'annonce difficile pour les bolides bleus.

Ocon : "Je croyais qu'on allait être 11e ou 12e, pas si loin"

Après une première journée plutôt encourageante, ce samedi a été relativement compliqué pour Alpine au Grand Prix de Mexico. En performance pure, l'écurie tricolore est au niveau des Williams et ne devance nettement que les Haas sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez. En conséquence, une seule A521 s'est qualifiée pour la Q2, et c'est celle d'Esteban Ocon, qui est de toute façon pénalisé sur la grille pour changement de moteur.

"Le plan était évidemment que nous passions tous les deux la Q1", admet Ocon. "C'est le premier moment difficile auquel nous avons fait face en qualifications. Nous voulions donner l'aspiration à Fernando, l'aider à passer en Q3. Mais malheureusement nous n'avons pas été assez rapides pour passer en Q2 tous les deux. Vous savez, cela a rendu toute la séance et la Q2 un peu compliquées."

"Nous voulions aussi être devant George [Russell] et peut-être les autres voitures pénalisées, mais nous ne sommes pas vraiment parvenus à faire ça. Le point positif, c'est que même si nous sommes dans un moment difficile nous continuons d'essayer de comprendre ce qui se passe, nous trouverons ça et nous en ressortirons plus forts."

Lors de la Q1, la meilleure Alpine – celle d'Ocon – accusait une demi-seconde de retard sur la mieux placée des Alfa Romeo et un dixième et demi de déficit sur la Williams de George Russell. "J'ai fait un bon tour, vous savez, en Q1. Mais je croyais que nous allions être 11e ou 12e, pas si loin", déplore le Français, qui ajoute : "C'est ce manque de constance que nous devons manifestement comprendre. J'étais cinquième à Barcelone et sixième à Portimão. Nous avons connu des très bons moments et des très bonnes qualifications mais aussi parfois des très mauvaises. Voilà ce sur quoi nous devons travailler."

Quant à Fernando Alonso, qui a donc été éliminé dès la Q1 avec trois dixièmes de débours sur son équipier, lorsqu'on lui demande si ce manque de performance est une surprise, il renchérit : "Non. C'était une surprise d'être très compétitif à Sotchi et en Turquie. Je pense que nous aimons certains types de virages, et nous savions que Mexico n'était pas le tracé idéal pour notre voiture. La saison continue, et le développement de la voiture reste gelé depuis très longtemps. Course après course, il semble que nous soyons un petit peu plus en difficulté."

"Il nous faut donc tenir bon, continuer à travailler dur, et essayer de marquer plus de points qu'AlphaTauri lors des quatre courses restantes." Et peut-être même dès ce dimanche ? Douzième sur la grille, l'Espagnol y croit : "Je suis parti dernier [avant-dernier, ndlr] à Austin lors d'un week-end très peu compétitif, et je me battais quand même pour la dixième place à la fin [il était treizième, ndlr]. Demain je partirai 13e (sic), alors les points sont possibles. Nous allons essayer."

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper et Luis Ramirez

partages
commentaires

Voir aussi :

Horner ne veut pas d'un clash Verstappen-Hamilton comme en 2019
Article précédent

Horner ne veut pas d'un clash Verstappen-Hamilton comme en 2019

Article suivant

Duels en qualifications : le point après le GP de Mexico 2021

Duels en qualifications : le point après le GP de Mexico 2021
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021